ÉCOUTEZ LE CINÉMA !

Il suffit de quelques notes pour recréer l’émotion, l’émerveillement parfois, et ramener instantanément à notre mémoire des images, des séquences, des visages… La musique de film a ses génies, qui ont transcendé et magnifié des œuvres pour les rendre inoubliables. Ils se nomment Ennio Morricone, Michel Legrand, François de Roubaix, Georges Delerue, Michel Magne, Howard Shore, Philippe Sarde ou John Barry. Ils sont mis à l’honneur dans ce livre-disque sensationnel et les trois vinyles collector qui marquent les vingt ans de l’épatante collection discographique Écoutez le cinéma !, sorte de mémoire musicale du grand écran créée par Stéphane Lerouge sous l’impulsion de Daniel Richard, de Universal Jazz. Et puis, j’en ai profité pour demander au débotté à Vincent Delerm, grand amoureux de cinéma, dont la chanson Nous imitons François Truffaut figure sur l’un des albums de cette édition anniversaire, quels étaient ses compositeurs, BO et films préférés.

(Click on the planet above to switch language.) 

 

ÉCOUTEZ LE CINÉMA ! 20 ans

Disponible le 15 janvier 2021
Decca Records/Universal Music

« Enfin, s’il reste un genre que j’aimerais encore explorer, c’est la science-fiction. Je l’ai juste approchée à deux reprises, avec Mission To Mars et L’Humanoïde. Voilà donc ce qui pourrait me motiver demain : avoir à trouver des solutions musicales non conventionnelles pour raconter les étoiles, le cosmos et l’infiniment grand. » Ennio Morricone

Après le chouette vinyle Le cinéma de Jean-Paul Belmondo, paru dans la même collection, ce livre-disque en édition limitée fait figure d’événement. Illustré de photos rares, il propose trente-six interviews, toutes réalisées par Stéphane Lerouge et sélectionnées parmi la centaine que compte la collection. Des compositeurs y parlent de cinéma. Des cinéastes y parlent de musique. À chaque témoignage correspondent un ou deux morceaux répartis sur deux CD.

Henri Verneuil s’exprime sur Michel Magne : « Parfois je me suis demandé si Magne jouait sciemment les disjonctés ou si sa folie était naturelle… » ; Jean-Paul Rappeneau, à propos de Michel Legrand : « Dans Les Mariés, comme plus tard dans Le sauvage, il a apporté au film une sorte d’élévation, il l’a emmené plus loin, plus haut… » ; Howard Shore sur Martin Scorsese : « Quel que soit le sujet que Marty me propose demain, je le suivrai dans n’importe quelle aventure. » ; Antoine Duhamel sur Godard : « Chaque décision sonore de Godard a du sens. » ; José Giovanni, sur François de Roubaix : « Il y a un sens de l’amitié, de la rectitude que, dans le métier, j’ai uniquement trouvé chez deux hommes : François et Lino Ventura. » etc. Ennio Morricone, Maurice Jarre ou Quincy Jones évoquent également leur travail et John Barry parle de Americans, sa bande-originale imaginaire devenue un album magnifique en 1976 (et disponible dans la collection depuis 2009) : « J’ai essayé de retrouver les sensations de mon premier voyage, de la première fois où j’ai traversé l’Atlantique, à la fin des années 50. Vous imaginez le symbole : pour moi né à (Old) York, découvrir New York ! »

 

Deux CD se partagent quarante-neuf morceaux, connus ou un peu moins, tous genres confondus, du mythique Lawrence d’Arabie, de Maurice Jarre, au solennel Cyrano de Bergerac, de Jean-Claude Petit, en passant par le thème d’amour de La folie des grandeurs composé par Michel Polnareff, le jazzy Downtown Walker de John Barry ou l’incontournable Le clan des Siciliens, d’Ennio Morricone.

  

Cette édition anniversaire est complémentée par la publication de trois vinyles exceptionnels (il n’existe pas de versions CD). A chacun sa thématique : Chansons de films ; Raretés et inédits ; Remixes et reprises.

Dans le premier, on retrouve les classiques comme La chanson d’Hélène, par Romy Schneider et Michel Piccoli, Ça n’arrive qu’aux autres de Michel Polnareff ; mais aussi la charmante Nous imitons François Truffaut, de Vincent Delerm ; Une affaire privée chantée par Marion Cotillard dans le film homonyme de Guillaume Nicloux ou le chouette Si on invitait James Dean, par Fred Pallem et Juliette Paquereau sur une musique de François de Roubaix, thème de La grande lessive de Jean-Pierre Mocky.

 

Dans le second, on découvre ou redécouvre des airs méconnus ou oubliés, en majeure partie issus des années 60-70 françaises tels le générique de la série Tang par Wladimir Cosma, La louve solitaire, thème du film homonyme d’Edouard Logereau, par Francis Lai, ou Les Enquêteurs associés, de la série de Serge Korber, par François de Roubaix.

Enfin, même les puristes pourront apprécier la sélection de dix remixes et reprises, de La Horse, version disco par Marathon Men’s, à Compartiment tueurs par DJ Patife en passant par Mélodie en sous-sol par Fred Pallem ou Le Samouraï se remixe par Nicolas Errèra

Cinq disques collector, à écouter en boucle.

 

VINCENT DELERM EN CINQ QUESTIONS  « ESSENTIELLES »


Photo Julien Mignot

Fanny Ardant et moi, Deauville sans Trintignant, Et si on imitait Truffaut, François de Roubaix dans le dos, La chamade, Vie Varda… L’amour du cinéma ne cesse de vibrer dans les chansons de Vincent Delerm, grand cinéphile et fan de Truffaut devant l’Éternel. Le chanteur a franchi le pas en 2015 en composant  la musique de La vie très privée de Monsieur Sim, mis en scène par Michel Leclerc. Quatre ans plus tard, dans la foulée de son magnifique album Panorama, il a réalisé un premier film, le documentaire sensible et inclassable Je ne sais pas si c’est tout le monde, Chez lui, qui fait également montre d’un vrai talent pour la photographie, chansons et images sont indissociables.

 

AFAP : Vincent, vos trois BO préférées ?

Vincent Delerm : Two For The Road de Henry Mancini (Voyage à deux, Stanley Donen, 1967), Les vestiges du jour (The Remains Of The Day) de Richard Robbins (James Ivory, 1993) et Peau d’âne de Michel Legrand (Jacques Demy, 1970).

 

AFAP : La chanson qui, selon vous, évoque à elle seule le cinéma ?

VD : « La Tour de Pise », de Jean-François Coen, dont le clip a été réalisé par Michel Gondry en 1993 (chanson de l’album Jean-François Coen – Columbia 1993).

 

AFAP : Pour quels compositeurs de musique de films d’hier et aujourd’hui avez-vous le plus d’admiration ?

VD : Principalement, Georges Delerue. J’ai le pressentiment d’un homme qui a réussi à la fois une grande carrière et une vie personnelle, un critère qui compte beaucoup pour moi.

AFAP : Avec quels réalisateurs contemporains aimeriez-vous collaborer ? 

VD : J’aimerais idéalement travailler avec des femmes, je m’entends mieux avec elles. Mais je ne me dis jamais en voyant un film « J’aimerais travailler avec elle ou lui. » Je ne suis pas fabriqué comme ça.

AFAP : Quels sont vos trois films préférés, indépendamment de leur BO ?

VD : Ma nuit chez Maud, d’Éric Rohmer (1969), Le dernier métro de François Truffaut (1980) et L’homme de Rio de Philippe de Broca (1964).

Interview réalisée le 12 janvier 2021
Merci à Vincent Delerm, Valérie Lefebvre, Anne-Marie Dordor et Éric Cavillon

 

BEST OF ACTEURS ET ACTRICES 2020

Pandémie oblige, très peu de films ont été diffusés en salles en 2020, une situation qui a grandement profité à Netflix et aux plateformes de streaming. Fatalement c’est là, en majeure partie, qu’on a pu découvrir les plus belles performances, que ce soit dans les longs-métrages, les séries ou les mini-séries. Voici donc mon top (21 du coup) de ceux et celles qui ont particulièrement brillé, en salles ou à domicile.

(Click on the planet above to switch language.) 

 

1 – LE PHÉNOMÈNEAnya Taylor-Joy dans Le jeu de la dame (The Queen’s Gambit). Elle a mis tout le monde au tapis dans la mini-série de Scott Frank et Allan Scott. (Netflix – octobre 2020)

 

2 – LE CINGLÉAdam Sandler fait un numéro de folie dans Uncut Gems de Josh et Benny Safdie
(Netflix – janvier 2020)

 

3 – LA RÉVÉLATION
Julia Fox, incroyable dans Uncut Gems 

 

4 – LE CHOUCHOU
Thomas Brodie-Sangster, épatant comme toujours, dans Le jeu de la dame

 

5 – LE SENSATIONNEL Robert Pattinson bluffant dans Tenet de Christopher Nolan (en salles en août 2020)

Et dans Le Diable tout le temps (The Devil All The Time) de Antonio Campos (Netflix – septembre 2020)

 

6 – LA FLIPPANTEAmanda Collin, une androïde très convaincante dans Raised By Wolves, série de Aaron Guzikowski et Ridley Scott
(Warner TV- Décembre 2020)

 

7 – LE TOURMENTÉBen Mendelsohn, si humain dans la terrifiante mini-série The Outsider de Richard Price
(OCS – Janvier 2020)

 

8 – LES ATTACHANTSWill Sharpe, Aoi Okuyama, Takehiro Hira, Kelly Macdonald et Yôsuke Kubozuka dans Giri/Haji, mini-série de Joe Barton, ma préférée de 2020.
(Netflix – janvier 2020)

 

9 – LA BELLE ÉQUIPE Mark Rylance, Eddie Redmayne, Sacha Baron Cohen, Jeremy Strong, Alex Sharp, Yahya Abdul-Mateen II, Joseph Gordon Levitt, Frank Langella, Michael Keaton…  le jeu d’acteur à son top dans Les sept de Chicago (The Trial of The Chicago 7) d’Aaron Sorkin
(Netflix – octobre 2020)

 

10 – LA BOULEVERSANTEMarie Colomb dans Laëtitia, excellente mini-série de Jean-Xavier de Lestrade et Antoine Lacomblez (mention spéciale à Alix Poisson et Yannick Choirat)
(septembre 2020 – France 2)

 

11 – LES SURDOUÉSSaoirse Ronan et Timothée Chalamet dans Les filles du docteur March (Little Women) de Greta Gerwig (en salles en janvier 2020)

 

12 – L’ÉBLOUISSANTEÉmilie Dequenne dans Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait d’Emmanuel Mouret (en salles en septembre 2020 )

 

13 – L’HÉROÏQUEMark Ruffalo dans Dark Waters de Todd Haynes (en salles en février 2020)

 

14 – LA DIVANicole Kidman fascinante dans The Undoing, mini-série de David E. Kelley
(OCS – Octobre 2020)

 

15 – LA COURAGEUSEVictoria Pedretti dans The Haunting of Bly Manor, mini-série éprouvante de Mike Flannagan
(Netflix – octobre 2020)

 

16 – L’HILARANTE Philippine Leroy-Beaulieu, belle revenante, dans Emily In Paris de Darren Starr
(Netflix – octobre 2020)

 

17 – LE FANTASMEAmanda Seyfried sublime dans Mank, de David Fincher (bon Gary Oldman y est formidable aussi, mais lui, il est hors catégorie)
(Netflix – décembre 2020)

 

18 – L’INOXYDABLEJames Spader dans Blacklistsérie de Jon Bonkenkamp qui reste une valeur sure.
(Saison 7 Netflix 2019-2020)

 

19 – LE PAUMÉJude Law pas à la noce dans The Third Day, mini-série de Felix Barrett et Dennis Kelly (OCS – Septembre 2020)

 

20 – LES IRRÉDUCTIBLESMark Rowley et Arnas Fedaravicius, ceux qu’on voudrait avoir comme copains, dans The Last Kingdom, série épatante de Stephen Butchard (Saison 4 – avril 2020 – Netflix)

 

21 – LES FANTASTIQUESPedro Pascal et Grogu (alias Bébé Yoda), ceux qu’on voudrait aussi avoir comme copains, dans The Mandalorian, de Jon Favreau
(Saison 2 octobre 2020 – Disney+)

NB : Si j’avais vu la quatrième saison de The Crown, j’aurais probablement inclus Emma Corrin ou Gillian Anderson. Mais je n’en suis qu’à la troisième. Pas vu non plus Unorthodox, où paraît-il, brille Shira Haas. This is the way. 

WISHLIST NOËL 2020 

 

10 CADEAUX CINÉPHILES À OFFRIR, OU MIEUX, SE FAIRE OFFRIR…

 

1 – OLIVER STONE — À LA RECHERCHE DE LA LUMIÈRE (Chasing The Light)
Publié le 7 octobre 2020 aux Éditions de l’Observatoire
(traduit de l’anglais par Diniz Galhos) – 23 €

Fils d’une Française et d’un soldat américain, le réalisateur de Platoon ou Né un 4 juillet porte un regard sans complaisance et espiègle sur son enfance, ses tribulations et les hauts et bas de sa carrière. Je n’en suis qu’au début et c’est déjà passionnant. Critique à venir.

 

2 – RICHARD BURTON — JOURNAL INTIME
Publié le 30 octobre 2020 aux Éditions Séguier
(traduit de l’anglais par Alexis Vincent et Mirabelle Ordinaire) – 24,90 €

Certains n’auront retenu de l’acteur mort prématurément (à l’âge de 58 ans), que son histoire d’amour tumultueuse avec Liz Taylor. Mais le Gallois Richard Burton avait une personnalité complexe, riche, passionnée. Comme en atteste ce journal au vitriol qui couvre la période de 1965 à 1971, il maniait aussi en maître l’ironie. Indispensable.

 

3 – DOWNTON ABBEY — L’intégrale de la saga : la série et le film
Paru le 30 septembre 2020 chez Universal (70 € environ)

Le coffret, disponible en Blu-ray ou DVD, propose la série culte de Julian Fellowes composée de six saisons, soit 52 épisodes diffusés entre 2010 et 2015, et le film de Michael Engler paru en 2019. Un monument, à voir ou à revoir, pour un prix, somme toute, raisonnable.

 

4 –  LE PAYS DE LA VIOLENCE de John Frankenheimer Édition Collector Digibook (DVD+Blu-ray+Livre)
Paru le 5 décembre 2020 chez Sidonis Calysta (27 € environ)

En version originale, ce drame publié en 1970 porte le titre de la célèbre chanson de Johnny Cash I Walk The Line, c’est d’ailleurs Cash qui a signé la musique du film. Le morceau illustre à merveille cette histoire de shérif taciturne et rigide, qui va mettre son mariage et sa réputation en péril pour une jeune ingénue dont il est tombé amoureux. Désavoué par son acteur principal – Gregory Peck – et même par son réalisateur, Le pays de la violence est de ces films maudits et méconnus qui méritent une redécouverte. Il est ici accompagné d’un livre passionnant écrit par Olivier Père, bien connu des cinéphiles, directeur de l’unité Cinéma d’Arte France

 

5 – THE CROWN, LE VRAI DU FAUX — La série culte décryptée
Corentin Lamy, Joffrey Ricome, Pierre Trouvé
Paru le 15 octobre chez Gründ (19,90 €)

La vie d’Élizabeth II et de la famille royale est narrée avec magnificence dans la brillante The Crown, série la plus chère de l’histoire à ce jour. Mais si la saga frappe par son réalisme, son créateur, Peter Morgan, et ses scénaristes ont malgré tout romancé le show et fait plusieurs entorses à la vérité. Ce livre qui porte sur les trois premières saisons, tombe à pic pour démêler tout ça !

 

6 – POLICE FÉDÉRALE LOS ANGELES Coffret Ultra Collector
Blu-ray + DVD + Livre
Carlotta Films (50 €)

Les objets Collector, c’est le fort de Carlotta (voir ma chronique de la récente édition d’Ariane). Pour Noël, la boutique en ligne propose deux coffrets achetés et le 3ème offert. J’ai choisi celui-là car c’est un film que j’aime particulièrement, mais on y trouve des éditions à tous les prix, des affiches, des tote bags, et même un t-shirt en hommage à Ozu, dessiné par Nathan Gelgud. Allez y faire un tour… https://laboutique.carlottafilms.com/pages/offres-speciales-noel-2020

 

7 – LE SOLEIL DES VOYOUS de Jean Delannoy Édition Prestige
Disponible depuis le 4 décembre 2020 chez Coin de Mire (32 € chez Gibert Joseph, Le Furet du Nord, la Fnac et la boutique en ligne : https://coindemirecinema.com )

Chaque année depuis 2017, Coin de Mire travaille à la restauration en HD de titres du patrimoine français publiés entre 1950 et 1980, et permet de revivre le film comme lors de sa sortie au cinéma, avec ses journaux d’actualité, ses bandes-annonces et réclames d’époque. Les éditions Prestige comprennent le Blu-ray, le DVD, un livret de 24 pages, des photos d’exploitation et la reproduction de l’affiche originale en format 215×290. N’en jetez plus !
Éditions Prestige parues chez Coin de Mire à la même date : Le chat, Le jardinier d’Argenteuil, La veuve Couderc, Le mouton à cinq pattes et La chartreuse de Parme.

 

8 – LE CINÉMA DE JEAN-PAUL BELMONDO — 1960-1981
Paru le 11 décembre 2020 chez Decca (environ 20 €)

La bouille de Bébel sur un vinyle, ça ne se refuse pas. L’album propose quatorze thèmes extraits de films qui ont marqué sa carrière. Ils sont signés, entre autres, Martial Solal (À bout de souffle), Georges Delerue (Cartouche, L’homme de Rio, Le cerveau… ), Francis Lai (Un homme qui me plaît), Claude Bolling (Borsalino, Le Magnifique…), François de Roubaix (La Scoumoune), Philippe Sarde (Flic ou voyou) sans oublier il Maestro, Ennio Morricone (Le professionnel).

 

9 – COFFRET WATCHMEN + CHERNOBYL + THE OUTSIDER
DVD ou Blu-ray
Paru chez Warner le 21 octobre 2020 (60/70 € environ)

Trois mini-séries récentes et primées que j’ai adorées, réunies dans le même coffret. Deux sont formidablement fantastiques, la troisième est bluffante de réalisme.

 

10 – FIGURINE BÉBÉ YODA INTERACTIVE
Hasbro (30 € environ)

Si, comme moi, vous êtes fan de la série The Mandalorian (dont la saison 2 st actuellement diffusée sur Disney +), et que vous guettez le moindre geste du craquant Bébé Yoda, c’est le must have de Noël 2020. Cette version-là est très abordable et surtout très ressemblante. La figurine est livrée avec une grenouille que les aficionados reconnaîtront, et en plus… il gazouille !

 

★★ ET JOYEUX NOËL ! ★★