THE HANDMAID’S TALE — LA SERVANTE ÉCARLATE

Chef-d’œuvre télévisuel, la série adaptée du conte dystopique de Margaret Atwood a été érigée en phénomène dès le début de sa diffusion en avril 2017 aux Etats-Unis, où elle a trouvé une résonance particulière. Dans un pays traumatisé par l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, cette peinture d’une Amérique qui bascule soudainement dans l’obscurantisme et la dictature, réduisant les femmes en esclavage, a fait froid dans le dos. La romancière elle-même a confié que sa fiction ne lui avait jamais paru aussi pertinente qu’aujourd’hui. Et tandis que les médias débattent pour déterminer si oui on non, The Handmaid’s Tale doit être appréhendée comme une série féministe, le show fait un tel tabac qu’il a été reconduit pour une deuxième saison après avoir récolté treize nominations aux Emmy Awards. Verdict le 17 septembre ! *

(Pas de spoilers dans cette chronique)

 

« Better never means better for everyone. It always means worse, for some. »

 

The Handmaid’s Tale – La servante écarlate Saison 1

Créée par Bruce Miller
2017
Diffusée pour la première fois sur la chaîne américaine Hulu en avril 2017 (sur OCS Max en France depuis le 27 juin)

Aux Etats-Unis, une série de catastrophes environnementales et la chute du taux de fertilité ont poussé une secte de Chrétiens extrémistes à fomenter un coup d’état et à instaurer une dictature répressive. Tandis que les homosexuels, les défenseurs de l’avortement et de la liberté sous toutes ses formes sont pendus haut et court aux murs des villes, les femmes, privées de leurs droits les plus fondamentaux, sont devenues les esclaves de la classe dirigeante. Les plus fertiles, reconnaissables à leur uniforme rouge écarlate, sont affectées au service des couples dont la femme est stérile. June (Elisabeth Moss) est une de ces servantes. Capturée alors qu’elle tentait de fuir au Canada avec son époux et leur fille, elle doit se plier aux exigences du Commandant (Joseph Fiennes) et de son épouse (Yvonne Strahovski), qui ne parviennent pas à procréer…

The Handmaid’s Tale, roman de science-fiction de Margaret Atwood publié en 1985 (paru en France sous le titre La servante écarlate), avait été porté à l’écran en 1990 par le cinéaste allemand Volker Schlöndorff. Pas étonnant que ce pourfendeur du fanatisme, réalisateur de L’honneur perdu de Katharina Blum et du Tambour, ait été interpellé par la dystopie (ou contre-utopie) monstrueuse imaginée par l’écrivain canadienne. Mais en dépit de la collaboration d’Harold Pinter, qui en avait signé l’adaptation, et de la présence de Faye Dunaway et Robert Duvall, le film, un tantinet poussif, n’avait que moyennement convaincu. La puissance du récit d’Atwood méritait un traitement plus ambitieux. Depuis avril 2017, grâce à cette série créée par Bruce Miller (Eureka, The 100…), c’est chose faite. La mise en scène intelligente, la photo léchée et les visuels chocs la rendent incroyablement captivante malgré la cruauté, la perversité et l’horreur du propos. La talentueuse Elisabeth Moss — Mad Men, Top Of The Lake — toujours dans les bons coups donc (elle est aussi coproductrice du show), excelle à rendre palpable les sentiments qui habitent l’infortunée héroïne, humiliée, violée, brutalisée, et qui refuse de céder au désespoir. Magaret Atwood, qui a supervisé cette série anxiogène (elle fait également une apparition dans le premier épisode), avait été inspirée par un séjour à Berlin d’avant la chute du Mur, en 1984, où elle avait fortement ressenti la claustrophobie ambiante et avait été frappée par l’atmosphère oppressante qui émanait des pays, au-delà du rideau de fer, qu’elle avait pu visiter à la même époque. L’écrivain souhaitait décrire une dystopie du point de vue d’une femme, une première dans la littérature de science-fiction, ce qui valut au livre le surnom de « 1984 féministe » — Atwood est d’ailleurs une fervente admiratrice de George Orwell. Pour autant, elle a toujours pris ses distances avec le label « féministe », préférant parler d’humanisme (à l’instar des créateurs de la série). Cela n’a pas empêché son œuvre de devenir un manifeste pour les militantes des droits de la femme. En mars dernier, des Américaines avaient endossé l’uniforme moyenâgeux et cauchemardesque des servantes de la série, composé d’une cape rouge sang et d’une cornette blanche — une réalisation de la costumière Ane Cabtree — pour protester contre les lois anti-avortement votées par le Sénat du Texas. La phrase-clé de la série « Nolite Te Bastardes Carborundorum » (latinisation fantaisiste de mots anglais qui signifie « Ne laisse pas les bâtards te tyranniser ») est ainsi devenue la devise des féministes. The Handmaid’s Tale apparaît d’autant plus troublante qu’elle est d’un réalisme frappant. Margaret Atwood s’était attachée à ne rien inclure dans le récit qui n’ait pas déjà été pratiqué dans une société de par le monde. De fait, la répression dans la République de Gilead a des relents de l’esclavage, du nazisme, de la Guerre froide ou du puritanisme du 17ème siècle. Et si l’on considère le sort peu enviable réservé aux femmes dans certains pays du Golfe, et dans ceux où la laïcité est en recul (la Turquie au hasard…), on se dit que, de la fiction à la réalité, il n’y a qu’un pas qui pourrait être franchi plus vite qu’on le croit.
Et avec : Max Minghella, Ann Dowd, Madeline Brewer, Samira Wiley, Alexis Bledel, O-T Fagbenle, Ever Carradine…

 

BANDE-ANNONCE







 

***********************

 

Natasha Richardson dans The Handmaid’s Tale de Volker Schlöndorff

Le 27 juin 2017 à Washington, des femmes ont revêtu l’uniforme des servantes écarlates et défilent devant le Capitole pour protester contre la réforme de la loi sur la santé.

* Des travaux d’écriture (sur Performance, Saturday Night Fever, entre autres…) m’ont tenue éloignée de mon blog ces derniers mois, mais soleil ou pas, je n’ai pas l’intention d’attendre la rentrée pour rattraper mon retard…

 

Bridget Jones Baby/Le fils de Jean/Victoria en DVD/BR

Bridget, Jean, Victoria, trois prénoms, trois histoires contemporaines à découvrir en DVD/Blu-ray. 

 


« Hashtag ‘Let’s do this’ ! »

 

Bridget Jones Baby (Bridget Jones’s Baby)


Sharon Maguire
2016
En Blu-ray et DVD chez Studiocanal depuis le 6 février 2017

A quarante ans passés, Bridget (Renée Zellweger) est toujours célibataire et tout aussi loufoque. Depuis qu’elle a rompu avec Mark Darcy (Colin Firth), elle tente de se concentrer sur son travail, mais se laisse facilement embarquer par sa copine Miranda (Sarah Solemani) dans des situations rocambolesques. Lors d’un festival de rock, elle tombe sous le charme de Jack (Patrick Dempsey). Mais quelques jours plus tard, elle tombe à nouveau sous celui de Mark Darcy. Du coup, lorsqu’elle découvre qu’elle est enceinte, c’est la panique…

Pour être honnête, je n’avais pas été convaincue par le premier visionnage. J’avais jugé le film bien trop long, bien trop plan-plan, et les acteurs bien trop « tapés » (bien qu’elle soit censée avoir une petite quarantaine, Bridget Jones semble en avoir dix de plus, tant le visage de Renée Zellweger, malmené par la chirurgie esthétique, ressemble à du papier mâché). Et pourtant, en le revoyant quelque temps après, je l’ai trouvé beaucoup plus drôle et sûrement plus attachant. Je me demande même si ce n’est pas ce côté constamment à côté de la plaque qui lui confère son charme. Force est de constater que tout le monde, dans cette histoire, fait et dit n’importe quoi. Renée Zellweger et Colin Firth se tournent en ridicule avec une conviction qui force l’admiration (la scène dans laquelle Mark Darcy porte Bridget enceinte jusqu’au cou à la maternité, en soufflant comme un bœuf, vaut son pesant de cacahuètes). Ce troisième volet, réalisé comme le premier de 2001, par Sharon Maguire, vaut aussi pour quelques scènes réellement désopilantes, dont les interviews télévisées conduites de manière très spéciale par Miranda (formidable Sarah Soleman). Emma Thompson est également étonnante en gynéco sarcastique (elle a participé à l’écriture du scénario avec Dan Mazer et l’écrivain Helen Fielding). Hugh Grant, pas fou, s’en sort avec les honneurs, et on saluera aussi la participation sympathique de Ed Sheeran, véritable Mr Congeniality, décidément partout ces temps-ci.
2h 03 Et avec Gemma Jones, Jim Broadbent, Sally Phillips, Shirley Henderson, James Callis, Joanna Scanlan…

BANDE-ANNONCE

 

 Malgré son caractère promotionnel, le making of de 19 minutes permet d’entendre les impressions de tous les membres de l’équipe. Colin Firth ne cache pas son admiration pour le jeu de Renée Zellweger et on voit à quel point la Britannique Sharon Maguire et son actrice texane sont investies dans la création de ce personnage qui leur tient autant à cœur l’une que l’autre. Un bêtisier, dix-neuf minutes de scènes inédites judicieusement écartées, et une fin alternative (en fait une inclusion de petites scènes plutôt amusantes dans le générique) figurent également au menu de ce programme très adéquat. Le Blu-ray propose une image soignée et lumineuse, au rendu un peu doux et voilé, inhérent au parti pris de la photo signée Andrew Dunn. Les chansons sont mises en exergue par la piste non-compressée dynamique, plus harmonieuse en VO.

*******

  

 
« Il sautait sur tout ce qui bouge en fait !
– Il aimait les femmes, ouais.
– Si ça se trouve, il a fait des mômes un peu partout. J’ai peut-être un bataillon de frères et sœurs. C’est con, en tant que famille nombreuse, je pourrais avoir une réduction dans les transports au moins. »

 

Le fils de Jean


Philippe Lioret
2016
En Blu-ray et DVD chez Le Pacte depuis le 4 janvier 2017

Mathieu (Pierre Deladonchamps), trente-trois ans et jeune papa, reçoit un coup de téléphone du Canada et apprend que son père, qu’il n’a jamais connu, vient de mourir. Découvrant par la même occasion qu’il a des frères, Mathieu décide de se rendre à Montréal pour les obsèques et rencontrer ainsi sa famille. Il est accueilli un peu froidement à l’aéroport par Pierre (Gabriel Arcand), son oncle, qui lui demande expressément de ne pas dévoiler son identité à ses frères, qui ignorent son existence. Le secret doit être gardé…

 Au grand spectacle, Philippe Lioret préfère l’intime. Le réalisateur des formidables Mademoiselle, Je vais bien ne t’en fais pas ou Welcome ne laisse jamais rien au hasard. Chaque regard, chaque échange entre les protagonistes est lourd de sens. Mathieu met les pieds en territoire inconnu, et manifestement, dérange. Son désir de comprendre ses origines, de connaître les siens, n’est pas réciproque. Il y a une raison. Et on s’identifie forcément à ce détective bienveillant, qui tente d’ouvrir les portes closes avec une détermination enfantine. Philippe Lioret avait cette histoire en tête depuis longtemps. La découverte du livre de Jean-Paul Dubois, « Si ce livre pouvait me rapprocher de toi » a fait le reste. Pudique et tout en émotions contenues, Le fils de Jean est un joli film, toutefois un peu trop sage. On aurait aimé vibrer davantage. Cette partition feutrée est néanmoins relevée par la très sympathique (et jolie) actrice québécoise Catherine de Léan, une révélation !
1 h 38 Et avec Marie-Thérèse Fortin, Pierre-Yves Cardinal, Patrick Hivon, Romane Portail…

BANDE-ANNONCE

 

Le film est suivi d’un entretien instructif de 16 mn avec Philippe Lioret. Le cinéaste revient sur la genèse du film, sa découverte du Québec et ses acteurs, et révèle l’histoire du tableau du film, plutôt étonnante. Côté technique, le DVD affiche une belle définition. L’image est lumineuse et contrastée, tandis que la piste 5.1 est idéalement équilibrée pour ce film intimiste.

 

*******

« Mais, vous avez couché avec d’autres magistrats ?
– Oui, mais vous savez, il y a quelques années, j’étais un peu obsédée sexuelle, j’ai couché avec tout mon entourage. J’aimais… cet état presque régressif et auto-érotisant… »

Victoria


Justine Triet
2016
En Blu-ray et DVD chez Le Pacte depuis le 18 janvier 2017

Victoria Spick (Virginie Efira) est avocate et paumée. Trentenaire à la vie sentimentale compliquée, elle élève seule et tant bien que mal ses deux petites filles. A un mariage, elle retrouve son ami de toujours, Vincent (Melvil Poupaud) et tombe sur Sam (Vincent Lacoste), un jeune dealer qu’elle a défendu quelques mois auparavant. Il cherche à la fois du travail et à se remettre dans le droit chemin. Du coup, elle l’engage comme jeune homme au pair. Le lendemain, Vincent appelle Victoria au secours : il est accusé de tentative de meurtre par sa compagne. Seul témoin de la scène, le chien de la victime…

Ainsi donc, voici la comédie que la majeure partie de la critique française a adorée en 2016. Certes, Virginie Efira y est, comme toujours, fabuleuse, mais on peut dire qu’elle réussit son numéro en dépit d’une mise en scène sans relief, d’un rythme mollasson et d’un scénario foutraque. Les personnages sont le plus souvent improbables et parfois pénibles. Tout est excessif et lourdingue dans ce Bridget Jones à la française, cynique et bien moins futé que l’air qu’il se donne, et on ne parvient pas à ressentir une quelconque empathie avec les personnages. Quant au couple romantique Virginie Efira-Vincent Lacoste, il est plus gaguesque qu’autre chose. David Moreau avait davantage réussi son coup en lui opposant Pierre Niney dans 20 ans d’écart, comédie moins prétentieuse, plus plausible et surtout plus drôle.
1 h 37 Et avec Laurent Poitrenaux, Laure Calamy, Sophie Fillières, Claire Burger…

BANDE-ANNONCE

 

 

Un making of de 20 minutes emmène sur le vif du tournage. On y entend les intentions de la réalisatrice, les impressions des acteurs… Treize minutes de scènes inédites aux allures de bêtisier complètent le programme. Sans faire d’étincelles, la définition du DVD est tout à fait convenable, à l’instar de la piste 5.1, plutôt harmonieuse.

 

CÉSAR, OSCARS, RAZZIES 2017

 

CÉSAR 2017, 42ème

 

 (Photo AFP)
 « Monsieur Terzian, vous nous éclaboussez de joie de vivre ! ».

Même s’il n’a pas véritablement démérité, Jérôme Commandeur a manqué un tantinet de peps pour animer cette 42ème cérémonie des César à la Salle Pleyel, et son humour pince-sans-rire est apparu souvent terne comparé à celui, plus rentre-dedans, de sa consœur Florence Foresti l’année précédente. Après une séquence d’ouverture laborieuse, puis un hommage dansé à George Michael à peine plus enlevé, la cérémonie sans président — Roman Polanski s’étant retiré sous la pression des ligues féministes — s’est déroulée sans encombre, ni exaltation, relevée quand même par des moments sympathiques.

Morceaux choisis 

« Je salue le ministre de l’Intérieur, Bruno Le Roux ! Il a peu de travail en ce moment, il peut se permettre de venir aux César. »

À Isabelle Huppert : « Golden Globe de la Meilleure actrice le mois dernier, nommée ce soir aux César dans la même catégorie et qui s’envole demain pour les Oscars. Vous raflez tout chère Isabelle, à tel point que la presse parle d’une hupperisation du cinéma. »

À Anne Fontaine : « Les Innocentes, c’est l’histoire de nonnes abusées par des soldats russes, dans un couvent polonais en décembre 45… Autant dire, chère Anne, que pour les César, vous avez mis les chances de votre côté. »

 « A l’énoncé de ce speech, on peut dire, cher François Ozon, que Frantz, sublime et impossible histoire d’amour entre une Allemande et un Français à la fin de la Première Guerre mondiale, comparé au Innocentes d’Anne Fontaine, c’est Camping 3. »

Les lauréats sont… 
 

L’année 2016 a été plutôt réjouissante pour le cinéma français. Outre le record historique de fréquentation des salles, la production a brillé par sa diversité et sa qualité. La compétition s’annonçait donc des plus serrées. Avec leurs onze nominations chacun, Elle de Paul Verhoeven, et Frantz, de François Ozon, faisaient figure de favoris, suivis de Ma Loute (9 nominations), Mal de pierres (8) et Divines (7).

Elle a logiquement raflé les César du Meilleur film et de la Meilleure actrice pour Isabelle Huppert (son deuxième après celui obtenu pour La cérémonie, de Claude Chabrol), mais il aura fallu attendre la toute fin de soirée pour que le film de Paul Verhoeven remporte ses deux premiers trophées.

(Photo AFP)

« Je pense parfois aux rapports entre l’interprète que je suis et les rôles que j’ai joués. Et bien je crois que pour Elle, le rôle l’emporte sur l’interprète. Parce qu’au fond, je ne jouais pas plus mal dans d’autres films, mais, cette année, il me semble que vous l’avez mieux remarqué. »

Pour Frantz, en revanche, c’est un peu la douche froide, le film ne s’est vu attribuer que le César mérité de la Meilleure photo (signée Pascal Marti), celui du Meilleur espoir féminin attendu pour l’extraordinaire Paula Beer lui ayant échappé.

Au nombre de trophées, c’est Juste la fin du monde et le challenger Divines qui l’emportent, avec trois César chacun. Le bijou de Xavier Dolan a été salué pour le montage, la réalisation et pour la jolie prestation de Gaspard Ulliel, César plutôt inattendu du Meilleur acteur (surtout lorsqu’on pense à la performance de Nicolas Duvauchelle dans Je ne suis pas un salaud). L’absence de Gaspard Ulliel (en tournage) a permis à l’inénarrable Xavier Dolan de battre le record de présence sur scène de la soirée (il est en effet le monteur de ses films).


(Photo Bertrand Guay/AFP)

Divines, de Houda Benyamina, couronné Meilleur premier film, offre respectivement à ses deux comédiennes Déborah Lukumuena et Oulaya Amamra les César de Meilleur second rôle féminin, et du Meilleur espoir. On pardonne à Déborah Lukumuena d’avoir chipé le trophée aux épatantes Nathalie Baye et Anne Consigny, pour son discours aussi pertinent qu’émouvant.

(Photo Bertrand Guay/AFP)
Reprenant les mots d’Annie Girardot, la jeune comédienne débutante, très émue a clamé : « Moi je ne sais pas si le cinéma m’aime, mais j’ai envie de vous dire que je l’aime terriblement. »

 

(Photo Philippe Wojazer/REUTERS)
Si les votants n’ont pas donné leur préférence au surprenant Diamant noir, premier film d’Arthur Harari, il a brillé malgré tout grâce à son comédien principal, Niels Schneider, lauréat habité du César du Meilleur espoir : « Je vous prie d’excuser mes cafouillages, les mots ont tendance à se télescoper dans les moments de joie comme celui-ci. », qui a rendu un hommage vibrant à Hafed Benotman, son partenaire dans le film, décédé en 2015.


Injustement boudé par la critique à sa sortie début 2016, L’Odyssée de Jérôme Salle, a remporté quant à lui le César du son, ce qui a valu le discours le plus romantique de la soirée, de la part d’un des membres de l’équipe venu chercher le trophée « Je voudrais partager ce César, d’une part avec mon fils, et d’une part avec la femme que j’aime, qui est ma voisine d’en face. »

 


Moi Daniel Blake, de Ken Loach, rafle sans surprise le César du Meilleur film étranger, et Ma vie de courgette, de Jean-Claude Barras, est couronné des César du Meilleur long-métrage d’animation, et de la Meilleure adaptation (elle est signée Céline Sciama). Le film a également reçu une nomination à l’Oscar.

 


L’Académie a également distingué Chocolat, via le César du Meilleur second rôle pour James Thierrée et les décors de Jérémie D. Lignot, L’effet aquatique, pour le scénario original de la regrettée Solveig Ansbach et Jean-Luc Gaget, Dans les forêts de Sibérie, pour la musique de l’incontournable Ibrahim Maalouf et La danseuse, pour les costumes signés Anaïs Romand.

 


Parmi les coups d’éclat de cette cérémonie, on retiendra l’hommage à Jean-Paul Belmondo, devant sa famille et entouré de sa famille de cinéma, le clin d’œil à La La Land par Jérôme Commandeur et Marthe Villalonga, le sketch du choix du superlatif par Jérôme Commandeur et Nathalie Baye, et le coup de gueule de François Ruffin, réalisateur de Merci Patron, récompensé par le César du Meilleur documentaire, envers les délocalisations des usines.

« Ca dure comme ça depuis trente ans parce que ce sont des ouvriers qui sont touchés et donc on n’en a rien à foutre ! Si c’était des acteurs qui étaient mis en concurrence de la même manière avec des acteurs roumains, ça poserait problème immédiatement ! »

 

(Photo Bertrand Guay/AFP)
La palme de l’humour revient à Jean Dujardin et George Clooney venu recevoir son César d’honneur. Chargé par ce dernier de traduire ses propos, l’acteur français en a profité pour tacler Donald Trump, avec la complicité avec son ami américain :

George Clooney : « Les réalisateurs incroyables avec qui j’ai travaillé m’ont protégé, inspiré. Grâce à eux je mesure l’honneur de travailler dans le cinéma. »
Traduction par Jean Dujardin : « Donald Trump est un danger pour le monde, et je ferai tout mon possible pour m’opposer à la peur et à la haine qu’il tente d’instaurer. »

Déceptions

Force est de constater que si le palmarès s’est révélé équitable et équilibré, certains films méritants sont tout de même restés sur le carreau. Bruno Dumont, hélas, n’a pas été récompensé pour son audace. Ma Loute est en effet reparti bredouille, comme Les innocentes d’Anne Fontaine et le beau Mal de pierres de Nicole Garcia. Rien non plus pour Le fils de Jean, ni Victoria, Irréprochable, ou La fille de Brest pourtant plébiscités par la critique,

Glamour

Le César AFAP du Glamour est décerné à Soko, nominée malheureuse de La danseuse, mais magnifique en robe Gucci.

(ABACA)

INTÉGRALITÉ DU PALMARÈS DES CÉSAR 2017 
Critique Elle
Critique Frantz
Critique Diamant noir
Critique Juste la fin du monde

 

OSCARS 2017, 89ème

 

« Peut-être que ce n’est pas très tendance en ce moment, mais j’aimerais remercier le Président Trump. Vous vous souvenez, l’année dernière, on pensait que c’était les Oscars qui étaient racistes… »

 Qui aurait pu penser que la cérémonie des Oscars, d’ordinaire huilée comme une horloge suisse, allait cafouiller à ce point. Tout avait pourtant bien commencé, avec une performance de Justin Timberlake, qui, sur son tube « Can’t Stop The Feeling », nommé à l’Oscar de la Meilleure chanson, a fait danser d’entrée de jeu tout le parterre d’invités avant que le maître de cérémonie, Jimmy Kimmel, spirituel animateur du Jimmy Kimmel Live, n’investisse la scène.

« Des millions de téléspectateurs regardent cette retransmission dans deux cent cinquante pays, qui, soit dit en passant, maintenant nous détestent. »

A Isabelle Huppert : « Je suis ravi qu’on vous ait laissé passer la frontière. On est très accueillants, ici à Hollywood. On ne fait pas de discrimination basée sur le pays d’origine. Ici, en général quand on discrimine, c’est en fonction de l’âge et du poids. »

« C’est une année incroyable pour le cinéma, les noirs ont sauvé la Nasa, et les blancs ont sauvé le jazz. C’est ce qu’on appelle le progrès. » (allusion aux Figures de l’ombre et La La Land)

« Matt Damon et moi on se connaît depuis longtemps. Vraiment. D’ailleurs, ça fait tellement longtemps qu’on se connaît que quand je l’ai rencontré, le plus gros des deux, c’était moi. »

 « Viggo Mortensen, il est vraiment formidable. Il est nommé comme Meilleur acteur dans Captain Fantastic. C’est vraiment mérité. Ça arrive trop souvent que l’Académie des Oscars ne récompense que des films que les gens ont vus. »

« Nous sommes ici pour rendre hommage aux grands acteurs, mais aussi aux acteurs qui ont l’air formidable, et qui ne le sont pas vraiment. Parmi tous ces ‘soi-disant’ grands acteurs à Hollywood, il y en a une sur qui le temps n’a pas d’emprise. Ses performances ne manquent jamais de décevoir. Depuis son interprétation médiocre dans Voyage au bout de l’enfer, en passant par Out Of Africa, Kramer contre Kramer, ou Le choix de Sophie, Meryl Streep déçoit systématiquement, et ça fait cinquante films tout au long de sa terne carrière qu’elle fait ça. » (allusion au tweet de Donald Trump, sur le tweet assassin de Donald trump, qui avait dit de Meryl Streep qu’elle était « l’actrice la plus surestimée d’Hollywood »).

« Vous êtes nommés et certains d’entre vous auront le privilège de faire un discours, qui sera retweeté en lettres majuscules par le Président des Etats-Unis, pendant qu’il sera assis sur le trône à cinq heures du matin. »

 

Les lauréats sont… 

Hélas, le raz de marée La La Land n’a pas eu lieu. Estampillé phénomène dès sa sortie, en décembre 2016, le deuxième long-métrage de Damien Chazelle, auréolé de sept Golden Globes le mois précédent, n’a pas transformé ses quatorze nominations. Ce n’est pas réellement une surprise, le film était victime d’un backlash depuis quelques semaines aux Etats-Unis. Les critiques et les médias ont été en effet aussi prompts à le démolir qu’ils l’avaient été à l’encenser, le jugeant finalement « pas si terrible », « truffé de clichés », et pointant « les médiocres qualités de danseurs et chanteurs » d’Emma Stone et Ryan Gosling. Si l’Oscar du Meilleur film lui a échappé au profit de Moonlight, le deuxième long-métrage de Barry Jenkins, La La Land repart vainqueur au nombre de trophées, six au total.

(photo Gavin Bond pour Variety)

La comédie musicale a logiquement remporté les Oscars de la Meilleure chansonCity Of Stars ») et de la Meilleure musique (elle est signée Justin Hurwitz), ceux des Meilleur décors et Meilleure photo (Linus Sandgreen), celui du Meilleur réalisateur (à trente-deux ans, Damien Chazelle devient ainsi le plus jeune cinéaste oscarisé), et de la Meilleure actrice pour Emma Stone, dont le talent de comédienne ne souffre pas de discussion, qui coiffe au poteau Isabelle Huppert et Natalie Portman.

 

 

Difficile de ne pas voir dans la victoire de Moonlight, de Barry Jenkins, la volonté de l’Académie de faire oublier les polémiques de l’année précédente, et le fameux #OscarsSoWhite. Racontant le parcours d’un jeune homosexuel noir aux Etats-Unis, Moonlight bat non seulement le record du plus petit budget de l’histoire des Oscars (un million et demi de dollars) mais s’inscrit également comme le premier film LGBT (Lesbians, Gays, Bisexuels, Trans) noir à remporter l’Oscar.

(photo REUTERS/Lucy Nicholson)

Moonlight remporte aussi l’Oscar de la Meilleure adaptation et l’Oscar du Meilleur second rôle masculin, pour le très sympathique Mahershala Ali.

 

(photo Forbes)

Très logiquement aussi, Casey Affleck rafle l’Oscar du Meilleur acteur, pour le bouleversant Manchester By The Sea devant son frère ému aux larmes. Sa victoire a été accueillie par une volée de bois vert sur la toile, l’acteur de quarante et un an faisant face à des accusations de harcèlement sexuel sur des faits remontant à 2010. Le film de Kenneth Lonergan remporte également l’Oscar du Meilleur scénario original.

 

Parmi les autres films distingués, Tu ne tueras point, de Mel Gibson remporte deux Oscars techniques, pour le son et le montage.

 

Fences, de Denzel Washington est salué par l’Oscar du Meilleur second rôle féminin. La toujours formidable Viola Davis a livré le discours le plus bouleversant de la soirée :

« Je veux exhumer les histoires de gens qui ont eu d’énormes rêves et n’ont jamais vu ces rêves devenir réalité. Des gens qui sont tombés amoureux et ont perdu. Je suis devenue une artiste et heureusement que je l’ai fait. En effet, nous sommes la seule profession qui célèbre le sens de vivre une vie. »

 

Le Client, d’ Asgar Fahradi, remporte l’Oscar du Meilleur film étranger. Resté dans son pays avec toute l’équipe du film en guise de protestation, et refusant de bénéficier d’une exception en tant qu’artiste, le cinéaste iranien a fait lire une déclaration applaudie par l’assistance.

« Mon absence témoigne de mon respect envers mes compatriotes et des autres nations à qui on a manqué de respect du fait de cette loi inhumaine interdisant aux immigrants l’accès aux Etats-Unis. »

 

Tandis que Les animaux fantastiques reçoit l’Oscar des Meilleurs costumes, Premier contact celui du Meilleur montage sonore, et Le livre de la jungle celui des Meilleurs effets spéciaux, l’épatant Suicide Squad remporte l’Oscar des Meilleurs maquillages et on s’en réjouit.

A la fin de ses remerciements, l’un des membres de l’équipe, en tant qu’immigré italien, a tenu à dédier cette victoire à tous immigrés du monde.

 

La chouette production Disney Zootopie remporte l’Oscar du Meilleur film d’animation.

 

Après le succès de la série American Crime Story, consacré au tristement célèbre ex-joueur de football américain, c’est O.J. : Made in America, le documentaire fleuve (7h 43) d’Ezra Edelman qui obtient l’Oscar dans sa catégorie.

 

Parmi les moments mémorables :

– Les bonbons tombés du ciel.
– Les vannes continuelles de Jimmy Kimmel à Matt Damon, et le reportage hilarant censé témoigner du manque de talent de l’acteur.
– L’édition Oscar des tweets méchants, lus par les acteurs concernés.
« Emma Stone ressemble à une traînée qui prend du crack, dans chacun de ses rôles. »

– Les touristes débarqués d’un bus tour qui arrivent d’une entrée latérale au beau milieu de la soirée, pensant visiter une exposition sur les costumes. N’en croyant pas leurs yeux, ils se retrouvent nez à nez avec le parterre de stars qui leur sont présentées par Jimmy Kimmel :
« Je vous présente Ryan Gosling, surtout ne le regardez pas trop longtemps, vous allez vous brûler les yeux. »

#LaLaGate #EnveloppeGate

Et enfin, la bourde magistrale, voire historique, a été commise dans les dernières minutes de la cérémonie par le tandem mythique Faye Dunaway et Warren Beatty venus remettre l’Oscar du Meilleur film. Visiblement embarrassé en lisant le résultat, Beatty a refilé le carton à sa partenaire, qui a clamé « La La Land ». Le temps que toute l’équipe du film se précipite sur scène, émue, pour remercier, le staff de l’Académie s’est rendu compte de l’erreur. Après un moment de confusion générale, Jordan Horowitz, le producteur de La La Land lui-même, s’est emparé violemment du bon carton et annoncé au micro la victoire de Moonlight. L’incident de l’enveloppe donnée par erreur a valu de nombreux tweets hilarants, dont celui de M. Night Shyamalan : « I wrote the ending of Academy Awards 2017@JimmyKimmel We really got them ! »

(Photo by Kevin Winter/Getty Images)

Dans son émission, Jimmy Kimmel a déclaré que « c’était la pire fin d’un show TV depuis la fin de Lost. » et a raillé la fuite de Faye Dunaway. La vilaine (son visage revu par la chirurgie esthétique est une véritable horreur !) s’est en effet enfuie comme une malpropre, laissant l’infortuné Warren Beatty tenter bravement et vainement de s’excuser.

(Photo Variety)

Pas de rancœur toutefois. Depuis, Damien Chazelle et Barry Jenkins, deux jeunes cinéastes qui se connaissent depuis leurs débuts, sont revenus avec fair play sur l’incident en livrant une interview commune au magazine Variety.

Glamour

Oscar de la plus belle robe AFAP est attribué cette année à Nicole Kidman, sublime en Armani Privé

(Getty Pictures)

INTÉGRALITÉ DU PALMARÈS DES OSCARS 2017

RAZZIE AWARDS 2017

La veille des Oscars, avait lieu comme il est d’usage la 37ème soirée des Razzie Awards, qui récompensent le pire du cinéma hollywoodien. Deux films se sont partagé les trophées.

Il avait été applaudi par Donald Trump durant la campagne, mais ce 25 février, le documentaire à charge, Hillary’s America, The Secret History of the Democratic Party a été élu le pire film de l’année, son metteur en scène très conservateur Dinesh D’Souza a été lui aussi distingué en tant que pire réalisateur et acteur (dans son propre rôle), sa partenaire Becky Turner, qui prête ses traits à Hillary Clinton, a été couronnée elle aussi.

Batman v Superman : l’aube de la justice, de Zack Synder, continue son chemin de croix. Il a remporté quatre trophées, dont celui de la pire suite ou remake, du pire second rôle (Jesse Eisenberg), pire scénario et pire combinaison à l’écran (Ben Affleck et Henry Cavill).

Quand à Kristen Wiig, elle a été distinguée par le trophée du pire second rôle de l’année pour sa prestation dans Zoolander 2, de Ben Stiller, qui avait obtenu le plus grand nombre de nominations (8) à égalité avec Batman v Superman.