AFTER THE WEDDING

Nommé à l’Oscar du meilleur film étranger en 2007, ce bouleversant drame existentiel réalisé par la Danoise Susanne Bier est porté par la prestation de l’intense Mads Mikkelsen, acteur à suivre.

After The Wedding

ATW 4

Susanne Bier
2006 (DVD Swift)

Exilé en Inde depuis vingt ans, le Danois Jacob Pederson (Mads Mikkelsen), idéaliste invétéré, s’occupe d’un orphelinat sur le point de fermer, faute d’argent. La proposition d’un mystérieux donateur l’oblige à faire un saut à Copenhague. Avant de signer le contrat, le milliardaire (Rolf Lassgard) engage Jacob à demeurer quelques jours sur place et l’invite même au mariage de sa fille qui doit se dérouler le lendemain. Sans enthousiasme, Jacob se rend à la cérémonie. Ce qu’il va y découvrir va bouleverser son existence…

Très populaire au Danemark depuis sa comédie à succès The One And Only, qui lui avait valu en 1999 le Danish Film Award de la mise en scène, Susanne Bier a également conquis le monde grâce à des films exigeants, dans lesquels elle fait montre d’un sens du romanesque qui la distingue de ses célèbres compatriotes Lars von Trier et Thomas Vinterberg. Même si la scène de la révélation n’est pas sans rappeler la séquence d’anthologie de Festen, After The Wedding, aux accents mélodramatiques parfois exacerbés, se réclame davantage du cinéma populaire. A l’instar du précédent Brothers, Prix du Public à Sundance 2005, le film traite d’un drame de famille qui rejaillit sur une autre situation dans un autre endroit du globe (ici un orphelinat en Inde, dans Brothers, la guerre en Afghanistan). Cette ouverture sur le monde confère au film une résonance particulière et met en exergue les choix de valeurs des personnages. Captivant de bout en bout, superbement mis en scène et brillamment interprété, notamment par le mélancolique et mystérieux Mads Mikkelsen (le vilain Le Chiffre de Casino Royale), After The Wedding est un film intense, puissant et foncièrement bouleversant. Il a été salué par une nomination à l’Oscar du Meilleur film étranger en 2007.

BANDE-ANNONCE

ATW

ATW 3

ATW 2

Chronique rédigée pour Fnac.com en 2008

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *