LES COMBATTANTS

Au festival de Cannes 2014, tandis que Jean-Luc Godard s’embourbait dans de vaines réflexions métaphysiques sur le monde ou ce qu’il en reste, un nouveau venu, Thomas Cailley, créait la surprise avec son premier long-métrage, portrait lumineux d’une jeunesse lucide et désenchantée, en quête de survie. A bout de souffle, le cinéma français ? Pas si sûr. 

 

Les combattants

photocombattants1_dblarg

Thomas Cailley
2014
Présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes 2014, en salles depuis le 20 août

Dans le sud-ouest de la France… Alors qu’Arnaud (Kévin Azaïs) s’apprête à passer un été tranquille, entre l’entreprise familiale et ses deux meilleurs copains, il rencontre Madeleine (Adèle Haenel), un garçon manqué. Elle projette d’entrer dans les commandos pour, dit-elle, « se préparer au pire ». Fasciné par cette fille étrange, brusque et déterminée, le doux Arnaud décide de la suivre dans le stage de formation gratuit proposé par l’armée de Terre…

Tout comme Delphine et Muriel Coulin en 2011 avec leur 17 filles, dans lequel dix-sept adolescentes décidaient d’être enceintes en même temps, pour tromper leur ennui, trouver leur place dans la société et se réinventer une vie ensemble, Thomas Cailley brosse dans Les combattants un portrait inattendu et attachant de la jeunesse d’aujourd’hui, loin des clichés et des caricatures. Arnaud est un jeune homme gentil, rêveur, un peu apathique, sans idéal et qui ne sait pas très bien ce qu’il veut (peut-on véritablement l’en blâmer ?). Madeleine, au contraire, est déterminée. Diplômée d’un master de macroéconomie, elle se prépare à une apocalypse, imminente selon elle. Obsédée par la survie et ses techniques, elle ne jure que par l’armée et ses méthodes « à la dure ». Totalement en décalage, les deux jeunes gens feraient un couple improbable. Mais Arnaud s’accroche, au point d’accompagner la jeune fille dans une démarche à laquelle il n’adhère même pas, et de bouleverser sa vie. Entre comédie romantique et film initiatique, Les combattants trouve son équilibre et un ton très personnel, tendre, mélancolique, poétique et souvent très drôle (toutes les scènes du stage d’entraînement militaire sont hilarantes). On est séduit par l’incongruité du personnage incarné par Adèle Haenel, son nihilisme, son air en permanence buté, autant que par la douceur de ce jeune homme emprunté que Madeleine malmène sans cesse et qui, pour elle, sera prêt à soulever des montagnes. Thomas Cailley, remarqué par ses courts-métrages, réussit ici un splendide coup d’essai. On pourra lui reprocher de rester un peu trop à la surface des choses en privilégiant les petits effets comiques, et les facilités qu’il s’accorde dans la dernière partie. Mais cette volonté de conserver coûte que coûte une certaine légèreté (la musique electro du groupe français Hit’n Run en témoigne) est salutaire. La jeunesse a ce privilège de pouvoir dire ou faire des choses insensées avant de les balayer d’un revers de main ou d’un éclat de rire. Certes, la fin du monde est pour demain, mais tout cela n’est pas si grave.

Récompensé à la Quinzaine des réalisateurs 2014 par les Prix Label Europa Cinémas, Art Cinema Award et SACD

BANDE-ANNONCE

photo-les-combattants-1408
les-combattants-kevin-azais
984727-1167557
Les-combattants-Thomas-Cailley
528866.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 

4 réflexions au sujet de « LES COMBATTANTS »

  1. Hello Sophie
    Parfaitement résumé et oui ta comparaison avec « 17 filles » est exacte « trouver sa place dans la Société et se réinventer une vie ensemble »…
    Les 2 acteurs sont formidables ; j’attendais plus d’actions et d’émotions (il y en a tout de même un peu)
    Tu es une super chroniqueuse Sophie et ton interprétation m’a permis d’avoir une vision plus pertinente de ce film
    Merci Bises
    Marie

  2. Merci Marie ! Je pense qu’il n’y a pas plus d’émotion parce que les personnages sont assez nihilistes, sans idéaux, et qu’il ne peut pas non plus y avoir de miracle. Ils peuvent juste se créer une bulle à eux. La fin à la fois frustrante et légère témoigne d’une grande lucidité de la part des auteurs, qui laissent leurs personnages dans l’attente. C’est très juste. Bises aussi et on se reparle pour The Salvation (vu la bande-annonce, effectivement, c’est Mads à son top ! ;))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *