KEANU REEVES HOMMAGE

OUVERTURE DU FESTIVAL DU FILM AMÉRICAIN DE DEAUVILLE, 41ème EDITION DU 4 AU 13 SEPTEMBRE 2015

_GIS7464 Photo Guy Isaac

« My name can’t be THAT tough to pronounce ! »
Keanu (« Petite brise fraîche au-dessus des montagnes ») Reeves

S’il avait été plus inspiré, ou plus informé, Lionel Chouchan, vénérable cofondateur du festival du Film Américain de Deauville, aurait fait un discours sur Keanu Reeves autrement plus pertinent que cette évocation, façon pêle-mêle, de sa filmographie. Car Keanu Reeves, auquel la 41ème édition du festival rendait hommage lors de sa cérémonie d’ouverture vendredi, est un acteur inclassable, « taiseux », déroutant, capable du meilleur comme du pire et qui conserve, contrairement à ses pairs beaux gosses de la même génération (Tom Cruise, Brad Pitt, Johnny Depp) un caractère éminemment énigmatique, accentué par un timbre de voix follement grave. Les locomotives Point Break, Speed et surtout le cultissime et cyberpunk Matrix qui l’a porté au firmament en 1999, ne doivent pas faire oublier qu’il a débuté dans le cinéma indépendant (River’s Edge, My Own Private Idaho…), vers lequel il revient invariablement, et généralement lorsqu’on s’y attend le moins (A Scanner Darkly, Les vies privées de Pippa Lee…). Certes, sa carrière post-Matrix n’a pas eu le retentissement escompté, pour cause de choix malheureux et de prestations parfois médiocres, mais « le plus asiatique des acteurs américains » (selon Les Cahiers du cinéma *) est toujours prêt à en découdre, à prendre des risques, à mettre à mal son image, démontrant par là que contrairement aux apparences, il est « bosseur » et amoureux fou de son art. Et si on peut émettre des réserves sur le récent Man Of Tai Chi (sa première réalisation dans laquelle il livre l’une des plus mauvaises performances de sa carrière), Side By Side, le documentaire qu’il a produit en 2014 et dont il est l’initiateur, a révélé une facette inattendue de sa personnalité. On le savait passionné de rock, de moto et d’arts martiaux, mais dans ce film où il interpelle les plus grands de l’industrie du cinéma américain au sujet de la mort de l’argentique, il se révèle en cinéphile curieux et averti. Cet homme discret qu’on pensait timide a même bluffé les critiques les plus sceptiques lors de la master class qu’il a donnée à Paris en juin 2014 (Libération l’a jugé avec une certaine condescendance « plus tranchant qu’envisagé »). Et sur les mythiques planches de Deauville ce vendredi après-midi, où était inaugurée sa cabine de plage, juste à côté de celle de Salma Hayek, l’acteur canadien s’est mis dans la poche le public de fans et de curieux.

Keanu-Reeves
Photo PJB/SIPA

04092015-DSC_4702Photo Sophie Dancourt

IMG_8907

Le service de presse du festival n’ayant sottement pas donné suite à la demande d’interview de Rock & Folk (Keanu Reeves est, entre autres, l’ex-bassiste du groupe Dogstar), on s’est sagement contentés du privilège d’assister à cet hommage. Le ciel de Deauville avait beau être plombé et les températures dignes d’un mois d’octobre, ce vendredi était radieux lorsque Keanu Reeves est entré dans la salle, au son de la musique de Rage Against The Machine (un extrait de la bande originale de Matrix dont le héros du soir n’a pas manqué de souligner la qualité), après une flamboyante rétrospective en images de sa carrière. Toujours beau gosse, mais plus rugueux (et barbu), souriant et étonnamment à l’aise, Keanu Reeves, visiblement ému par ce témoignage de reconnaissance du cinéma français, a livré un discours aussi touchant que drôle, en se remémorant ses débuts et le soutien indéfectible de sa mère,

« So I asked my mother, at fifteen years old, if I can be an actor, and she said : ‘Of course, Keanu, you can do ever you like !’.
Merci Maman ! »

… les déboires liés à son prénom jugé impossible par les gens de l’industrie hollywoodienne, et qui lui a valu de débuter sous le nom de K. C. Reeves (Charles est son deuxième prénom). Il a eu un mot (et un regard vers l’écran) pour River Phoenix, son ami et partenaire de My Own Private Idaho fauché en pleine jeunesse, et Keanu a également parlé avec ferveur de cette passion pour le cinéma qui l’anime depuis qu’il est môme : « Je me dis que cet homme de cinquante et un ans qui se tient devant vous se sent très chanceux d’avoir pu vivre jusqu’ici les rêves du gamin qu’il était à quinze. »

one-of-many-iconic-images-from-the-film
avec River Phoenix dans My Own Private Idaho de Gus Van Sant (1991)

Samedi, son dernier film en date, le thriller horrifique Knock Knock, du trublion Eli Roth (Hostel), a été projeté en Première de cette 41ème édition. Critique à venir…

BANDE-ANNONCE

knock-knock-eli-roth-6

Site officiel du festival de Deauville
* n°547, juin 2000

04092015-DSC_4748Photo Sophie Dancourt

SIN CITY : J’AI TUÉ POUR ELLE & Palmarès Festival du film américain Deauville 2014

kht9p6yzi83223z
Une histoire d’opération de dents de sagesse et de rentrée scolaire m’aura empêchée d’assister aux projections de la semaine américaine à Deauville. Pour rien au monde cependant, je n’aurais manqué le film de clôture, la suite du génial Sin City, d’autant qu’il était introduit par l’icône Frank Miller en personne après une cérémonie de palmarès pleine de fraîcheur, loin d’être guindée (membres du jury, Claude Lelouch est venu en baskets et Marie-Claude Pietragalla a tenu à esquisser quelques pas de danse), à l’image de ce festival, qui fait la part belle à la jeune création.

 

whiplash-double-vainqeur-du-public-et-du-jury_3
Nicholas Britell, Miles Teller et Damien Chazelle

Cette année la surprise est venue de Whiplash, du jeune Damien Chazelle, l’histoire d’un jeune batteur de jazz du Conservatoire de Manhattan, découvert à Cannes 2014 dans la sélection Un certain regard. Le film, en grande partie autobiographique, rafle à Deauville le Prix du public et le Grand Prix, sept mois après avoir obtenu le Prix du public et le Grand prix du Jury à Sundance (il est inspiré du court-métrage homonyme réalisé par Chazelle en 2013 et déjà primé à Sundance). Sur la scène, le réalisateur, son coproducteur Nicholas Britell et le jeune comédien-vedette Miles Teller ont rendu un chaleureux hommage à Deauville. Le cinéaste américain, francophone par son père, y passait ses vacances lorsqu’il était enfant. Quant à Miles Teller (vu dans le récent remake de Footloose, Projet X et Divergente), il s’est réjoui de sa bonne fortune, une belle compensation pour celle qu’il a avoué avoir perdue au casino durant son séjour.

Whiplash_miles-teller-jk-smmons
Miles Teller et JK Simmons dans Whiplash

Bande-annonce

 

jury-revelation-deauville-2014-09-13
Anne Berest, Lola Bessis, Clemence Poésy, Christine & The Queens et Freddy Highmore

La remise du Prix de la Révélation Cartier, qui récompense une œuvre pour ses qualités novatrices, a valu un joli moment d’euphorie, grâce à la spontanéité des membres de son jeune Jury présidé cette année par Audrey Dana. Les comédiens Freddy Highmore, Clémence Poésy, la romancière Anne Berest, la chanteuse Christine and the Queens et Lola Bessis (la fille de Daniela Lumbroso est coréalisatrice et vedette du film franco-américain Swim Little Fish Swim, paru sur les écrans français en juin 2014) ont gratifié le public d’un numéro véritablement charmant, avant de décerner le Prix à A Girl Walks Home Alone At Night de Ana Lily Amirpour. Sous influence David Lynch, Thomas Alfredson et Frank Miller, cette coproduction américo-iranienne en noir et blanc est un film de vampires militant, qui dénonce la condition de la femme en Iran.

a_girl_photo7
Sheila Vand dans A Girl Walks Home Alone At Night
Bande-annonce

Si les films les plus attendus ont fait chou blanc au palmarès (voir chronique programme), The Good Lie de Philippe Falardeau, drame sur l’odyssée de quatre survivants d’un massacre au Soudan, est le logique gagnant du Prix du Jury présidé par Costa-Gavras. It Follows, combiné de teenage movie mélancolique et de film de zombies, signé David Robert Mitchell, obtient celui de la Critique Internationale et Things People Do, thriller familial et premier long-métrage de Saar Klein — monteur, entre autres, de La ligne rouge de Terrence Malick et Presque Célèbre de Cameron Crowe — celui du 40ème anniversaire.

image
Reese Witherspoon et Ger Duany dans The Good Lie

It-Follows-1
It Follows

536878.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx
Jason Isaacs et Wes Bentley dans Things People Do

Enfin, le Prix Michel-d’Ornano, qui récompense un premier film français et aide à sa promotion et son exportation, est allé cette année à la comédie Elle l’adore, de Jeanne Herry (fille de Miou-Miou et Julien Clerc), avec Sandrine Kiberlain et Laurent Lafitte. Pierre Lescure, membre du Jury du festival, la considère déjà comme la comédie de l’année.

1569526-affiche-de-elle-l-adore-600x315-2
Bande-annonce

1965920339_B973567866Z.1_20140915110016_000_GO2348QJI.5-0
Frank Miller

 

 Sin City : J’ai tué pour elle (Frank Miller’s Sin City : A Dame To Kill For)

Sin-City-A-Dame-To-Kill-For-Szenen-04-Ava-Lord-Eva-Green-Dwight-McCarthy-Josh-Brolin 
Frank Miller et Robert Rodriguez
2014

Tandis que Johnny (Joseph Gordon-Levitt), jeune joueur de poker surdoué et trop sûr de lui, débarque à Sin City pour affronter le sénateur crapuleux Roark (Powers Boothe), Nancy Callahan (Jessica Alba), stripteaseuse au Kadie’s Club Pecos, prépare sa vengeance pour exterminer le même Roark, responsable quatre ans auparavant de la mort de John Hartigan (Bruce Willis), son flic protecteur bien aimé. Pendant ce temps, Dwight McCarthy (Josh Brolin) se morfond en pensant à Ava Lord (Eva Green), la belle qui lui a brisé le cœur, et le colosse justicier Marv (Mickey Rourke) veille sur Nancy et tous les paumés du secteur…

Neuf ans après, voici donc, tournée en 3D, la suite du génial Sin City par les mêmes, toujours adaptée du roman graphique de Frank Miller. Le fameux dessinateur (entre autres, de Daredevil, Elektra et Batman : The Darknight) et scénariste, âgé de cinquante-sept ans, a introduit lui-même le film, présenté en clôture du festival américain de Deauville. En fauteuil roulant, amaigri par une maladie mystérieuse (des rumeurs de cancer circulent aux Etats-Unis), mais l’œil pétillant, Frank Miller ne s’est pas fait prier pour livrer des anecdotes sur le tournage et dire tout le bien qu’il pense de son complice Robert Rodriguez « J’avais trois frères, désormais j’en ai quatre ». Hommage au film noir, Sin City 2, comme son prédécesseur, n’est autre qu’un film-fantasme. Le cinéaste revendique cette vision d’une ville fantomatique et viciée, où « les hommes sont de gros durs, les femmes, sublimes et les voitures, vintage. » Si le film ne bénéficie pas de l’effet de surprise suscité par le premier opus, véritable choc visuel, la 3D, très réussie, accentue l’immersion dans la bande-dessinée, et tous les plans sont un total émerveillement. Le bât blesse plutôt du côté de la narration qui peine un peu à emmêler avec fluidité ses trois histoires de vengeance, parfois décalées dans le temps. Il serait néanmoins indécent de ne pas être séduit par la mélancolie qui émane de cette ode aux désespérés et aux cœurs brisés, qui jongle avec les clichés et ressuscite les plus belles figures du genre, telle cette femme fatale incarnée par Eva Green (à la divine plastique), sorte de fusion de Rita Hayworth et Ava Gardner. Moins nerveux et hystérique que son prédécesseur, ce néo-film noir recèle encore des scènes d’action de toute beauté, d’autant que la violence reste résolument graphique. Si, en gros dur au cœur tendre, Mickey Rourke remporte tous les suffrages (Marv est le fil rouge du film), Joseph Gordon-Levitt va faire chavirer les midinettes, tandis que Jessica Alba, avec ou sans chapeau de cow-boy, est une révolution à elle toute seule.

2211496-jessica-alba
Sin-City-A-Dame-To-Kill-For1
Sin-City-J-ai-tue-pour-elle-photo-Joseph-Gordon-Levitt
328409.jpg-c_640_360_x-f_jpg-q_x-xxyxx
Sin-City-2-
Mickey-Rourke
22FRANK2-articleLarge
sin_city_2
movies-sin-city-2-a-dame-to-kill-for-mickey-rourke-marv
BANDE-ANNONCE

Un grand merci à Eric Cavillon, du groupe Lucien Barrière, aussi gentleman que Marv, et bien plus beau.

FESTIVAL DU FILM AMERICAIN DE DEAUVILLE 2014 PROGRAMME

Les 40èmes rugissants
Du 5 au 14 septembre 2014

14-05-19-UPDATE_SLIDER-40

Pour célébrer dignement son 40ème anniversaire, le Festival du Film américain de Deauville propose une sélection de films particulièrement alléchants et des hommages en veux-tu, en voilà. Même le désistement à la dernière minute de James Cameron ne parviendra pas à ternir cette édition présidée par Costa-Gavras, et honorée par la présence, entre autres, de Jessica Chastain, Ray Liotta, Will Ferrell, John McTiernan et Mick Jagger… Météo normande capricieuse ou pas, les cinéphiles seront à la fête !

DSCF9550.RAF

C’est à Magic In The Moonlight de Woody Allen, tourné dans le sud de la France avec Emma Stone et le très british Colin Firth, que reviendra l’honneur d’entamer les réjouissances le 5 septembre. Entre autres premières de choix présentées au cours de ces dix jours de cinéma intensifs, on retiendra particulièrement Get On Up de Tate Taylor (La couleur des sentiments), produit par Brian Grazer et Mick Jagger, biopic d’ores et déjà encensé sur la vie de James Brown, avec Chadwick Boseman dans le rôle de Mister Dynamite (12 septembre), Pasolini, évocation par Abel Ferrara des derniers jours du poète et cinéaste italien sulfureux, incarné par le génial Willem Dafoe (11 septembre), The Disappearance Of Eleonor Rigby : Them, au titre plus intrigant que son synopsis (une histoire de couple compliquée), premier long-métrage de Ned Benson interprété par Jessica Chastain et James McAvoy (6 septembre), sans oublier Sin City : J’ai tué pour elle, de Robert Rodriguez et Frank Miller, la suite, dix ans après, du génial Sin City par les mêmes, avec une brochette d’acteurs aux petits oignons (Jessica Alba, Ray Liotta, Josh Brolin, Joseph Gordon-Levitt, Eva Green, Jeremy Piven, Juno Temple, Mickey Rourke etc). Le film sera projeté après la cérémonie de clôture le 13 septembre.

Get On Up
get-on-up02

Pasolini
dafoe

The Disappearance Of Eleonor Rigby : Them
disappear-eleanor

Sin City : j’ai tué pour elle
-f6334d9c-b1bb-490f-821e-89ec7f544754

Parmi les films en compétition, on ne manquera pas dès le 11 septembre I Origins, le nouveau long-métrage de SF de Mike Cahill, réalisateur en 2011 de l’épatant Another Earth. Brit Marling figure bien évidemment au générique, aux côtés de Michael Pitt, Astrid Bergès-Frisbey et Steven Yeun (The Walking Dead). Le 6 septembre, Un homme très recherché, d’Anton Corbijn (Control, The American) d’après John le Carré, devrait remplir les salles, et pas seulement pour sa distribution audacieuse (Grigoriy Dobrygin, Philip Seymour Hoffman, Rachel McAdams, Nina Hoss, Daniel Brühl, Robin Wright, Willem Dafoe…). Une brochette de comédiens qui n’a rien à envier à celle de White Bird, le nouveau Gregg Araki (Mysterious Skin, Doom Generation, Kaboom…) qui réunit Shailene Woodley, Eva Green, Angela Bassett, Thomas Jane, Sheryl Lee et Shiloh Fernandez (10 septembre).

I Origins
Film Review I Origins

Un homme très recherché
AMWM-01216-1200x520

White Bird
52aaf12ae3e29

 

Dans le cadre des Docs de l’Oncle Sam, on peut se laisser tenter par The Go-Go Boys, The Inside Story Of Cannon Films, documentaire d’Hilla Medalia sur l’épopée des cousins producteurs Menahem Golan et Yoram Globus (8 septembre) et Red Army, de Gabe Polsky, du nom de l’équipe de hockey sur glace soviétique durant la Guerre froide.

The Go-Go Boys
gogoboys

Red Army
Red_Army_review_-_CANNES_article_story_large

Quant aux Nuits américaines, elles offrent cette année des séances de rattrapage de films culte, de Thirteen à Memento, en passant par En compagnie des hommes, Ca tourne à Manhattan, High Art ou Hedwig And The Angry Inch.

Memento
memento02

 

Enfin, cette quarantième édition rend hommage à la légende Yul Brynner, aux récents disparus Lauren Bacall et Robin Williams, ainsi qu’à Jessica Chastain, Will Ferrell, Ray Liotta, le producteur Brian Grazer, et le cinéaste maudit John McTiernan, ce qui donnera l’occasion de revoir Piège de cristal, A la poursuite d’Octobre Rouge et Le treizième guerrier.

John McTiernan
john-mctiernan-en-2012

Ray Liotta
Ray-Liotta-ray-liotta-26204123-2396-1562

Jessica Chastain
Jessica Chastain

Le site officiel du festival