ROBIN WILLIAMS : HOMMAGE

« La réalité… quel drôle de concept ! » Robin Williams

cercle-des-poetes-disparus-1989-01-g
« O Captain! My Captain! »

Disparu tragiquement le 11 août 2014 à 63 ans, l’inoubliable interprète du professeur Keating du Cercle des poètes disparus fut tout aussi remarquable en psychologue éclairé dans Will Hunting (rôle qui lui a valu l’Oscar du Meilleur second rôle masculin, le seul de sa carrière) ou en Peter Pan vieillissant dans l’attachant Hook de Steven Spielberg. Acteur caméléon, Robin Williams, né dans une famille aisée de Chicago, excellait dans tous les registres. Et si la comédie restait le domaine de prédilection de ce clown lunaire, il s’est également distingué dans des rôles plus sombres. En 2002, il campait un assassin retors dans l’hitchockien Insomnia, de Christopher Nolan, et la même année, il était cet employé solitaire du méconnu Photo Obsession, réalisé par le vidéaste Mark Romanek, à la croisée du thriller à suspense et de la tragédie humaine.

 

Photo Obsession (One Hour Photo)
 photo-obsession-2002-18-g

De Mark Romanek
2002

Technicien de labo photo efficace, Seymour Parrish (Robin Williams) est responsable du rayon photo d’un supermarché. Son travail constitue le seul bonheur de sa vie solitaire et misérable. Seymour est particulièrement fasciné par les photos de famille des Yorkin, qu’il développe depuis déjà quelques années et dont il n’oublie jamais de conserver un tirage pour son propre plaisir. Cette famille modèle de la banlieue chic représente pour lui un tel idéal de bonheur, qu’un jour, cédant à une pulsion irrépressible, il entre en contact avec Nina Yorkin (Connie Nielsen)…

Lauréat du Prix du Jury à Deauville en 2002, Photo Obsession a enthousiasmé le public et la critique à sa sortie. Après un premier long-métrage passé inaperçu en 1985 (Static), Mark Romanek, réalisateur de clips surdoué et renommé (pour David Bowie, Madonna, R.E.M. …) réussissait ici un coup de maître en mêlant adroitement les genres (drame de la solitude et thriller à suspense). Si le cinéaste du futur Never Let Me Go a reconnu s’être inspiré des anti-héros schizophréniques et paranoïaques de Taxi Driver et du Locataire, sa mise en scène affiche quant à elle des accents kubrickiens frappants (décors cliniques, lumière soignée, minutie des détails). Robin Williams, méconnaissable, est magistral dans ce rôle sombre et subversif, et ce thriller dérangeant et tragique se révèle plus brillant et intelligent que la moyenne.

Rédigé pour Fnac.com en 2003

ph5.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxone hour photo
photo_obsession_williams

 

Robin Williams en dix leçons :

 1978-1982 Mork et Mindy (série TV)
mork-and-mindy-reunion-ftr

 

1982 Le monde selon Garp (The World According To Garp) de George Roy Hill
547334-le-monde-selon-garp

 

 1987 Good Morning Vietnam de Barry Levinson
Good-Morning-Vietnam-robin-williams-25340599-2348-1599

 

1989 Le cercle des poètes disparus (Dead Poets Society) de Peter Weir
robin-williams-le-cercle-des-poetes-disparus_52846eed2de99

 

1991 Fisher King (The Fisher King) de Terry Gilliam
the-fisher-king-1991

 

1991 Hook ou la revanche du Capitaine Crochet (Hook) de Steven Spielberg
hook-1991-22-g

 

1993 Madame Doubtfire (Mrs Doubtfire) de Chris Columbus
mrs-doubtfire2

 

1995 Jumanji de Joe Johnston
robin-williams-bonnie-hunt-kirsten-dunst-jumanji_5284854cdc5b8

 

1997 Will Hunting (Good Will Hunting) de Gus Van Sant
Will-Hunting

 

2002 Insomnia de Christopher Nolan
Al Pacino Robin Williams Insomnia 001

Une réflexion au sujet de « ROBIN WILLIAMS : HOMMAGE »

  1. Quelle tristesse que cette disparition… 🙁 Et tous les films de cet acteur qui restent comme des photos familières qu’on regardera toujours émotion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *