SUCCESSION série

Récompensée cette année par le Golden Globe de la Meilleure série dramatique tandis que l’Écossais Brian Cox recevait celui du Meilleur acteur, la série de Jesse Armstrong a fait des étincelles dans sa deuxième saison, impressionnante à tous les niveaux. Comparée à un Game Of Thrones des temps modernes, la shakespearienne Succession cultive avec brio cynisme et humour noir. Une grande différence avec GOT néanmoins : ici pas de Jon Snow à l’horizon. Pas une once de pureté. Pas une once de morale.

(Click on the planet above to switch language.)

« On crée sa propre réalité. Une fois que c’est fait, tout le monde trouve ça complètement naturel. »

 

SUCCESSION


Série créée par Jesse Armstrong en 2018
Saisons 1 et 2 disponibles sur OCS

L’Américain Logan Roy (Brian Cox) dirige le 5ème plus gros conglomérat de médias au monde. Cet impitoyable chef de clan qui a l’oreille du Président est à la tête d’un empire qui s’étend sur quatre continents et cinquante pays. Mais il n’est plus tout jeune. Et après l’accident cérébral dont il a été victime, ses enfants et notamment son fils Kendall (Jeremy Strong), l’héritier présumé, se demandent s’il ne devrait pas passer la main…

Comme dirait ma mère : « Il n’y en a pas un pour rattraper l’autre. » Et pourtant, on s’attache à cette famille dysfonctionnelle, véritable nid de vipères, dont chaque membre, antipathique de prime abord, est un vrai « cas ». Le père, l’odieux Logan Roy, est monstrueux dans sa manière de mener ses affaires tout comme dans celle de monter ses enfants les uns contre les autres. Et il a la progéniture qu’il mérite : Connor (Alan Ruck), l’imbécile heureux, Kendall, à la merci de ses addictions multiples et variées, Roman (Kieran Culkin), immature et pétri de névroses, et Shiv (Sarah Snook), seule démocrate de la famille, qui court en permanence après l’approbation paternelle. De ces enfants gâtés qui rêvent de tuer le père, mais rasent les murs dès qu’il hausse un sourcil, seul Kendall semble le plus à même de le faire. Manque de chance, il est son pire ennemi (Jeremy Strong est une révélation !). Et puis, il y a le cercle élargi, avec Tom (hilarant Matthew Macfadyen — le compagnon de Shiv, dindon de la farce désigné), le cousin Greg (Nicholas Braun), grand échalas ahuri et imprévisible, l’amusante Gerri (J. Smith-Cameron), la directrice des affaires juridiques qui ne se mouille jamais, les actionnaires et partenaires, de vraies planches pourries. Humiliations, manipulations, trahisons et insultes à gogo… On est à la fois écœuré et fasciné par ce jeu de massacre chez les (très) riches, qui vont et viennent à travers le monde comme s’il s’agissait de leur jardin — de lofts sublimes à des yachts improbables, en passant par des châteaux anglais, ou hongrois, c’est selon. Inspirée par les dynasties Murdoch et Trump, mais aussi du film danois Festen, la très américaine Succession est malgré tout l’œuvre d’un Britannique, Jesse Armstrong (réalisateur des satiriques We Are Four Lions et In The Loop). On ne s’étonnera pas de la présence du cinéaste Adam McKay (Vice, The Big Short…), producteur exécutif et réalisateur du pilote. Magistralement écrite, interprétée, filmée et photographiée, la série peut également s’enorgueillir d’avoir un des plus beaux (et plus longs) génériques de séries TV actuelles (formidable thème musical de Nicholas Britell). La première saison mettait l’eau à la bouche, la deuxième, passionnante, envoie le bois et toute la forêt. Pour savoir ce que réserve la troisième, retardée pour cause de pandémie, il faudra patienter un peu, mais il y a fort à parier que Succession, comme Logan Roy, en a encore sous la semelle.
Deux saisons (de 10 épisodes) Et avec Hiam Abass, Peter Friedman, Justine Lupe, Danny Huston, Holly Hunter, James Cromwell, Ashley Zukerman…

QUIZ FILMS DE CONFINEMENT

QUIZ FILMS DE CONFINÉS

A la fin, cliquer sur Voir les questions pour obtenir les réponses (je sais, c’est absurde…)

ALIAS GRACE (Captive)

Coup de cœur pour cette mini-série de 2017 actuellement diffusée sur Netflix et passée inaperçue en France, remarquable en tous points.

 

(Click on the planet above to switch language.)


« J’espère que tôt ou tard nous raviverons votre mémoire…
– Je ne suis pas certaine de vouloir la retrouver. »

 

ALIAS GRACE (Captive)


Mini-série canadienne réalisée par Mary Harron et écrite par Sarah Polley d’après l’œuvre de Margaret Atwood
Créée en 2017 sur CBC Television, disponible sur Netflix

Au Canada, en 1843, Grace Marks (Sarah Gadon), jeune servante d’origine irlandaise, est accusée d’avoir participé aux meurtres de son employeur et de sa gouvernante, aux côtés d’un autre domestique, James McDermott (Kerr Logan). Ce dernier est pendu, mais grâce à son jeune âge, la jeune fille, qui prétend n’avoir aucun souvenir de la tragédie, échappe à la peine de mort et écope d’une peine de réclusion à perpétuité. Cependant, son cas et sa personnalité suscitent de nombreuses interrogations, les observateurs ne parvenant pas à établir sa responsabilité réelle dans ce double meurtre. Quinze ans après, un médecin spécialiste des maladies mentales (Edward Holcroft) est mandaté par un pasteur (David Cronenberg) à la tête d’un groupe de soutien de Marks pour l’évaluer psychologiquement, l’aider à retrouver la mémoire et peut-être enfin, découvrir la vérité…

Fascinant. Cette mini-série de six épisodes se dévore quasiment d’un trait. A l’instar du médecin bienveillant (mais sur ses gardes) campé par le séduisant Edward Holcroft, on ne peut qu’être envoûté par l’histoire et la personnalité de Grace Marks incarnée de manière remarquable par Sarah Gadon. Le show est l’adaptation d’un best-seller de Margaret Atwood publié en 1996, librement inspiré d’un fait divers. La romancière canadienne avait consacré plusieurs années à étudier l’affaire (telle que relatée en 1853 par Susanna Moodie dans son ouvrage La vie dans les clairières) et l’avait d’abord adapté en 1974 pour la télévision sous le titre The Servant Girl (c’était une des pièces de la série télévisée canadienne The Play’s The Thing). S’il est ici question de mysticisme et de psychanalyse — Grace Marks est-elle folle, manipulatrice, victime ? — on retrouve dans le show les thèmes de prédilection de Margaret Atwood et nombre de similitudes avec La servante écarlate : l’enfermement, la condition de la femme, les rapports maître-domestique, la lutte des classes… On se laisse embarquer dans le récit cette immigrante irlandaise, narré par elle-même, illustré par des flash-backs qui mettent en exergue le climat de violence qui l’a toujours entourée. Tour à tour ingénue, extrêmement lucide ou philosophe, Grace déstabilise son interlocuteur, fasciné par son intelligence et qui ne mesure pas le danger auquel il s’expose à vouloir ainsi entrer dans sa tête (on n’est pas très loin de la série Mindhunter). Se pourrait-il que le mal ait un visage aussi angélique ? Cette peinture de la société du 19ème siècle, où l’intérêt du public pour le spiritisme, l’hypnose et les rêves était déjà manifeste (le terme « psychanalyse » de Freud n’apparaît qu’en 1896), force l’admiration. Troublante et parfois terrifiante, Alias Grace brille par son écriture intelligente (Sarah Polley est une figure du cinéma indépendant), la beauté de sa mise en scène (Mary Harron est la réalisatrice de American Psycho) et sa distribution irréprochable.
Six épisodes de 45 minutes. Et avec Anna Paquin, Paul Gross, Rebecca Liddiard, Stephen Joffe, Zachary Levi… et la participation de Margaret Atwood