OSLO, 31 AOÛT

Le jeune cinéaste norvégien Joachim Trier transpose le roman Le feu follet de Pierre Drieu La Rochelle dans le Oslo de 2011. Unanimement acclamé par la critique, ce film lumineux, mélancolique et poignant, est à voir absolument.

20201949

Oslo, 31 août 

Joachim Trier
2011 (DVD/Blu-ray Memento Films)

Toxicomane suicidaire de trente-cinq ans, Anders (Anders Danielsen Lie) a quasiment terminé sa cure de désintoxication. Il a l’autorisation de sortir du centre durant une journée, la dernière de l’été, pour se rendre à un entretien d’embauche à Oslo, toute proche. Anders veut en profiter pour revoir des amis et sa sœur, avec, peut-être, l’infime espoir de reprendre goût à la vie…

Découvert à Cannes en 2011 dans le cadre de la sélection Un certain regard, Oslo 31 août a suscité l’enthousiasme de la critique et du public. Adapté du roman Le feu follet de Pierre Drieu La Rochelle, déjà remarquablement porté à l’écran par Louis Malle en 1963 (avec un Maurice Ronet au sommet de son art), le film est une merveille de sensibilité et d’intelligence. Il confirme le talent du jeune réalisateur norvégien Joachim Trier, dont le film précédent (Nouvelle donne) avait fait un triomphe dans son pays. L’excellent acteur Anders Danielsen Lie rend palpable le sentiment de solitude et de détresse de ce trentenaire désenchanté, qui n’a plus la force de repartir de zéro. Anders observe avec un certain amusement ses congénères, ex-amis ou simples passants, mais tout le ramène à la vacuité de l’existence, et son désir d’autodestruction est mu par une intégrité profonde, absolue. Magnifiquement filmée, cette fable mélancolique et incroyablement moderne, éblouit autant qu’elle bouleverse. A voir absolument !

BANDE-ANNONCE

Unknown-2oslo

Chronique rédigée pour fnac.com en 2012

Une réflexion au sujet de « OSLO, 31 AOÛT »

  1. Ping : OH BOY, ballade désenchantée | ANOTHER FILM ANOTHER PLANET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *