GANGS OF LONDON

Filmer l’ultraviolence, c’est tout l’art du Gallois Gareth Evans et de son chef-opérateur Matt Flannery. Avec les phénomènes The Raid en 2011 et The Raid 2 trois ans plus tard, le tandem avait mis la barre très haut et écrasé la concurrence. Dans Gangs Of London, les flingues ont remplacé les arts martiaux, mais la virtuosité des scènes d’action coupe toujours autant le souffle. Carton outre-Manche, la série est emmenée par Joe Cole, le petit frère de Tommy Shelby dans Peaky Blinders, et Michelle Fairley, la Catelyn Stark de Game Of Thrones. Si vous aimez les histoires de famille…

 

(Click on the planet above to switch language.) 

 


« La paix ne m’intéresse pas. »

  

GANGS OF LONDON Saison 1

Série britannique créée par Gareth Evans et Matt Flannery en 2020 sur Sky Atlantic
Disponible sur Starzplay (via Canal+ Séries)

Finn Wallace (Colm Meaney), le magnat de l’immobilier qui régnait depuis vingt ans sur le crime organisé à Londres, est mystérieusement assassiné. Sa mort compromet l’équilibre entre les grandes familles mafieuses. Alors que chaque clan soupçonne l’autre, Sean Wallace (Joe Cole), le successeur désigné de Finn, jeune et impulsif, menace de mettre la capitale à feu et à sang pour venger son père, au grand dam de l’associé de ce dernier (Lucian Msamati), qui tente tant bien que mal de calmer le jeu…

Du jeu vidéo homonyme paru chez Sony en 2006, il ne reste que le titre. Approchés pour l’adapter au cinéma et éventuellement créer une franchise, Gareth Evans et Matt Flannery n’en ont fait qu’à leur tête et ont opté pour le format série. Les fans de leurs précédents The Raid et surtout de The Raid 2 ne seront pas dépaysés par cette intrigue sous influence Infernal Affairs, Le Parrain et Shakespeare. Dans cette guerre urbaine qui implique les mafias albanaise, irlandaise et pakistanaise, l’Armée de la libération du peuple kurde et la communauté du voyage, un jeune loup tente de s’imposer par les armes et sans stratégie aucune, semant un véritable chaos dans les rues de Londres. Son manque de discernement le fait prendre à son service Elliot Finch (Sope Dirisu), un homme de main plutôt doué au combat, et qui n’est autre qu’un flic infiltré. Si la série vaut d’être vue, ce n’est pas tant pour l’intrigue, qui réunit tous les ingrédients classiques du genre (vengeance, trahison…), que pour sa mise en scène, véritable démonstration de style. Comme dans The Raid 2, considéré comme l’un des meilleurs films d’action de tous les temps, on est ici dans du brutal, du viscéral et du gore, et certaines séquences, très réalistes, sont insoutenables (le Français Xavier Gens, spécialiste de l’horreur, a réalisé trois épisodes). On ne compte plus les têtes explosées, les membres arrachés, les mâchoires brisées et j’en passe. Ça n’est jamais gratuit ni complaisant, mais ça cogne, ça tape et ça défouraille. L’épisode 5 offre, à ce titre, un véritable moment d’anthologie. Mais si la brutalité est de mise, l’esthétique aussi, et le sens du cadrage est hallucinant. Londres vue des toits de ses buildings a des allures de Gotham City. Comme Naples dans Gomorra, Rome dans Suburra ou Birmingham dans Peaky Blinders, la capitale anglaise est le théâtre des affrontements sauvages de gangsters sans foi ni loi, prêts à tout pour l’argent et le pouvoir. Seul Sean, fils tourmenté, animé par une soif de vengeance (contre les assassins de son père, mais aussi contre son propre père), refuse de jouer selon les règles. De chaotique, la situation va devenir incontrôlable dans un déchaînement de violence qui emportera tout, ou presque, sur son passage. Vivement la saison 2 !
9 épisodes de 60 minutes environ réalisés par Corin Hardy, Gareth Evans et Xavier Gens. Et avec Ray Panthaki, Paapa Essiedu, Pippa Bennet-Warner, Brian Vernel, Orli Shuka, Valene Kane, Parth Tharkerar, Narges Rashidi, Mark Lewis Jones…

+1

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.