BROKEN CITY : plaisir coupable

Le néo-film noir d’ Allen Hugues avait tout pour être le thriller de l’année : une distribution de rêve, un scénario excitant, et un réalisateur pas manchot. Pourtant, il a fait un flop, et échappé de justesse au direct to video. Explications.

 Broken-City-2

Broken City

Allen Hugues
2013 (Studiocanal)

Flic à New York, Billy Taggart (Mark Wahlberg) est traduit en justice pour avoir tué un jeune violeur de manière controversée. Grâce au soutien du maire Nicholas Hostetler (Russell Crowe), il est innocenté, mais quitte la police pour s’établir comme détective privé. Sept ans plus tard, alors qu’il a des difficultés à maintenir son affaire à flot, Hostetler, en campagne pour sa réélection, fait appel à ses services contre un petit pactole. La mission qu’il lui confie semble des plus banales : suivre son épouse (Catherine Zeta-Jones), qu’il soupçonne d’avoir une liaison. Mais Billy ignore à quel point le terrain est miné…

Le scénario original écrit par le jeune Brian Tucker, inspiré par la vente en 2006 du mythique complexe Stuyvesant Town à New York, figurait sur la Black List d’Hollywood, qui recense les scripts les plus prometteurs. A l’affût, Allen Hugues, puis Mark Wahlberg se sont mis sur les rangs, le premier en tant que réalisateur, le second, producteur et acteur. Ils n’ont eu aucun mal à convaincre le fleuron des comédiens du moment, d’où cette distribution quasi-idéale. Et si sur l’écran, Broken City ne tient pas ses promesses (trop d’incohérences, de pistes abandonnées), le jeu d’acteur dans l’ensemble est un régal. Le pompon revient à Russell Crowe, impérial en maire corrompu, qui balance des phrases assassines avec un sourire goguenard. Barry Pepper, en politicien sensible, est tout aussi remarquable (il campait déjà un épatant Bobby dans la saga The Kennedys) à l’instar de Kyle Chandler (l’inoubliable coach de la série Friday Night Lights). Allen Hugues, coréalisateur avec son frère Albert de Menace II Society, From Hell ou du récent Le livre d’Eli, n’est pas un novice. Son thriller old school, parfaitement rythmé, revêt des atours de film noir des années 40. Les images sont léchées, les femmes plus fatales qu’elles en ont l’air, et le héros, porté sur la bouteille et en quête de rédemption, tente de se repérer dans un tunnel de plus en plus sombre (« Plus personne dans cette ville n’est foutu de faire des phrases complètes ! »). Avec davantage d’intelligence et de finesse, ces clichés auraient pu propulser le film vers les sommets, et en faire autre chose qu’une série B de luxe, ou au mieux… un plaisir coupable.

BANDE-ANNONCE

Broken-City-15

la-trama-imagen-5

Test Blu-ray :

Interactivité**
Une fois n’est pas coutume, la plupart des scènes inédites présentées ici auraient mérité de figurer dans le film. Elles répondent à quelques questions légitimes concernant des intrigues secondaires. Réalisateur, scénariste et comédiens livrent leurs impressions dans un making of promotionnel de trente-quatre minutes. Mark Wahlberg a l’art de résumer les choses, et son interview express prend un tour surréaliste (« Les acteurs voulaient faire du film un film génial, et pas seulement être géniaux dans le film. C’était beau à voir ! ») Enfin, la bande-annonce, qui semble préfigurer un tout autre film, est une véritable curiosité.

Image ***
Format : 2.40
La photographie de Ben Seresin (No Pain No Gain, World War Z) est mise en valeur par une image léchée, nuancée et très glamour, quoique manquant parfois de précision.

Son ***
DTS-HD Master Audio en français et anglais sous-titré
Sous-titres français imposés
Sous-titres pour sourds et malentendants
Audio Description
Une solide piste non-compressée qui manque toutefois de puissance dans les scènes d’action.

broken-city-2-1

2 réflexions au sujet de « BROKEN CITY : plaisir coupable »

  1. Je n’avais pas du tout entendu parler de ce film avant de lire ta chronique. Russell Crowe me déçoit rarement : je vais laisser une chance au film, juste pour le voir, lui.

  2. Je te comprends. Russell Crowe est un stradivarius. Il peut tout jouer, les bons comme les méchants. Il peut être beau ou très ordinaire, et il dégage une sensibilité et une intelligence qui contrastent avec son physique un peu massif. Il peut aussi être immensément émouvant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *