LE JUGE FAYARD, DIT « LE SHERIFF »

Le film choc d’Yves Boisset, inspiré de l’affaire de l’assassinat du juge Renaud, paraît pour la première fois en DVD. Illuminé par un Patrick Dewaere fougueux et intense, ce thriller judiciaire et politique de 1977, salué par le Prix Louis Delluc, est enrichi d’un long et passionnant entretien avec le réalisateur et le magistrat Eric de Montgolfier.

 

 Le juge Fayard, dit « le Sheriff » 

juge-fayard-03-g

Yves Boisset
1977 (DVD Jupiter Film paru le 18 juin 2014)

Dans une ville de province, Jean-Marie Fayard (Patrick Dewaere), jeune juge fougueux et idéaliste, est rappelé à l’ordre par sa hiérarchie pour avoir fait incarcérer un patron coupable de négligence envers la sécurité de ses ouvriers, mais protégé en haut lieu. Il se voit alors confier une affaire de braquage et d’agression dans une station-service, sur laquelle enquête l’inspecteur Marec (Philippe Léotard). Le coupable, formellement reconnu par le pompiste agressé, est vite arrêté. Mais cet employé d’une société de gardiennage dispose d’un alibi, confirmé par son patron, lié au SAC. Fayard et Marec sont vite amenés à soupçonner des relations compromettantes entre le SAC et un réseau de grand banditisme, dans lesquelles sont impliquées des personnalités politiques en vue. Malgré les pressions et les menaces, le juge Fayard est bien décidé à faire éclater la vérité…

Deux ans après l’assassinat du juge Renaud à Lyon (le 3 juillet 1975), dont les commanditaires n’ont jamais été arrêtés, Yves Boisset met en scène ce film coup de poing directement inspiré de l’affaire, et pour lequel il s’est livré à une véritable enquête journalistique, (vraisemblablement plus poussée que celle effectuée par la police à l’époque). Cinéaste engagé, auquel on doit entre autres, Dupont Lajoie, L’attentat, et RAS, Boisset a régulièrement été décrié pour son manque de nuances et sa manière caricaturale de traiter des sujets sensibles. Pourtant, s’il chausse des gros sabots, le réalisateur fait souvent preuve d’une audace louable et plutôt rare, notamment dans le cinéma français. Dans Le juge Fayard, dit « le Sheriff » (« le sheriff » était le surnom donné au Juge Renaud), il appelle un chat un chat, et met les points sur les I d’entrée de jeu, lorsqu’un des protagonistes sort sa carte du SAC (Service d’Action Civique), le tristement célèbre service d’ordre créé à l’origine pour soutenir la politique du Général de Gaulle. Devenu une véritable police parallèle, anticommuniste, et partisane d’actions violentes, le SAC a été mêlé durant vingt ans à des affaires crapuleuses avant d’être dissous en 1982 par François Mitterrand (Yves Boisset sera agressé par des membres du SAC après la sortie du film). Si Le juge Fayard… dénonce les méthodes expéditives et punitives de l’organisation aux tendances racistes, il évoque aussi les difficultés auxquelles sont confrontés les hommes de justice, de loi et de bonne volonté, aux pouvoirs extrêmement limités, et lâchés par leur propre hiérarchie dès qu’ils touchent à une vérité qui dérange. Le tournage du film, sous haute surveillance des renseignements généraux, a été pavé d’embûches. Les autorités de Lyon ayant refusé d’accueillir l’équipe, Boisset a posé sa caméra à Saint-Etienne, profitant de la brouille entre les policiers stéphanois et leurs homologues lyonnais. La censure n’y a pas été de main morte en interdisant toutes les allusions au SAC, dont le terme a dû être remplacé par un « bip » encore plus explicite (la version d’origine a été rétablie depuis la dissolution du SAC). La mise en scène de Boisset, efficace et réaliste, fait mouche. Plus jeune que le juge Renaud au moment des faits, Patrick Dewaere prête à l’idéaliste Fayard son tempérament volcanique, intense et foutraque qui suscite aussitôt la sympathie. C’est d’ailleurs le caractère imprévisible voire incontrôlable de l’acteur, dont le personnage apparaît tantôt juvénile et naïf, tantôt bravache et agressif, qui évite au film de s’engluer dans la démonstration trop schématique. Quant au reste de la distribution, il regroupe tout bonnement le fleuron du cinéma français de l’époque, dont la liste a de quoi titiller la fibre nostalgique : Jean Bouise, Philippe Léotard, Jacques Spiesser, Aurore Clément, Marcel Bozzufi, Michel Auclair, Jean-Marc Bory, Roland Blanche, Henri Garcin etc. On y aperçoit même le jeune Bernard Giraudeau. Même s’il n’a obtenu que trois nominations aux César en 1978 (pour les performances de Patrick Dewaere, Philippe Léotard et Jean Bouise), le film a remporté un grand succès populaire, ainsi que le Prix Louis Delluc, qui récompense chaque année le Meilleur film français de l’année.

BANDE-ANNONCE

Le juge Fayard dit le sherif (1)

Fayard3
juge-fayard-09-g

 

Test Blu-ray :

Fayard4

 

 

 

 

 

Interactivité***
Au cours d’un entretien de 72 minutes réalisé en 2014, Yves Boisset et le magistrat et ancien procureur Eric de Montgolfier, qui loue la justesse de la représentation judiciaire de l’époque dans le film, évoquent les thèmes cruciaux qu’il aborde. Le cinéaste parle du courage de certains juges là où Eric de Mongolfier n’y voit que le sens du devoir mêlé à une certaine dose d’inconscience. Yves Boisset revient longuement sur les difficultés du tournage, dont celle de gérer Patrick Dewaere, que sa récente rupture avec Miou-Miou rendait encore plus imprévisible Le réalisateur, aujourd’hui cantonné à travailler pour la télévision, dit regretter le manque d’audace et de prise de risques du cinéma français d’aujourd’hui.

Image **
Format : 1.66
La propreté de l’image témoigne de la récente restauration. Les couleurs sont un peu explosives et tirent un peu trop vers le rouge, mais l’ensemble est plutôt satisfaisant. La vitesse de l’image, parfois un peu saccadée, s’avère toutefois un peu gênante, notamment au début du film.

Son ***
DD 2.0 en français
L’unique piste, en mono d’origine, est claire et confortable.

Fayard 1

marcel-bozzuffi
dewaere-le-juge-fayard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *