TARZAN

Après Johnny Weissmuller, Miles O’Keeffe, Casper Van Dien et Christophe Lambert, c’est au tour d’Alexander Skarsgard d’incarner le légendaire homme-singe au cinéma. Le beau vampire viking de True blood prête ses presque deux mètres et sa stature athlétique à ce personnage casse-gueule, qu’il interprète avec son élégance et sa retenue coutumières, tout en regards mélancoliques et sourires en coin. Sauvage oui, ridicule, jamais. Le réalisateur anglais David Yates a soigné les aspects historiques pour mieux fustiger le colonialisme et mettre l’Afrique au cœur du récit. La simplicité du message fait parfois sourire, mais elle ne détone pas dans ce film spectaculaire, qui en dépit de ses effets spéciaux numériques, parvient à renouer avec le cinéma d’aventures d’antan. Si Christoph Waltz ne surprend pas en méchant retors et sadique, Margot Robbie fait une Jane au tempérament volcanique plutôt inattendue.

_B4B0395.dng

“Le port altier de sa belle tête sur ses larges épaules, l’éclair de vie et d’intelligence qui animait ses yeux clairs le faisaient ressembler à un demi-dieu venu d’un ancien peuple guerrier de cette forêt.” Tarzan, seigneur de la jungle Edgar Rice Burroughs

  

Tarzan (The Legend Of Tarzan)

_L3A3723.dng

David Yates
2016 (Dans les salles françaises depuis le 6 juillet)

A la fin du 19ème siècle… Dix ans après avoir quitté la jungle, Tarzan (Alexander Skarsgard) est devenu le respectable Jack Clayton, Lord Greystoke. Il mène une existence paisible dans le manoir de ces ancêtres, non loin de Londres, avec Jane (Margot Robbie), qu’il a épousée. Lorsque le roi belge Léopold II, colonisateur du Congo, l’invite à revenir sur ses terres natales pour une mission diplomatique, Tarzan s’apprête à refuser, mais George Washington Williams (Samuel L. Jackson), un émissaire américain qui suspecte des exactions commises par les Belges sur les autochtones, l’encourage à s’y rendre. Jane, qui se languit de l’Afrique où elle a grandi, supplie son époux de l’emmener. Ils ignorent qu’ils se précipitent droit dans un piège…

De la cinquantaine d’adaptations cinématographiques de l’œuvre d’Edgar Rice Burroughs, peu sont restées dans les mémoires. Si on conserve une tendresse particulière pour Johnny Weissmuller, créateur du personnage en 1932 (qu’il interprétera dans douze films !), c’est Greystoke, réalisé en 1984 par Hugh Hudson, qui s’impose toujours comme le plus beau portrait de cet homme déchiré entre deux identités et deux mondes (sublime scène dans laquelle Tarzan adolescent scrute son visage dans une glace en tenant un cube dont une face est illustrée par le dessin d’un singe, et l’autre celui d’un enfant). Trente-deux ans après ce drame romantique et existentiel poignant, qui reste aussi le plus beau rôle de Christophe Lambert, on peut se demander quelle mouche a piqué Hollywood, tant, comparée à celles des superhéros Marvel et DC Comics qui fleurissent sur les écrans, l’histoire de Tarzan apparaît désuète. Un côté démodé, anachronique, qui lui confère aussi beaucoup de charme. C’est visiblement ce qui a motivé David Yates, qui s’est vu confier la mise en scène après les défections de Guillermo Del Toro et Stephen Sommers. Le cinéaste anglais n’a pas dépoussiéré l’œuvre d’Edgar Burroughs de manière radicale, et a fait du scénario original d’Adam Cozad et Craig Brewer un film d’aventures à l’ancienne. Subtil et rompu à l’exercice de l’adaptation littéraire, Yates, réalisateur des quatre derniers épisodes de la saga Harry Potter et du récent Les animaux fantastiques (toujours d’après J. K. Rowling), s’est efforcé de replacer l’action dans son contexte historique. Ainsi, George Washington Williams et Léon Rom sont librement inspirés de personnages réels (le sinistre et sanguinaire Léon Rom, militaire et aventurier belge, serait l’une des sinistres figures à l’origine du colonel Kurtz imaginé par Joseph Conrad dans son roman Au cœur des ténèbres). Le film a le mérite de renouveler la mythologie tout en lui rendant hommage, à grand renfort de flash-backs. Le Tarzan que l’on découvre au début du film est un homme civilisé et sage, qui a choisi de prendre la relève de son aristocrate de son père disparu (la reconstitution du Londres de la fin de l’époque victorienne est magnifique). La beauté ténébreuse d’Alexander Skarsgard sied parfaitement au personnage. C’est de Jane, alias Margot Robbie (révélée par Le Loup de Wall Street), que vient la surprise. Bien plus qu’un faire-valoir du héros, la jeune Anglaise, qui a grandi en Afrique auprès d’un père missionnaire, est une femme moderne, humaniste et cultivée, qui sait en découdre avec ses adversaires. Visuellement, Tarzan décoiffe et transporte dès la première scène. Il a beau avoir été tourné en studio, en Angleterre, le dépaysement est total. Les mauvais coucheurs railleront les singes créés par ordinateurs (ceux du film de Hudson étaient joués par des comédiens déguisés, et, en tout état de cause, l’espèce des singes mangani évoquée dans l’œuvre de Burroughs est inconnue de la science). Le film ne restera probablement pas dans les annales, mais ce spectacle familial au charme rétro est éminemment sympathique. Nulle raison de le bouder donc.
1h 50 Et avec Djimon Hounsou, Osy Ikhile, Mens-Sana Tamakloe, Antony Acheampong, Casper Crump, Ben Chaplin…

BANDE-ANNONCE

_L3A3072.dng
_L3A0253.dng
_B4B1001.dng
Singes
trioEau
Prisonnière
tarzan-2016

2 réflexions au sujet de « TARZAN »

  1. Sûr, ce n’est pas une oeuvre impérissable, mais j’ai eu très grand plaisir à voir ce film, avec un rien de nostalgie, – surtout la seconde partie, une fois entrée dans le vif de l’Afrique coloniale -, pendant que Alexis se morfondait à mes côtés ^^.
    Cependant, loin du choc émotionnel que j’ai reçu avec le Greystoke de Christophe Lambert tout de même, que j’ai regardé une année durant avec mon fils aîné (et oui… 36 ans bientôt) , en boucle, et alternant avec « Voyage au bout de l’Enfer ». C’est qu’à Mada, et faute de cinéma à l’époque,le VHS était roi. N’empêche, pour le coup, j’irai bienfare un tour du côté de Greystoke, voir si il a moins vieilli que nous…
    N’empêche, putain qu’il est beau le Tarzan moderne !

  2. Ah oui, je suis tout à fait d’accord avec toi ! Greystoke a bien plus de profondeur. Même si Christophe Lambert fait parfois sourire (c’est l’effet qu’il produit généralement 😉 ) Ce n’est pas le même genre de film. Ici, on est clairement dans le film d’aventures. L’aspect cinéma à l’ancienne est paradoxalement rafraîchissant après toutes ces bastons de superhéros Marvel et cie pour le coup souvent ennuyeuses. Effectivement beau comme un dieu, Alexander Skarsgard joue Tarzan comme il jouait le vampire dans True Blood, sans en faire des tonnes, cool…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *