JOKER

Contre toute attente, c’est à Todd Phillips, le réalisateur de la saga légère Very Bad Trip, que l’on doit le film le plus sombre, dérangeant et politique de la rentrée. La bonne idée : évoquer l’origine d’un mythique méchant de l’écurie DC Comics en le ramenant à un personnage de chair et d’os, à un être humain en somme. On peut avoir des réserves sur quelques points, mais une chose est sûre : Joaquin Phoenix y est hallucinant. S’il ne décroche pas l’Oscar l’année prochaine, c’est que le monde est décidément (mal) foutu.

« Is it just me, or is it getting crazier out there ? »

 

Joker

Todd Phillips
2019
Dans les salles françaises depuis le 9 octobre
Lion d’Or Venise 2019

En 1981 à Gotham City… Arthur Fleck (Joaquin Phoenix) est atteint de troubles neurologiques. Il souffre notamment d’une pathologie qui provoque chez lui des rires déments incontrôlés, qui suscitent immanquablement le malaise. Il vit dans un immeuble insalubre avec sa mère handicapée (Frances Conroy), ancienne employée du milliardaire Thomas Wayne (Brett Cullen), et survit grâce à un job précaire de clown de rue. Un soir, dans le métro, son existence jusqu’ici faite d’agressions et d’humiliations, va prendre un tournant différent…

Fi donc de l’explication du comic book original comme quoi le pire ennemi de Batman serait tombé dans une cuve de déchets toxiques, ce qui l’aurait rendu fou et nanti d’un affreux rictus et de cheveux verts. Todd Phillips et le scénariste Scott Silver (8 Mile, Fighter…) ont librement réinventé la genèse du Joker, faisant de lui un chic type mentalement perturbé qui bascule du côté obscur à force de subir les humiliations et la cruauté de ses congénères. Plus que le personnage imaginé en 1940 par Bob Kane, Bill Finger et Jerry Robinson dans Batman, c’est plutôt du côté de L’homme qui rit, immortalisé au cinéma par Conrad Veidt en 1928, du héros du comic The Killing Joke d’Alan Moore et Brian Bolland, du Travis Bickle de Taxi Driver ou du Rupert Pupkin de La valse des pantins (tous deux campés par Robert De Niro) qu’il faut chercher ici les sources inspiration. L’influence de ces deux films de Martin Scorsese (assumée par Todd Phillips) est indéniable dans Joker, et pas seulement à cause de la présence de l’acteur précité (et du fait que le cinéaste a été pressenti à la production). Certains plans et séquences ont été filmés quasiment à l’identique (Télérama a déclaré, à raison, que le film était une version dégénérée de La valse des pantins). Car, comme Rupert Pupkin, Arthur Fleck est un pauvre diable qui rêve d’être sous les projecteurs et de faire du stand-up. Il aime la danse et jouer avec son corps qu’il fait onduler et désarticule à volonté (Joaquin Phoenix a perdu vingt-cinq kilos pour le rôle, et n’a que la peau sur les os), ce qui accentue son aspect « flippant ». En cela l’acteur se démarque de ses illustres prédécesseurs Jack Nicholson et Heath Ledger. Hormis dans le cinéma d’horreur, jamais, depuis Orange mécanique et Le silence des agneaux, un personnage n’aura paru aussi terrifiant à l’écran. Extrêmement sombre et non dénuée de pathos, la première partie du film s’apparente d’ailleurs à un chemin de croix, pour le personnage comme pour le spectateur. La formidable musique de l’Islandaise Hildur Guõnadóttir, collaboratrice de feu Jóhann Jóhannsson, ajoute à l’aspect anxiogène. Elle colle comme un gant à la grisaille de Gotham tout comme au désespoir de ce triste sire, que le virtuose Joaquin Phoenix rend palpable au point que lorsque le personnage se métamorphose en criminel psychopathe, il continue à susciter une certaine empathie. Cette ambiguïté dans la manière d’appréhender le mal a d’ailleurs déclenché une polémique aux Etats-Unis où le film est pointé du doigt pour son incitation à la violence (le FBI redoutait même des tueries de masse dans les salles à sa sortie, certains spectateurs s’étant affublés de masques de clown). Il n’y a pour autant rien de complaisant dans ce grand film sur la folie, et rien qui puisse laisser penser que ses auteurs ont une idéologie douteuse. En transformant leur clown pathétique en symbole malgré lui de la classe ouvrière, ils ont réalisé une œuvre politique et contestataire saisissante (on pense parfois à V pour Vendetta, de James McTeigue). On peut regretter certains choix narratifs maladroits et quelques redondances (dont l’utilisation du standard « Send In The Clowns », un peu trop téléphonée), mais Joker mérite les louanges et son statut de phénomène. Quant aux critiques qui ont fustigé l’incohérence du personnage (ça ne manque pas d’ironie puisqu’il est, par essence, « incohérent ») et la vacuité du propos, ils font doucement rigoler. Il est vrai que faire du Joker le héros de la vengeance des pauvres contre les riches, dans une ambiance de contestation et de crise sociale (le masque du clown à la place du gilet jaune), voilà bien une idée saugrenue et surréaliste ! surtout par les temps qui courent…
2 h 02 Et avec Zazie Beets, Robert De Niro, Leigh Gill…

SILENCE

Vingt-huit ans après son sulfureux La dernière tentation du Christ, Martin Scorsese s’interroge à nouveau sur le mystère de la foi et divise la critique. Inspiré d’un livre du Japonais Shûsaku Endô, Silence mêle l’intime et le spectaculaire, et cette épopée historique aussi majestueuse qu’épurée se révèle une réflexion mystique, politique et philosophique passionnante jusqu’au bout.

 

« I pray but I’m lost. Am I just praying to silence ? »

 

Silence

Martin Scorsese
2016 (Dans les salles françaises depuis le 8 février 2017)

Au XVIIe siècle, deux jeunes prêtres jésuites portugais, Rodrigues (Andrew Garfield) et Garupe (Adam Driver), obtiennent l’autorisation de se rendre au Japon pour retrouver leur mentor disparu, le Père Ferreira (Liam Neeson), qui aurait renié sa foi en pleine mission évangélisatrice. Bien qu’ils sachent que le catholicisme a depuis peu été décrété illégal au Japon, les deux prêtres sont prêts à braver tous les dangers pour laver leur vénérable professeur de cette accusation…

Le film invite à un voyage, à la fois intime et géographique. Celui que font ces deux jeunes prêtres idéalistes, sûrs de leur foi et du bien-fondé de leur quête, qui débarquent clandestinement dans un pays lointain, fermé aux étrangers, et dont ils ignorent tout. Ils découvrent que les chrétiens y sont traqués, martyrisés et exécutés. Au début, rien n’altère la perception de leur mission, d’autant qu’ils sont accueillis comme le Messie dans les villages chrétiens qui résistent à l’oppression. Mais lorsque leurs ouailles se retrouvent en danger de mort par leur faute, le doute s’installe. Si la foi du Père Garupe semble infaillible, celle du Père Rodrigues est mise à l’épreuve. Andrew Garfield, constamment christique, rend les souffrances de ce combat intérieur palpables : la profession de foi justifie-t-elle que des hommes soient sacrifiés au nom de Dieu ? Ces persécutions bousculent les convictions profondes de ce jeune jésuite qui se heurte invariablement au silence divin. Martin Scorsese, qui a réfléchi durant vingt ans à cette adaptation, s’est débarrassé des artifices fantastiques qui caractérisaient La dernière tentation du Christ. Il aborde ici frontalement la question de la foi, de la trahison et de l’expiation, une véritable obsession chez cet ancien séminariste, qui transpire dans bon nombre de ses films. Mais contrairement à ce que vitupèrent certains critiques, il n’y a dans ce Scorsese ni « martyrologie » des chrétiens, ni prosélytisme à outrance, ni complaisance dans la représentation de la violence. Au contraire, le souci de vérité historique est ici manifeste (le livre de Shûsaku Endô est d’ailleurs inspiré d’un fait historique avéré). Le discours de l’inquisiteur japonais, qui perçoit le christianisme comme le cheval de Troie de l’Occident, n’a rien de fantaisiste, et Scorsese met l’accent sur le pragmatisme des instances japonaises, qui défendent leurs traditions et leur homogénéité culturelle. A ce propos, les joutes verbales qui ponctuent la deuxième partie du film sont remarquables. Elles nourrissent une réflexion politique et philosophique passionnante, non sans rapport avec l’actualité. Il est injuste que cette œuvre ambitieuse, âpre et intelligente ait été à ce point boudé par l’Académie des Oscars. La seule nomination est allée au chef opérateur Rodrigo Prieto, auteur des images fabuleuses qui rendent hommage à la beauté de cette nature majestueuse (le film a été tourné à Taiwan) et renvoient à l’esthétique du cinéma de Kurosawa et Mizoguchi (Scorsese a confié avoir emprunté une scène des Contes de la lune vague après la pluie). On signalera aussi que si les acteurs américains ne déméritent pas, ce sont les performances des comédiens japonais de renommée internationale — Tadanobu Asano, Issei Ogata et Yôsuke Kubozuka — qui éclaboussent l’écran.
2 h 41 Avec Ciaràn Hinds, Shin’ya Tsukamoto, Yoshi Oida…

BANDE-ANNONCE








DVD/Blu-ray de Noël (4) : VINYL

 

« Quand j’ai commencé, le rock’n’roll se résumait à ça : deux Juifs et un Rital qui enregistrent quatre Blacks sur une seule piste. »

 

Vinyl

Série américaine créée en 2016 par Martin Scorsese, Mick Jagger, Rich Cohen et Terence Winter
Diffusée en France sur OCS City en février 2016
En Blu-ray et DVD chez Warner Home Video depuis le 17 août 2016

En 1973 à New York, Richie Finestra (Bobby Cannavale), le patron d’American Century Records, la maison de disques la plus influente de son époque, n’est plus que l’ombre de lui-même. Ses abus de drogue, ses infidélités et son désenchantement ont fait couler à la fois son couple et son empire. Mais alors qu’il est sur le point de toucher le fond, il assiste par hasard au concert d’un groupe qui débute, les New York Dolls, et décide de se battre à nouveau pour sa passion de toujours : le rock’n’roll…

Très logiquement, c’est une légende du rock qui est à l’origine de Vinyl. Mick Jagger n’a pas eu besoin d’insister pour convaincre le cinéaste mélomane Martin Scorsese du bien-fondé de son idée. Le sexe, la drogue et le rock’n’roll, ajoutés aux histoires de rédemption, de famille et de mafia, c’est son truc. Le savoir-faire de Terence Winter, créateur et coproducteur avec Scorsese de la série Boardwalk Empire, et scénariste du Loup de Wall Street, a fait le reste. L’idée de génie : avoir confié le rôle de Richie Finestra à Bobby Cannavale, remarquable dans la peau de ce nabab du rock, incontrôlable, pétri de défauts mais immensément attachant. Le premier épisode, de presque deux heures, est un petit bijou réalisé par Scorsese lui-même, avec le budget colossal d’une superproduction (ce qui a lui a d’ailleurs été reproché par les détracteurs de la série). Les décors, les costumes, et la reconstitution du New York des 70’s sont époustouflants. On est littéralement propulsé dans cette ville bouillonnante, gangrénée par le crime, et dans cette période fantasmatique de l’histoire du rock, dix-huit ans après le magique Velvet Goldmine. Cette balade dans les lieux mythiques (les salles de concerts, les boîtes de nuit, les cafés, la Factory d’Andy Warhol…), permet de croiser les émanations de David Bowie, Lou Reed, John Lennon, Elvis Presley ou Led Zeppelin, et de naviguer dans les univers du glam-rock, de la disco, du hip-hop ou du punk. On aime aussi les moments de transitions (« la bande-son du subconscient de Richie Finestra », selon Scorsese) qui rendent hommage aux légendes du passé, notamment Bo Diddley. Car si la série, aux dialogues percutants, est souvent désopilante (l’équipe artistique de choc qui entoure Richie Finestra est aux petits oignons…), elle a des accents crépusculaires qui la rendent incroyablement fascinante pour les fans de musique, toutes générations confondues. Singulièrement stylée, Vinyl s’offre aussi le luxe d’une distribution brillante, de la présence sexy d’Olivia Wilde, et d’une brochette de « fils et fille de » qui n’ont pas volé leur place (James Jagger, Jack Quaid, Juno Temple…). Que la série ait été stoppée par HBO à la fin de la première saison, faute d’audience (trop coûteuse aussi…), est tout bonnement lamentable. On chérit d’autant plus ces dix épisodes flamboyants qui s’achèvent en apothéose.
Pilote d’1 h 48, et neuf épisodes de 54 minutes.
Et avec Paul Ben-Victor, P.J. Byrne, Max Casella, Ato Essandoh, J.C. MacKenzie, Ray Romano, Birgitte Hjort-Sorensen, Susan Heyward, Lena Olin, John Cameron-Mitchell…

BANDE-ANNONCE

 

Test Coffret 4-DVD :

 

 

Interactivité **
La plupart des épisodes sont enrichis d’une mini-featurette sur les coulisses du tournage animée par Terence Winter et/ou de commentaires audio, hélas non sous-titrés. Le dernier disque propose un making of de 17 minutes, ponctué d’interventions des membres de l’équipe.

Image ***
Format : 1.78
Elle est respectueuse des partis pris artistiques des créateurs. Très bien définie, elle est dotée d’un grain qui lui confère un indéniable côté vintage. Les couleurs sont splendides.

Son ***
DD 5.1 en anglais et français
Sous-titres français non imposés
Vu le genre, on se réjouit de la présence d’une piste 5.1, rare pour les séries TV. Elle se révèle plutôt solide, avec de beaux effets dans les enceintes arrière.