LE SERPENT/A TEACHER

Focus sur deux nouvelles mini-séries diffusées en ce moment sur Netflix et Canal +, toutes deux aussi intéressantes que controversées.

(Click on the planet above to switch language.)

 

« Sois prudent Charles, tu as presque trente-trois ans. Jésus-Christ est mort à trente-trois ans.
– Je suis plus malin que lui. »

 

LE SERPENT

Mini-série britannique de huit épisodes créée par Richard Warlow et Toby Finlay
Diffusée pour la première fois sur BBC One, le 14 février 2021
Disponible sur Netflix depuis le 2 avril 2021

À Bangkok en 1975, Charles Sobhraj (Tahar Rahim) se fait passer, sous le nom d’Alain Gautier, pour un négociant en pierres précieuses. Escroc séduisant, manipulateur en diable, il charme les jeunes routards et hippies en quête d’aventures en les attirant dans son fief cool de Kanit House avant de les empoisonner, les détrousser et, avec l’aide de deux complices, de les tuer froidement. Mais la disparition suspecte d’un couple de Hollandais va mettre sur sa piste un jeune diplomate néerlandais (Bill Howle) en poste à Bangkok. Au grand dam de son ambassade qui ne veut pas faire de vagues, il est déterminé à découvrir la vérité, quitte à mettre sa carrière et son couple en péril…

Inspirée de l’histoire vraie du tueur en série Charles Sobhraj, également relatée en 1979 dans le best-seller de Thomas Thompson, La trace du serpent, le show de Richard Warlow et Toby Finlay — déjà créateurs de la série Ripper Street, plébiscitée outre-Manche — a suscité maintes critiques. Principaux reproches : l’accent très anglo-saxon de la Britannique Jenna Coleman, interprète de Marie-Andrée Leclerc, la complice québécoise de Sobhraj, le fait d’entretenir un certain flou sur les motivations de ce dernier et les nombreux allers-retours dans le temps, parfois déroutants. Certes, une actrice québécoise aurait peut-être rendu plus réaliste ce personnage ici glamourisé, mais le talent de Jenna Coleman (Victoria, Doctor Who…), toute en regards et sourires ambigus, est pour beaucoup dans la tension constante de la série. Quant au mystère Charles Sobhraj, s’il n’est pas entièrement résolu dans le show, c’est qu’il ne l’est pas non plus dans la réalité. Comme les journalistes et policiers à l’époque, les auteurs ne peuvent qu’explorer des pistes pour tenter de donner un sens à ces atrocités, car l’homme, qui porte bien son surnom, a toujours entretenu le mystère. Enfin, les nombreux flash-backs ne font que remettre les événements en perspective ; permettant parfois un regard différent sur les situations, ils ne nuisent jamais au suspense. Car suspense il y a. La traque de Sobhraj par le jeune Herman Knippenberg tourne à l’obsession, rappelant un peu celle du Tueur du Zodiaque que David Fincher avait porté à l’écran avec brio en 2007. Seul contre tous, l’ambassade et la police corrompue lui mettant constamment des bâtons dans les roues, le diplomate plutôt sage va faire preuve d’une incroyable opiniâtreté. Ce jeu du chat et de la souris, palpitant jusqu’au bout, reste en outre très fidèle à l’histoire. La série a bénéficié du concours de témoins des événements, et de celui de Herman Knippenberg en personne. La reconstitution des 70’s est magnifique et la bande-son, ad hoc. Le couple diabolique a des allures de Bonnie and Clyde, et la beauté des costumes et décors contraste avec l’horreur de ce qui trame en coulisses. Enfin, chapeau à Tahar Rahim, méconnaissable et très convaincant dans la peau de ce monstre glacial, qui a toujours un coup d’avance. La série est dédiée « À tous les jeunes intrépides partis avec des grands rêves et qui ne sont jamais rentrés chez eux. »
2 h 14 Et avec Tim McInnerny, Amesh Edireweera, Ellie Bamber, Mathilde Warnier, Stacy Martin, Grégoire Isvarine, Apasiri Kulthanan, Fabien Frankel, Alice Anglert, Alma Jodorowsky…

 

************************************

 

« J’ai vu mon frère hier. Il a dix-sept ans maintenant. Comme moi à l’époque… Il a l’air tellement jeune, putain. »

 

A TEACHER

Mini-série américaine de dix épisodes créée par Hannah Fidell
Diffusée pour la première fois sur Hulu en novembre 2020
Disponible sur Canal+ depuis le 22 avril 2021

Claire Wilson (Kate Mara), professeur d’anglais, vient d’intégrer l’équipe enseignante du lycée de Westerbrook, non loin d’Austin au Texas. Cette séduisante trentenaire est mariée à Matt (Ashley Zukerman) avec qui elle essaie, depuis plusieurs mois, d’avoir en enfant, mais n’est pas aussi heureuse qu’elle le voudrait. Aussi, lorsque Eric Walker (Nick Robinson), élève sympathique et plutôt beau gosse de sa classe de terminale, la sollicite pour des cours particuliers afin de pouvoir être admis à l’université d’Austin, elle accepte…

Voici probablement la série la plus déconcertante de l’année. Hannah Fidell a librement adapté le film homonyme qu’elle avait réalisé sept ans auparavant (inédit en France). Au demeurant, les deux œuvres n’auraient en commun que leur titre. Les premiers épisodes augurent une banale histoire d’amour entre une prof et son élève, inéluctablement attirés l’un par l’autre malgré les interdits. D’abord timide, leur liaison va devenir torride avant qu’un élément perturbateur ne s’en mêle. Le spectateur peut se demander alors en quoi cette relation sexuelle consentie entre un ado de dix-sept ans et une jeune trentenaire constitue, aujourd’hui, une intrigue digne d’intérêt. C’est justement le problème que veut soulever Hannah Fidell (qui a elle-même été abusée durant son adolescence) : la banalisation de ce genre d’affaire ne doit pas faire oublier qu’il s’agit toujours d’un interdit absolu dont le franchissement à des conséquences sous-estimées. L’adulte qui, inconsciemment peut-être, fait usage de son pouvoir, doit être considéré comme un prédateur et seul responsable (a fortiori, s’il est enseignant) de la transgression. C’est ce que tend à démontrer l’étrange et imprévisible A Teacher. Ainsi, la première partie a des atours de série ado (avec ses inévitables séquences de fêtes de dernière année, beuveries entre potes…). En revanche, la deuxième, plus sombre, met en exergue le trauma qui résulte de ce moment d’égarement et la difficile reconstruction des protagonistes. Kate Mara, qui ne cherche pas à rendre son personnage sympathique, et le jeune Nick Robinson (Love Victor, Love Simon…) sont excellents. Même lorsque la situation semble inoffensive, leur jeu subtil parvient à en souligner la toxicité. La scène finale, totalement inattendue, fait l’effet d’une claque.
Dix épisodes de 26 minutes Et avec Rya Kihlstedt, Shane Harper, Dylan Schmid, Marielle Scott, Alan David Thompson, Camila Perez, Cameron Moulène…

 

IT’S A SIN, la mini-série

La nouvelle mini-série choc du créateur de Years And Years et Queer As Folk se penche sur l’arrivée de l’épidémie du Sida en Angleterre. Cinq épisodes intenses, lumineux et bouleversants pour rendre hommage à toute une génération fauchée en pleine jeunesse et mise au ban de la société avec une cruauté inouïe.

(Click on the planet above to switch language.) 

 

« When I look back upon my life
It’s always with a sense of shame
I’ve always been the one to blame… »
(Pet Shop Boys « It’s A Sin »)

 

IT’S A SIN

Mini-série britannique créée par Russell T. Davies
Diffusée pour la première fois sur Channel 4 en janvier 2021, disponible en France depuis mars 2021 sur Canal+

En 1981, Ritchie Tozer (Olly Alexander) quitte la maison familiale sur l’île de Wight pour aller étudier le droit à Londres, mais aspire, en secret, à devenir acteur. Roscoe Babatunde (Omari Douglas) s’échappe de justesse de chez lui, avant que son père, pasteur Nigérian rigoriste, effaré par les mœurs de son rejeton, ne le mette dans un avion pour aller se purifier au pays. Pendant ce temps, le doux Colin (Callum Scott Howells) débarque de son Pays de Galles dans la capitale britannique où il a été embauché comme apprenti chez un tailleur de Saville Row. Tous les trois vont se retrouver à cohabiter dans le même appartement, qui abrite également le bel étudiant Ash Mukherjee (Nathaniel Curtis) et Jill Baxter (Lydia West), aspirante comédienne. Déterminés à croquer la vie à pleines dents, après des années passées à refouler leur inclination, les garçons vont découvrir ensemble les joies de la liberté. Mais la rumeur, venue des États-Unis, de l’existence d’une maladie inconnue et mortelle qui ciblerait les gays, va bientôt jeter une ombre sur leur belle insouciance…

Longtemps, le scénariste Russell T. Davies, créateur du premier gay drama anglais (Queer As Folk) s’est défendu d’évoquer l’homosexualité à travers le prisme du sida. Il aura fallu trente ans pour qu’il parvienne à aborder de front la décennie tragique qu’il a traversé avec plus de chance que d’autres de ses amis, partis trop jeunes. Dans une récente interview au Guardian, il a même révélé s’être senti coupable d’avoir parfois détourné le regard et fui des proches, homosexuels comme lui, mais touchés par la maladie. It’s A Sin, qui emprunte son titre au splendide tube de Pet Shop Boys paru en 1987, est un hommage à ceux qui ont été emportés dans la tourmente, mais aussi à ceux qui leur ont tendu la main, comme le personnage de Jill Baxter, totalement autobiographique (l’auteur a offert à son amie, la vraie Jill, le rôle de la mère de cette dernière dans le show). Pilier du Pink Paradise, surnom de l’appartement de la bande, Jill — sa formidable interprète, Lydia West, figurait déjà au générique de Years And Years — est une figure solaire et humaniste, autant la bonne copine que l’infirmière, celle qui console et comprend tout des drames de ces garçons, pour la plupart rejetés par leur famille. Avec délicatesse et habileté, le scénariste a brossé des portraits intimes et attachants de ces jeunes aux aspirations différentes, formant une famille de cœur aux liens indestructibles. Ils sont campés par une brochette de jeunes comédiens fougueux, emmenés par Olly Alexander, chanteur du groupe pop Years & Years. La flamboyance des moments de bonheur contraste avec la noirceur du désastre qui s’annonce. Ni la sensiblerie, ni le pathos ne sont l’apanage de Russell T. Davies qui nuance toujours ses propos. Ainsi, les réactions des protagonistes face à l’épidémie qui se profile ne sont pas toutes héroïques. Les personnages pèchent parfois par ignorance, mais parfois par orgueil et égoïsme. De manière tout aussi implacable, It’s A Sin met en exergue la stigmatisation dont la population homosexuelle a été victime et la cruauté des traitements dont les institutions et la société thatchérienne de l’époque, très largement homophobe, ont fait preuve envers les malades (parfois enfermés de force dans leur chambre d’hôpital par peur de la contagion). La violence de certains propos (dans le cercle familial notamment) amenait certains gays à penser que le Sida était véritablement une punition divine de leur mode de vie hédoniste. Mais la série ne saurait être réduite à la tragédie. Remarquablement mise en scène, boostée par les tubes d’époque, de « Enola Gay » à « Call Me » en passant par « Sweet Dreams (Are Made Of This) » ou « Smalltown Boy » (la chanson de Pet Shop Boys est subtilement effleurée), cette reconstitution magnifique déborde d’humour et d’ironie. À la manière de ses héros qui refusent de baisser les bras et de n’être que des victimes, It’s A Sin est avant tout une ode à la vie, à l’amour et à l’ouverture d’esprit. Dans la série, tout cela est symbolisé par le talisman magique des locataires du Pink Paradise. Il consiste en un tout petit mot : « La ! »
5 épisodes de 45 minutes Et avec Keeley Hawes, Neil Patrick Harris, Stephen Fry, David Carlyle, Susan Brown, Shaun Dooley…

ARTICLE CONNEXE : YEARS AND YEARS

THE CROWN, LE VRAI DU FAUX

Tandis que dans la vie réelle, le Megxit fait les choux gras des médias, la quatrième saison The Crown a raflé quatre trophées aux derniers Golden Globes. Autant dire qu’en dépit des aigreurs de ses enfants rebelles, la famille royale n’a jamais été aussi populaire. Retour sur cette série remarquable, qui retrace plus ou moins librement la vie de Elizabeth II, ponctuée par tous les grands événements qui ont secoué le Royaume Uni au siècle dernier.

(Click on the planet above to switch language.) 

 

« For better or worse, the crown has landed on my head. And I say, we go ! »

 

THE CROWN

Série Netflix créée par Peter Morgan en 2016
Quatre saisons de 10 épisodes d’environ 55 minutes (deux saisons à venir)

En 1947 à Londres, Elizabeth (Claire Foy), fille aînée du roi George VI (Jared Harris), a vingt et un an et s’apprête à épouser Philip (Matt Smith), prince de Grèce et du Danemark, dont elle est très amoureuse. Ce dernier, dont la réputation de fêtard est notoire, est dans l’obligation de se faire naturaliser sujet britannique. Il abandonne aussi ses titres pour devenir Philip Mountbatten (nom de jeune fille de sa mère). Le roi consent bon gré mal gré à cette union, mais il est malade, et commence déjà à préparer Elizabeth, héritière légitime du trône, à prendre sa succession…

Tout incongru qu’il puisse paraître, l’attachement des Britanniques à leur monarchie est inoxydable. Symbole au charme désuet, la reine est dotée de pouvoirs institutionnels, mais aussi de réels pouvoirs politiques, dont elle n’abuse jamais. Garante des institutions, des traditions et de la stabilité du Royaume-Uni et très au fait des affaires du pays, Elizabeth II préfère œuvrer en coulisse, en prodiguant conseils et mises en garde. En public, en revanche, elle a fait sienne la devise de son aïeule Victoria : « Never complain, never explain » (« ne pas se plaindre, ne pas expliquer ») — ce qui n’est visiblement pas le cas de ses descendants… Pour comprendre les motivations de la souveraine et celles de sa famille, le commun des mortels devait jusqu’ici se contenter de décrypter les sourires de façade des photos officielles et les rumeurs propagées par les tabloïds. C’est pourquoi The Crown déchaîne les passions. Grâce à la série, on a l’impression d’être une petite souris qui se serait introduite dans le palais. Alors certes, tout aussi remarquable qu’il puisse être, ce portrait intime de la reine et des membres de sa famille n’est pas infaillible, et le show s’écarte parfois du factuel. The Crown n’est pas un documentaire. La réalité nourrit une fiction qui se veut romanesque et palpitante. Et c’est le cas. Son créateur, Peter Morgan, est un spécialiste du genre. On lui doit les scénarios de The Queen, Le dernier roi d’Écosse, Deux sœurs pour un roi ou Frost/Nixon, l’heure de vérité… Certains dialogues ont été purement imaginés, des raccourcis ont été empruntés, mais tout cela reste plausible. Corentin Lamy, Joffrey Ricome et Pierre Trouvé, dans leur récent ouvrage fort enrichissant The Crown, le vrai du faux (publié chez Gründ) ont décrypté chaque épisode des trois premières saisons. Ils ont confronté la série à des archives historiques écrites, photographiques et filmées. Leur constat :

« Les arrangements avec l’Histoire, les manipulations de la chronologie et même des contre-vérités sont réguliers dans The Crown. »

Mais ils écrivent aussi :

« Nous avons dû convenir qu’à bien des égards, la série, truffée de détails plus vrais que nature et de clins d’œil pour les connaisseurs, arrive à dépeindre, si on accepte de prendre de la hauteur, des tableaux très justes de ses personnages. »

Car c’est bien de cela qu’il s’agit : s’éloigner un peu pour approcher au plus près de ces figures énigmatiques et donner un sens à ce qui pourrait apparaître comme absurde. Quoi qu’elle en pense, la reine sort grandie de cette série (sauf en ce qui concerne ses rapports avec Diana, où sa froideur légendaire tend à la cruauté). Le show la montre assumant avec une dignité à toute épreuve le poids de la couronne, tenant à bout de bras une famille pétrie de névroses et de griefs. Sont mis en exergue son intelligence, son humour pince-sans-rire, son humanité et sa combativité. À ce titre les échanges avec Winston Churchill et Maggie Thatcher sont un régal, et ce n’est pas un hasard si ces scènes figurent parmi les plus réussies. La première inspiration de Peter Morgan est en effet la pièce à succès qu’il avait écrite en 2013, The Audience, dans laquelle il mettait en scène les entretiens hebdomadaires entre la reine (incarnée dans la production originale par Helen Mirren) et ses Premiers ministres successifs. On sait gré à Morgan et son équipe de ne jamais sombrer dans le manichéisme. Ainsi, Margaret, personnage préféré de beaucoup de fans de The Crown et brillamment campée par Vanessa Kirby puis Helena Bonham Carter, suscite une empathie immédiate. Mais elle est autant dépeinte comme une victime (d’un amour et d’un destin contrariés) que comme une enfant gâtée constamment insatisfaite.

 

Reconstitution flamboyante

 
On apprend une foule de choses sur l’histoire du Royaume-Uni et les secrets de la Couronne, et visuellement, la série impressionne. La reconstitution est flamboyante. On est constamment ébloui par les décors, les costumes (la robe du mariage de Elizabeth II a été reproduite avec un soin méticuleux), les chansons d’époque qui soulignent les changements de décennies (les standards du jazz cèdent la place à David Bowie, The Cure, Elton John…), mais aussi par les décors naturels (les séquences en Écosse donnent envie d’acheter un billet d’avion illico). La distribution est un sans-faute qui rappelle que l’Angleterre et l’Irlande sont un vivier d’acteurs extraordinaire (on reconnaît au fil des quatre dernières saisons Jeremy Northam, Matthew Goode, Matt Smith, Tobias Menzies, Ben Miles, Greg Wise, Charles Dance, Colin Morgan, Tom Burke, Derek Jacobi, Stephen Dillane, Harry Treadaway — frère jumeau de Luke — Pip Torrens…). OK ! John Lithgow, l’interprète de Winston Churchill, est américain, mais on lui pardonne tant il est bon. Quant à la reine, elle brille grâce à ses deux interprètes surdouées : Claire Foy puis l’oscarisée Olivia Colman qui excellent toutes deux à restituer la fameuse « retenue » de la souveraine. Dans son livre
L’Angleterre en séries (First Editions), Ioanis Deroide rapporte qu’Olivia Colman a changé d’opinion sur la reine depuis qu’elle l’a incarnée, et la considère même désormais comme « la féministe ultime ».

 

La BBC en question

Les aficionados de séries anglaises ont pu légitimement se demander pourquoi un tel programme avait atterri sur Netflix et non pas sur la vénérable BBC, un temps intéressée ? Le producteur exécutif Andy Harries s’en est expliqué dans une interview parue dans le magazine britannique Radio Times. Il s’avère que non seulement le budget (faramineux) aurait posé problème, mais la proximité entre la chaîne historique anglaise et le palais de Buckingham aurait peut-être fait obstacle à certains passages « sensibles » (les épisodes concernant la Princesse Diana notamment). Avec Netflix, pas de censure et donc davantage de liberté de création.

 

Le prestige de la Couronne

Nul doute que la série fera date. Depuis sa création en 2016, elle croule sous les récompenses (dix Emmy Awards, sept Golden Globes…). Le 28 février dernier, les impressionnants Josh O’Connor (le jeune prince Charles), Emma Corrin (Diana) et Gillian Anderson (Margaret Thatcher) et ont été couronnés pour leurs performances respectives dans la saison 4 et la série raflait pour la deuxième fois le Golden Globe de la Meilleure série dramatique.

 

La suite

The Crown devrait revenir pour deux saisons (couvrant les décennies 1990-2000 et 2000-2010) et ne devrait donc pas arrêter de surprendre. La cinquième, annoncée pour 2022, verra l’arrivée d’Imelda Staunton dans le rôle de la reine, et de Lesley Manville dans celui de Margaret. Le duc d’Édimbourg sera campé par Jonathan Pryce et la princesse Diana par Elizabeth Debicki. En attendant, les fans peuvent se plonger dans les deux ouvrages précités riches d’enseignements, des outils idéaux pour distinguer le vrai du faux.

 

Top 5

Chaque épisode de The Crown étant presque un film à part entière, voici mes cinq préférés jusqu’ici :

1 – Aberfan, réalisé par Benjamin Caron (Saison 3, épisode 3), qui retrace de manière bouleversante la catastrophe survenue au Pays de Galles en 1966. L’échange entre le Premier Ministre de l’époque, Harold Wilson (Jason Watkins), et la reine, accusée par l’opinion de manquer de compassion, est remarquable.

 

2 – Tywysog Cymru, réalisé par Christian Schwochow (saison 3, épisode 6), se penche sur le séjour forcé du Prince Charles à Aberystwyth, au Pays de Galles, où il est très fraîchement accueilli avant de se lier d’amitié avec son tuteur, campé par l’excellent Mark Lewis Jones, natif du cru.

 

3 – Assassins, réalisé par Benjamin Caron (saison 1, épisode 9), pour la performance de John Lithgow, impérial en Winston Churchill qui se fait peindre le portrait et n’apprécie guère ce qu’il voit.

 

4 – Act of God, réalisé par Julian Jarrold (saison 1, épisode 4), pour la reconstitution très impressionnante de ce qu’on a appelé « Le grand smog de Londres » en décembre 1952.

 

5 – War, réalisé par Jessica Hobs (saison 4, épisode 10), la dernière confrontation entre Maggie Thatcher et la reine est truculente. De leur côté, Diana et Charles tombent les masques, ce qui vaut de belles performances de la part d’Emma Corrin et Josh O’Connor.