3 X GREGORY PECK (BR/DVD Le pays de la violence, La cible humaine, Les Bravados)

Photo Eileen Darby/The Life/Getty (1946)

 

Quel acteur étrange et fascinant que Gregory Peck ! Il semble à l’écran toujours embarrassé par son physique avantageux. Grand, athlétique, il n’éprouve nul besoin de rouler des mécaniques comme Charlton Heston, son partenaire de l’épatant Les grands espaces (The Big Country). Il ne suscite pas non plus la sympathie immédiate comme un James Stewart ou un Robert Mitchum. S’il a souvent été critiqué pour son jeu singulier, sa raideur et son manque de naturel, c’est que, chez lui, tout est intérieur. Gregory Peck prise les antihéros et excelle dans les personnages tourmentés. Son jeu à l’économie rejaillit sur ses films, qu’il rend « spéciaux », et qui deviennent presque un genre à part entière. Durant toute sa vie, ce progressiste dans l’âme, démocrate engagé épris de justice, a personnifié la droiture morale et l’élégance (comme par hasard, il était l’ami d’Audrey Hepburn…). Et même s’il a brillé en crapule dans Duel au soleil et Ces garçons qui venaient du Brésil, le rôle qui lui colle à la peau restera celui d’Atticus Finch, l’avocat valeureux de Du silence et des ombres… (To Kill a Mockingbird), le film dont il était le plus fier et qui lui a valu l’Oscar en 1963. Trois joyaux de la filmographie de cette icône hollywoodienne, un contre-emploi et deux quasiment sur mesure, sont disponibles en Blu-ray et DVD chez Sidonis Calysta dans des éditions remarquables.

 

(Click on the planet above to switch language.) 

 

I keep a close watch on this heart of mine
I keep my eyes wide open all the time
I keep the ends out for the tie that binds
Because you’re mine, I walk the line…
Johnny Cash

  

LE PAYS DE LA VIOLENCE (I Walk The Line)

John Frankenheimer
1970
Edition Collector Combo DVD + Blu-ray + Livre disponible chez Sidonis Calysta depuis le 5 décembre 2020

Henry Tawes (Gregory Peck) est le shérif respecté d’une petite bourgade rurale du Tennessee où il ne se passe pas grand-chose. Réputé pour sa rigueur, sa droiture et son sens moral, cet homme marié et père d’une adolescente est en fait las de son existence routinière, de son couple, et aspire à autre chose. Sa rencontre avec la jeune et jolie Alma McCain (Tuesday Weld), fille d’une famille de bootleggers récemment arrivés dans le comté, va remettre sa vie en perspective…

Le générique d’ouverture est à lui seul un petit bijou. Tandis que résonne la chanson de Johnny Cash qui a donné son titre au film en version originale, on découvre la bourgade de Gainesboro (à une heure et demie de Nashville) et ses habitants. Ces adultes, vieillards et enfants miséreux et désœuvrés sont le visage de l’Amérique profonde marquée par la Grande Dépression, où le temps semble s’être arrêté. Pour ces séquences criantes de vérité filmées au téléobjectif et au débotté, John Frankenheimer s’est inspiré du travail de la célèbre photographe Dorothea Lange. Dans le film, adapté du roman An Exile, du romancier du cru Madison Jones, cet environnement désenchanté est celui de Henry Tawes, shérif sage et respecté des lieux. Flanqué d’un adjoint vulgaire et fouineur (Charles Durning), d’une épouse dévouée mais qu’il n’aime plus (touchante Estelle Parsons), cet homme au bord de l’implosion continue malgré tout à faire preuve de conscience professionnelle. La rencontre avec la solaire Alma va déclencher un séisme. I Walk The Line, titre à double-sens, narre la chute d’Henry Tawes, qui se confond pour les spectateurs avec celle de la figure iconique de son interprète, défenseur des valeurs morales et image de la décence par excellence. Ironie de l’histoire, Frankenheimer aurait préféré Gene Hackman, avec qui il était davantage en connivence, mais la Columbia lui a imposé Peck. Le réalisateur, mécontent du travail de ce dernier sur le film – le jugeant trop raide –, lui en attribuera l’échec. C’est pourtant tout le contraire. Gene Hackman, génial acteur au demeurant, aurait été bien trop déchiffrable. Voir le noble Gregory Peck sortir de sa zone de confort pour jouer ce personnage désespéré et amoureux transi (d’une très jeune fille, qui plus est) rend Henry Tawes encore plus juste. Mal à l’aise, mutique, il est bouleversant. Le comédien conservera lui aussi une certaine amertume vis-à-vis de ce rôle, aux antipodes de sa personnalité, qui, en prime, lui vaudra à l’époque un vrai rejet de la part du public. Après des années de purgatoire, Le pays de la violence — titre français sujet à caution, mais, pourtant pertinent, choisi par Bertrand Tavernier lors de la première projection en France – a aujourd’hui été réhabilité par la critique, tout comme le film précédent de Frankenheimer — le formidable Les parachutistes arrivent (The Gypsy Moths) — avec lequel il partage de nombreuses similitudes. La mise en scène inventive, la profondeur des personnages, le caractère imprévisible de l’intrigue, tout sauf consensuelle, et la peinture pleine d’humanité des habitants de cette petite ville sans perspective, en font une œuvre cruelle, pertinente et passionnante. Les chansons ad hoc, signées Johnny Cash, écrites et composées spécialement pour le film (même I Walk The Line, enregistrée en 1956, est ici augmentée d’un couplet), sont en quelque sorte la voix intérieure d’Henry Tawes. Et puis, ce film « maudit » permet de redécouvrir aussi Tuesday Weld, « l’ange sauvage d’Hollywood » ainsi que la surnomme Olivier Père (auteur du livret de cette édition), actrice oubliée mais douée, qui campe avec brio cette lolita de campagne toute en fragilité et ambivalence.
1 h 37 Et avec, Ralph Meeker, Jeff Dalton, Lonny Chapman, Freddy McCloud…

 

TEST ÉDITION COLLECTOR COMBO

Interactivité *****
Du lourd ! Dans le DVD comme le Blu-ray, le film est enrichi d’une présentation pertinente et truffée d’anecdotes de Thierry Frémaux, qui retrace le destin de ce film mal aimé de son réalisateur, et revient sur l’implication de Bertrand Tavernier qui s’est acharné à le faire découvrir en France (30 mn). Le critique Jean-Baptiste Thoret, grand amoureux du cinéma américain des 70’s fournit un commentaire audio sur des scènes clés (20 minutes). Côté archives, on trouve un court making of et la bande-annonce d’époque, Johnny Cash chantant « The City Of New Orleans » dans le clip Riding The Rails (1974), et deux prestations live du musicien, interprétant deux morceaux du film « I Walk The Line » et « Flesh And Blood ». Enfin, le livre de 96 pages (illustré d’affiches et de photos d’archives), dont 30 sont signées par le critique et journaliste Olivier Père – actuel directeur d’Arte France Cinéma –, est un bonheur. Il revient sur l’histoire du tournage ainsi que sur les carrières de Frankenheimer, Gregory Peck et Tuesday Weld. Le livre se clôt sur une longue interview du réalisateur réalisée par Bertrand Tavernier et Michel Ciment, parue dans le numéro 122 de Positif en décembre 1970.

Image ***
Format : 2.35
Ne pas s’attendre à la restauration du siècle. L’image proposée par le Blu-ray résulte d’un master ancien, probablement le seul à ce jour. La qualité de la définition varie d’une séquence à l’autre mais rien cependant qui n’altère le plaisir de découvrir le film, d’autant que l’ensemble reste très propre

Son ***
DTS-HD Master Audio 2.0 en VOST et français
Idem côté sonore. Une piste stéréo qui ne fait pas de vagues, mais très convenable vu l’âge du film.

 

 

*******************

« What about my boy ? Does he think I’m a hero ?
– No, matter of fact, I heard he’s a Wyatt Earp man. »

 

LA CIBLE HUMAINE (The Gunfighter)

Henry King
1950
Combo DVD + Blu-ray disponible chez Sidonis Calysta

Jimmy Ringo (Gregory Peck) a la réputation d’être le tireur le plus rapide de l’Ouest. Et même s’il a tourné le dos à son passé violent, où qu’il aille, il se trouve toujours un excité pour vouloir se mesurer à lui, afin d’entrer à son tour dans la légende. Las de fuir d’une ville à l’autre, Jimmy aimerait renouer avec son épouse Peggy (Helen Westcott) qu’il a abandonnée il y a quelques années, et faire enfin la connaissance de son jeune fils. Mais alors qu’il se rend à Cayenne pour la retrouver, il fait escale dans un saloon et est provoqué par un jeune irresponsable. Pas de chance, ce dernier avait trois frères. Ceux-ci ne tardent pas à se lancer à sa poursuite avec la ferme intention de le venger…

Après Un homme de fer (Twelve O’Clock High), La cible humaine (parfois titré en français L’homme aux abois) est la deuxième collaboration de Gregory Peck et du cinéaste Henry King, qui feront encore quatre films ensemble, dont Bravados, autre western atypique. L’acteur prendra en quelque sorte le relais de Tyrone Power, qui était jusqu’ici le comédien fétiche du réalisateur. Le jeu détaché de Peck, à l’économie, convenait idéalement à King. Son interprétation de cet homme traqué, qui guette constamment la mort, n’en est pas moins saisissante. Le personnage de Jimmy Ringo est un clin d’œil au véritable hors-la-loi Johnny Ringo, mais l’idée du film est plus pittoresque. Elle est venue au célèbre réalisateur André De Toth. Dans le sensationnel livre d’entretiens Amis américains de Bertrand Tavernier, De Toth raconte qu’il avait remarqué, lors de ses virées dans les bars avec Errol Flynn ou Humphrey Bogart, que ceux-ci étaient constamment provoqués par de jeunes écervelés. De Toth y a vu une similitude avec ce que devaient vivre, au quotidien, les as de la gâchette du vieil Ouest. Avec son scénariste de talent William Bowers, le réalisateur rédige un premier synopsis de The Gunfighter et songe à Gary Cooper. Hélas Coop’, contrairement à De Toth, n’est pas en contrat avec Darryl Zanuck. Ce dernier, refusant de dépenser un centime pour débaucher l’acteur, lui impose Gregory Peck. Pour De Toth, ce comédien à l’allure de professeur est un choix rédhibitoire, une erreur de casting. Il ne tarde pas à claquer la porte, laissant la responsabilité du projet à Bowers qui, dès lors, va collaborer avec le cinéaste Henry King, amené sur le projet par Gregory Peck. Tourné en noir et blanc, La cible humaine a une beauté crépusculaire qui resplendit dès le générique. Épuré, intelligemment mis en scène, le film, dénué de musique, démystifie le hors-la-loi et joue la carte du réalisme (King s’est inspiré de tableaux des peintres de l’Ouest américain, comme Frederic Remington), ce qui le rend également incroyablement moderne. Aujourd’hui considéré comme un chef-d’œuvre, ce western a pourtant fait un four auprès du public. En cause : la moustache de Gregory Peck, idée du scénariste William Bowers et qui avait enthousiasmé l’acteur, mais n’a pas été du goût de ses fans.
1 h 25 Et avec Millard Mitchell, Jean Parker, Karl Malden…

 

 COMBO Blu-ray + DVD 

Le film ici dans une version récemment restaurée et de toute beauté, est assorti d’une formidable présentation par Bertrand Tavernier (26 minutes), grand admirateur de King Vidor (« le cinéaste le plus sentimental du cinéma américain mais dénué de sensiblerie ») et du travail de Gregory Peck, qui raconte avec passion l’histoire de ce tournage. Complémentaire, Patrick Brion arrive en renfort pour évoquer lui aussi ce qu’il considère comme un chef-d’œuvre du western, souvent comparé au fameux Le train sifflera trois fois. Détail amusant, la bande-annonce d’époque est présentée par Gene Tierney.

 

*******************

 

« C’est gâcher de la bonne charpente, un arbre aurait aussi bien fait l’affaire.
– Ils sont condamnés à être pendus, pas à être lynchés. »

 

LES BRAVADOS (The Bravados)

Henry King
1958
Combo Blu-ray + DVD + Livre disponible chez Sidonis Calysta

Le mystérieux Jim Douglass (Gregory Peck) arrive dans la petite ville de Rio Arriba, près de la frontière mexicaine, la veille de la pendaison de quatre malfrats qui ont attaqué la banque et tué un des employés. Les habitants et le shérif le prennent d’abord pour le bourreau dont ils attendent la venue, puis s’interrogent sur ses motivations. Jim dit vouloir simplement assister à l’exécution de ces meurtriers qu’il pourchasse depuis six mois. Mais alors que Jim assiste à la traditionnelle messe du soir, les bandits parviennent à s’échapper…

Comme Le gaucher et L’homme de la plaine, sur les écrans la même année, Bravados introduit une profondeur psychologique à l’imagerie du western. C’était aussi le cas huit ans plus tôt dans La cible humaine, autre collaboration de Henry King et Gregory Peck. On retrouve ici les thèmes chers au metteur en scène, un peu oublié aujourd’hui par les critiques et cinéphiles. Une désaffection due en grande partie à l’importance de la religion dans son cinéma (il est l’auteur de La vie de Bernadette) et Bravados en est également profondément marqué. Cette messe de veillée de l’exécution, qui permet aux habitants de prier pour les hommes qui vont mourir est assez symbolique. Mais comme l’a souvent souligné Bertrand Tavernier, Henry King est aussi le cinéaste de l’americana, des petites villes de l’Ouest, et ses films sont toujours empreints d’un formidable humanisme. Bravados narre la quête de vengeance d’un individu déterminé à faire justice lui-même, et qui va voir ses convictions s’effondrer. Le combat intérieur de cet homme bon qui s’est écarté de son chemin a quelque chose de fascinant. On ne dévoilera pas les rebondissements de l’intrigue, mais le twist final, plutôt bien amené, donne lieu à une scène magnifique que Gregory Peck joue avec sa sobriété légendaire. A contrario, la subtilité n’est pas le fort de Joan Collins, ici amusante en propriétaire de ranch autrefois éconduite par Jim Douglass, toute en regards énamourés. Parmi les bandits, on reconnaîtra Stephen Boyd (deux ans plus tard, il recevrait le Golden Globe du Meilleur second rôle pour Ben-Hur), le mythique Lee Van Cleef, Henry Silva, et dans un petit rôle, Joe DeRita, qui sera, dès cette année 1958, membre des Three Stooges. Enfin, il faut saluer la beauté de la photographie de Leon Shamroy. La silhouette du cavalier en nuit américaine, qui ouvre le film, est une splendeur.
1 h 38 Et avec Barry Coe, Herbert Rudley, Ken Scott…

 

 COMBO Blu-ray + DVD + Livre

Une fois n’est pas coutume, c’est le monteur Jean-François Giré et non Bertrand Tavernier qui présente le film, proposé dans cette édition dans une version de très belle facture. Il explore avec brio les thématiques de Bravados en insistant sur le caractère religieux du cinéma de King (15 minutes). Patrick Brion revient, entre autres, sur la relation fusionnelle entre le cinéaste et son interprète. On peut découvrir aussi une brève intervention de Joe Dante, qui non sans surprise, préfère les méchants du film, ainsi qu’une petite interview de Joan Collins, qui se remémore avoir été très effrayée par le fait de monter à cheval. Cette fois, la bande-annonce d’époque est présentée par Gregory Peck en personne. L’édition fournit également un livre de 90 pages truffé d’anecdotes et de photos, consacré à l’acteur en tant qu’icône du western.

 

+1

WESTERN FOREVER (El Perdido, L’attaque de la malle-poste, Willie Boy, Sur la piste des Cheyennes)

Coup de projecteur sur trois westerns, un classique et deux atypiques, parus en DVD/Blu-ray chez Sidonis Calysta en février dernier. Et puis, cerise sur le gâteau, la série vintage Sur la Piste des Cheyennes, chère au cœur des fans de Kurt Russell, est désormais disponible chez Elephant Films.

 

(Click on the planet above to switch language.)

« D’accord, je vous donne un cinquième, mais vous m’avez parlé de deux conditions, qu’elle est la seconde ?
– Oui… la seconde… je veux votre femme. »

 

EL PERDIDO (The Last Sunset)

Robert Aldrich
1961

En fuite vers le Mexique, l’aventurier et renégat Brend O’Malley (Kirk Douglas) rend visite à Belle (Dorothy Malone) une femme qu’il a aimé seize ans auparavant, désormais mariée à un éleveur, John Breckridge (Joseph Cotten). Ce dernier a besoin d’hommes pour conduire son troupeau jusqu’au Texas. Brend parvient aisément à convaincre cet individu lâche et alcoolique de l’embaucher contre un cinquième du cheptel, avec l’idée de lui ravir sa femme au passage. Le shérif Dana Stribling (Rock Hudson), qui poursuit Brend depuis plusieurs mois, décide, lui aussi, de faire partie de l’expédition, afin de le tenir à l’œil puis le livrer à la justice…

Il faut redécouvrir cette curiosité, qualifiée de « grand film malade » par Bertrand Tavernier. El Perdido a décontenancé lors de sa sortie en 1961, mais en dépit de ses failles, il brille par fulgurances, grâce à ses personnages féminins attachants (campés par de sensationnelles Dorothy Malone et Carol Lynley), mais aussi parce qu’il aborde des thèmes complexes et plutôt osés, notamment dans le western (adultère, inceste, humiliation, névroses en tous genres…). Marqué par une distribution et un lyrisme dignes d’un film de Douglas Sirk, il avait pourtant tout pour plaire, à commencer par son scénario signé Dalton Trumbo, adapté du roman Sundown At Crazy Horse d’Howard Rigsby (alias Vechel Howard). C’est Kirk Douglas, dont la compagnie Bryna Productions avait besoin de se renflouer, qui, emballé par son travail sur Spartacus, avait sollicité le scénariste. C’est aussi lui qui, sur les conseils de son ami producteur Eddie Lewis, va faire appel à Robert Aldrich. Au départ enthousiaste, le cinéaste du Grand couteau et En quatrième vitesse, plus intéressé par d’autres projets en cours, va vite se démobiliser… à l’instar de Trumbo. Les personnalités bien trempées de ces deux-là ne pouvaient se plier aux exigences de Kirk Douglas, un peu trop « dictatorial » et control freak. Outre les tensions entre les uns et les autres, le tournage au Mexique fut houleux : les vaches n’en faisaient qu’à leurs cornes, Joseph Cotten, qui ne voulait pas boire de l’eau locale, fut le premier à tomber malade, et Douglas dut déplorer un dépassement de budget d’un million de dollars. Ce western captive malgré tout. On est séduit par son ton particulier, presque moderne, les relations inattendues entre les protagonistes, la prestation formidable de Dorothy Malone (Lauren Bacall avait refusé le rôle), qui avait été magnifique chez Sirk justement, et la fraîcheur de la jeune Carol Lynley qui sera quatre ans plus tard l’héroïne de l’excellent Bunny Lake a disparu.
1 h 52 Et avec Neville Brand, James Westmoreland, Jack Elam…

 

L’édition Combo Blu-ray/DVD propose une présentation par Bertrand Tavernier (21 mn), une seconde par Patrick Brion (10 mn) et un documentaire de 2010, Le crépuscule des héros, regroupant des entretiens avec Jean-Claude Missiaen, Patrick Brion, Eddy Moine et les historiens du cinéma Jean-louis Leutrat et Suzanne Liandra-Guigues. Tous mettent en exergue le caractère attachant du film, et reviennent amplement sur la carrière de Robert Aldrich. L’image offerte par le Blu-ray est de qualité fluctuante. La propreté laisse parfois à désirer sans nuire toutefois au plaisir de redécouvrir le film. La piste DTS-HD Master Audio 2.0 est très satisfaisante. 

 

*************************

 

« Tevis has no respect for the dead.
– And he just loves the living ? »

 

L’ATTAQUE DE LA MALLE-POSTE (Rawhide)

Henry Hathaway
1951

Le vieux Sam Todd (Edgar Buchanan) et son jeune assistant Tom Owens (Tyrone Power) tiennent un relais de diligence isolé, situé sur la piste qui s’étend de San Francisco à Saint-Louis. Alors que la malle-poste de la matinée s’apprête à repartir, une escouade de cavalerie prévient que quatre dangereux hors-la-loi récemment évadés ont été signalés dans les parages. Pour plus de sécurité, Vinnie (Susan Hayward), une passagère accompagnée d’un enfant en bas âge, est sommée à son grand dam de rester sur place. Hélas, les malfrats ne vont pas tarder à investir les lieux…

Sans rapport avec la série des années 60 immortalisée par Clint Eastwood, ce Rawhide est un film sans prétention, mais extrêmement bien ficelé. Henry Hathaway a réalisé plusieurs westerns mémorables, dont Le jardin du Diable et 100 dollars pour un shérif (True Grit), mais il est surtout un grand spécialiste du film noir. On lui doit Le carrefour de la mort, L’impasse tragique, Appelez Nord 777, 14 heures ou le fameux Niagara avec Marilyn Monroe. Et il est manifeste que ce western à huis clos, aux ambiances oppressantes et à la violence âpre, tient énormément du film noir. Il est d’ailleurs le remake d’un film de gangsters de 1935, Pas de pitié pour les kinappeurs (Show Them No Mercy) de George Marshall. À l’efficacité et l’inventivité de la mise en scène d’Hathaway, s’ajoute le talent du scénariste du prolifique Dudley Nichols (La chevauchée fantastique, La captive aux yeux clairs…) et la qualité de la distribution. Il est amusant de voir le beau Tyrone Power en héros malgré lui, qui doit non seulement affronter les bandits, mais aussi s’imposer face à une femme au caractère bien trempé, presque plus virile que lui (incarnée par la fougueuse Susan Hayward). Parmi les malfrats, Hugh Marlowe est ambigu à souhait et on reconnaît l’excellent et patibulaire Jack Elam dans un rôle de fripouille absolue où il excellait.
1 h 29 Et avec Dean Jagger, George Tobias, Jeff Corey…

 

Cette belle édition Blu-ray bénéficie d’une image en noir et blanc propre et lumineuse, dotée d’un joli grain. Un son très honorable est assuré par la piste DTS-HD Master Audio 2.0, plus harmonieuse en VOST. Côté suppléments, on est gâté. La présentation par Bertrand Tavernier (34 mn) est passionnante et suivie d’une intervention de 8 mn de Patrick Brion, d’un hommage à Susan Hayward (7 mn) et d’un focus sur Lone Pine, le lieu du tournage, situé en Californie et apprécié des réalisateurs de westerns pour ses montagnes neigeuses en arrière-plan. Enfin, chose assez rare pour un western, on a droit à un commentaire audio (en VOST et en français) du film par un historien du genre.

 

*******************************

 


« Indians don’t last in prison. They weren’t born for it like the whites. »

  

WILLIE BOY (Tell Them Willie Boy Is Here)

Abraham Polonsky
1969

En 1909, Willie Boy (Robert Blake), Indien de la tribu des Païutes, revient sur la terre de son enfance en Californie, devenue une réserve. Dans la ville avoisinante, il retrouve Lola (Katharine Ross) dont il a toujours été amoureux, au grand dam du père blanc de la jeune fille. Après avoir été surpris par ce dernier, Willie Boy le tue en état de légitime défense et prend la fuite avec Lola. Le shérif Cooper (Robert Redford) se lance à leur recherche, poussé par les autorités locales qui comptent bien faire du cas de Willie Boy un exemple, car la ville n’attend rien de moins que la visite du Président des Etats-Unis…

On doit cet étrange néo-western à Abraham Polonsky, cinéaste dont la carrière a été littéralement dévastée par le maccarthysme. Entre son premier film, l’excellent L’enfer de la corruption (Force Of Evil), paru en 1948, et Willie Boy, il a connu le purgatoire (Bertrand Tavernier préfère le terme « Frigidaire ») durant vingt ans, au cours desquels il a publié quelques livres et travaillé à la télévision sous des noms d’emprunt. C’est grâce à l’appui de Robert Redford, alors star montante (Butch Cassidy et le Kid paraît cette même année 1969) qu’il a l’opportunité de réaliser ce film adapté d’un livre (inspiré d’une histoire vraie) de Harry Lawton, journaliste, écrivain et grand défenseur de la cause indienne. Dès l’ouverture, on est frappé par la beauté de la photographie (Conrad L. Hall à l’œuvre) et par la musique de Dave Grusin qui va donner un rythme et un caractère presque hypnotique au film. Pas de lyrisme, pas d’idéalisation de l’Indien, pas de caractère épique dans cette chasse à l’homme réaliste et d’une sécheresse étonnante, au point que les intentions des uns et des autres ne sont jamais clairement définies. Face à la médecin progressiste et moderne campée par Susan Clark, le shérif Cooper et Willie Boy symbolisent à leur façon la mort du vieil Ouest, de ses mythes et traditions. Un constat qui éclate dans cette phrase lapidaire du shérif Cooper : « Dîtes leur que nous n’avons plus de souvenirs. » Trop audacieux, trop ambigu, ce film aujourd’hui encensé par la critique a déconcerté le public à sa sortie, et n’a hélas pas donné le nouveau souffle espéré à la carrière de son réalisateur.
1 h 38 Et avec Barry Sullivan, Robert Lipton, Charles McGraw, Ned Romero, Erik Holland…

 

L’édition Combo Blu-ray-DVD rend formidablement hommage à ce film méconnu. L’image, propre, vibrante et contrastée tient la route, même si quelques défauts sont notables en basse lumière. La piste DTS-HD Master Audio 2.0 délivre un mono d’origine très satisfaisant qui permet d’apprécier la partition de Dave Grusin. Les suppléments sont à la hauteur. Bertrand Tavernier, qui a bien connu Abraham Polonsky, analyse très finement le film. Comme dans l’édition de El Perdido, un documentaire (ici intitulé La solitude des bannis) réunit Jean-Claude Missiaen, Eddy Moine et les historiens du cinéma Jean-louis Leutrat et Suzanne Liandra-Guigues. On peut également découvrir un commentaire audio (en VO et VF) de Pat et Jim Healy (respectivement acteur-réalisateur et directeur de la Cinémathèque du Wisconsin).

 

*******************************

 

 

SUR LA PISTE DES CHEYENNES (The Quest)

Série créée par Tracy Keenan Wynn en 1976
Disponible chez Elephant Films depuis le 26 février 2020

À la fin du 19ème siècle, Quentin Beaudine (Tim Matheson), jeune étudiant en médecine de San Francisco, retrouve son frère Morgan (Kurt Russell), enlevé huit ans auparavant par les Cheyennes et libéré par l’armée. Tous deux se lancent à la recherche de leur jeune sœur Patricia, encore aux mains des Indiens…

C’est un téléfilm qui a lancé en 1976, sur la chaîne américaine NBC, la série Sur la piste des Cheyennes (The Quest), dont l’intrigue rappelle La prisonnière du désert. Ce pilote de quatre-vingt-dix minutes a été suivi de quinze épisodes (d’environ quarante-six minutes) diffusés la même année. Pas de chance, ils se sont trouvés en concurrence avec ceux de la série Drôles de dames, qui faisait un tabac sur la rivale ABC à la même heure. Ce mauvais timing explique en grande partie la désaffection du public pour ce show qui a également pâti du fait que le western n’avait plus autant la côte à cette période. La série a été arrêtée au terme de sa première saison, laissant les fans des frères Beaudine sur leur faim. Car des aficionados, il y en avait, même en France où Sur la piste des Cheyennes a débarqué un an plus tard. Les jeunes et séduisants Tim Matheson et Kurt Russell (impayable dans le rôle de Morgan « Deux personnes ») étaient attachants. La bienveillance et l’héroïsme qui caractérisaient leurs personnages imprégnaient chaque aventure où se mêlaient action, suspense et romance. Aux manettes et à l’écriture, il y avait d’ailleurs des vétérans de la télévision américaine. Leur savoir-faire est manifeste dans cette vision de l’Ouest sans manichéisme, parfois osée et souvent sauvage. Le fait qu’elle ait longtemps été invisible a rendu la série quasiment culte, notamment pour ceux qui l’ont vue à un jeune âge et qui ont été à jamais marqués par la coupe de cheveux et le costume à franges de Kurt Russell.
Guests : Richard Davalos, Susan Dey, Gary Lockwood, Woody Strode…

 

Le coffret DVD propose le pilote de 90 mn (The Quest) et les quinze épisodes, constituant l’intégrale de la série. A noter que le premier épisode, The Captive, avec Susan Dey, n’est proposé que dans sa version de 45 minutes alors qu’il existe également sous la forme d’un téléfilm de 80 mn. Pas de bonus au programme, hélas. Ne pas s’attendre à une image restaurée, mais nostalgie aidant, on se contentera de cette qualité honorable (éviter tout de même l’écran géant…) et de la présence de la version originale sous-titrée, qui n’existait pas à l’époque de la première diffusion française.

0

TOUS À L’OUEST ! Les frères Sisters/Winchester 73

A l’heure où l’adaptation du roman de Patrick deWitt par Jacques Audiard fait un carton dans les salles, mais divise les amateurs du genre, un chef-d’œuvre incontesté, Winchester 73, ressurgit en Blu-ray, dans une édition remarquable défendue par Bertrand Tavernier et Patrick Brion. Western ou neo-western ? On peut très bien aimer les deux.

 


« Our blood is the same, we just use it differently »
(Patrick DeWitt, The Sisters Brothers)

 

Les frères Sisters (The Sisters Brothers)

Jacques Audiard
2018
Dans les salles françaises depuis le 19 septembre 2018
Lion d’Or au Festival de Venise 2018
Prix du 44èmeFestival du film américain de Deauville 2018

En 1850 en Oregon, les frères Sisters sont de retoutables tueurs à gages à la solde du Commodore (Rutger Hauer). L’aîné, Eli (John C. Reilly), aimerait raccrocher, mais son cadet, Charlie (Joaquin Phoenix), violent et alcoolique, ne veut pas en entendre parler. D’autant que le Commodore lui a confié une mission délicate : tuer un certain Hermann Kermit Warm (Riz Ahmed) qui aurait dérobé à ce dernier une chose d’une valeur inestimable. Les frères n’attendent plus que le signal du détective John Morris (Jake Gyllenhaal), chargé de pister Warm…

Nul besoin que Jacques Audiard précise qu’il n’était pas un fan de westerns pour comprendre que ce n’est pas la passion du genre qui l’a poussé à réaliser Les frères Sisters— on lui doit en effet cette déclaration édifiante lors d’une interview donnée à Films/Actu au moment de la sortie du film : « Je n’aime pas le western. C’est des personnages de cons. » Chacun appréciera. Le projet lui a été amené par le comédien américain John C. Reilly, tombé amoureux du livre picaresque du Canadien Patrick DeWitt et soucieux de le voir porter à l’écran par un cinéaste audacieux, au regard un peu décalé. Le western est ici un décor, les personnages, des anti-héros, l’influence principale, La nuit du chasseur. En chevauchant, les frères devisent, parlent philosophie et projets de vie. On pense à Tarantino, sauf que… Si l’humour noir n’est jamais loin, on n’est pas là pour rigoler. L’absurde ne fait que mettre en exergue la banalité de la violence et la cruauté de la destinée des protagonistes qui vont être conduits à tisser des liens et des alliances inattendues. Ce conte noir, très stylisé et magnifiquement photographié, est servi par un quatuor d’acteurs émérites. Inoubliable flic amoureux dans Magnolia, John C. Reilly émeut dans la peau de ce tueur malgré lui, sensible et romantique, protecteur de son jeune frère alcoolique et violent — partition qui va comme un gant à Joaquin Phoenix. Pour ces hommes qui tentent de survivre dans un contexte et une nature hostiles, les fusillades et les courses-poursuites ne sont rien au regard de leurs propres démons, séquelles de traumatismes familiaux. Pas de sublimation de la masculinité. L’introspection va bon train. Ces tueurs impitoyables pleurent, découvrent avec émerveillement l’usage de la brosse à dents et ont de la tendresse pour leurs chevaux. Face à eux, Jake Gyllenhaal en détective lettré et paumé, et Riz Ahmed (formidable héros de la mini-série The Night Of), prospecteur utopiste, composent des figures presque plus intéressantes encore et leurs personnages, anachroniques, annoncent la fin du vieil Ouest. L’adaptation se révèle très fidèle au roman, mais le réalisateur de Regarde les hommes tomber en a fait une œuvre très personnelle (dédiée à son frère disparu), qui traite de filiation, de fraternité et d’amitié. Ce sont les véritables ressorts de ce film initiatique déguisé en western, qui demeure imprévisible jusqu’au bout.
2 h 01 Et avec Rebecca Root, Carol Kane…

BANDE-ANNONCE


 

 

 

 

*****************************************************************************************

 


« Awful lot of law for a little cowtown !
– This is the kind of cowtown that needs a lot of law. »

 

Winchester 73 (Winchester ’73)

Anthony Mann
1950
En Combo Blu-ray Edition Limitée chez Sidonis depuis le 20 août 2018

Le 4 juillet 1876, Lin McAdam (James Stewart) et son fidèle ami High Spade (Millard Mitchell) sont à la poursuite d’un sinistre individu. Ils arrivent à Dodge City qui s’apprête à fêter le centenaire de l’Indépendance avec un concours de tir dont le prix est une magnifique Winchester 73, l’arme mythique de la conquête de l’Ouest. Lin est convaincu que l’homme qu’il cherche ne saura y résister et il ne tarde d’ailleurs pas à tomber sur lui. Le shérif Wyatt Earp (Will Geer) interdisant les armes en ville, Lin ronge son frein, et décide de s’inscrire lui aussi au concours…

« Ils voulaient se débarrasser du script qui traînait par là depuis des années et dont personne ne voulait. » Ces propos de James Stewart, rapportés par Doug Headline dans la biographie de l’acteur, ne manquent pas d’ironie. Car, d’une certaine façon, Winchester 73 est la quintessence du western. Cette histoire passionnante dont la clé est une arme maudite qui porte malheur à tous ceux qui tentent de s’en emparer, aborde de nombreux aspects de l’histoire de l’Ouest. On y remarque toute l’imagerie du genre (Indiens, cavalerie, vengeance, duels, demoiselle en détresse, le célèbre shérif Wyatt Earp, lui-même, est de la partie…). Le film inaugure la collaboration prolifique entre James Stewart et le réalisateur Anthony Mann, qui engendrera, en une demi-décennie, quatre autres westerns mythiques (Les affameurs, L’appâtJe suis un aventurier et L’homme de la plaine). Il représente aussi un tournant dans la carrière de l’acteur oscarisé pour The Philadelphia Story, qui devait sa notoriété aux screwball comedies, et lequel, à quarante-deux ans, désirait aborder des rôles plus « sérieux », des personnages de « durs ». On découvre en effet ici un James Stewart introverti, dents serrées, obsédé par son désir de vengeance, prêt à exploser à tout moment. Pour autant, il reste un être humain droit et intègre, qui n’hésite pas à voler au secours de son prochain, telle la chanteuse de saloon campée par une Shelley Winters attachante, qui lâche cette réplique formidable à l’infâme renégat qui l’a prise en otage et qui lui demande :
« Haven’t I seen you somewhere ?
– I’ve been somewhere. »
Millard Mitchell, Dan Duryea et John McIntire (en trafiquant d’armes malin) livrent également d’excellentes prestations, et la mise en scène de Mann, aussi âpre qu’intelligente, donne un relief admirable au scénario co-écrit par le subtil Borden Chase. Cette année 1950 sera un excellent cru pour le western et pour la filmographie de Stewart et Mann. Le premier sera le héros de La flèche brisée, de Delmer Daves, et le second mettra en scène La porte du diable, deux films magistraux qui, à leur manière, rompant avec le cliché du sauvage assoiffé de sang, trop souvent véhiculé dans les westerns des décennies précédentes, porteront un regard humaniste sur le peuple indien.
1 h 32 Et avec, entre autres, Stephen McNally, Charles Drake et les jeunes Tony Curtis et Rock Hudson (en chef indien !).

 

 

Test Combo Blu-ray édition limitée :

 

Interactivité ****
Publiée dans la collection Western de légende, l’édition comprend le Blu-ray et également le DVD du remake de 1967, réalisé pour la télévision par Hershel Daugherty et interprété par Tom Tryon, John Saxon et Dan Duryea. Autre curiosité des bonus : l’enregistrement original du Lux Radio Theatre joué en direct en 1951 par James Stewart, Stephen McNally et Julia Adams. Enfin, on se réjouit de la présence d’une longue interview éclairée de Bertrand Tavernier, et de celle de Patrick Brion, qui reprend les propos de sa bible sur le western. Une galerie de photos et la bande-annonce complètent le programme. L’édition est assortie d’un livret sur l’histoire de la Winchester 1973.

Image ***
Format : 1.33
Une très belle définition et luminosité. Le grain d’origine a été conservé et les contrastes de ce noir et blanc sont très convaincants.

Son ***
DTS-HD Master Audio 2.0 en anglais sous-titré, en français doublage d’origine et français doublage de 2004
Une piste 2.0 claire et convenable en anglais. Les versions françaises sont moins équilibrées. Comme le précise Bertrand Tavernier dans les bonus, un second doublage avait été effectué tant le doublage original était fantaisiste, de nombreux noms ayant en effet été changés et souvent francisés.

 

 

Les fans de westerns peuvent également découvrir, entre autres, chez Sidonis, les Blu-ray inédits et assortis de bonus, des épatants Le Brigand bien-aimé (The True Story Of Jesse James) de Nicholas Ray et L’expédition du Fort King (Seminole) de Budd Boetticher.

 

0