L’INCONNU DU LAC : beau thriller naturaliste, gay et rohmérien

Elu « Meilleur film de l’année 2013 » par Les Cahiers du Cinéma, qualifié de « chef-d’œuvre » par Les Inrockuptibles, le thriller passionnel d’Alain Guiraudie transgresse les tabous de manière radicale et joue l’universalité. Le réalisateur et les comédiens se confient dans les bonus de la belle édition Collector DVD, enrichie du scénario.

l-inconnu-du-lac-1369026278

L’inconnu du lac

Alain Guiraudie
2013 (DVD Epicentre Films)

C’est l’été. Il fait très chaud. Sur la berge d’un lac du Sud de la France, des naturistes, tous des hommes, prennent des bains de soleil. Franck (Pierre Deladonchamps) décide de piquer une tête. Au milieu du lac, il observe la plage, et remarque un homme qui se tient à l’écart. Intrigué par cet inconnu, le seul à être vêtu, il entame une conversation amicale. Après avoir évoqué la présence d’un silure de cinq mètres dans le lac, l’homme, prénommé Henri (Patrick D’Assumçao), lui confie que sa femme vient de le quitter. Peu après, Franck remarque Michel (Christophe Paou), un bel athlète, et tente une approche. Mais Michel a déjà un partenaire, plutôt possessif. Le lendemain, alors que le soleil se couche, Franck, du sous-bois qui domine le lac, surprend Michel en train de noyer son amant…

Alain Guiraudie n’y va pas par quatre chemins. Un des tout premiers plans du film le montre nu, allongé sur la berge du lac, les parties intimes au soleil. Autour de lui, d’autres naturistes, tous des hommes, et tous gays, se prélassent sur leur serviette, se draguent et parfois vont faire l’amour, en toute discrétion, dans le petit bois qui surplombe la plage. Ce ballet de petits rituels n’est pas sans effets comiques (ce voyeur qui se fait invariablement houspillé par les couples). La scénographie a son importance, et l’histoire se joue sur quatre tableaux : le parking, symbole de la journée qui vient ou s’achève, la plage, le petit bois, et le lac. Inondé de soleil, sans autre musique que celle du vent dans les arbres et le clapotis de l’eau, ce tableau hédoniste devient de plus en plus angoissant. Sans altérer d’un iota l’esthétique ou la scénographie, le réalisateur, par petites touches subtiles, parvient à faire monter la tension. Les conversations prennent alors un double sens, la futilité fait place à l’essentiel. La mort s’invite dans ce tourbillon de désir et de passions, et fait tomber les masques. Comme chez Rohmer, le caractère épuré et naturaliste du film (les acteurs eux-mêmes jouent un peu faux) confère à chaque geste, chaque mot, une importance. Et si Guiraudie n’hésite pas à montrer les corps dans leur intimité (prenant le risque de choquer), ce n’est pas par provocation gratuite. Ils ont beau se mettre à nu, revendication de leur liberté sexuelle et du droit de jouir de leur corps comme il leur semble, ces hommes n’en sont pas moins prisonniers, de leurs instincts, de leurs passions, et jouent avec le feu. Il y a quelque chose de pourri dans ce Paradis sur Terre. D’où la remarque sage de l’inspecteur chargé de l’enquête, choqué par l’indifférence et le manque de solidarité de ces hommes entre eux après le meurtre : « Moi, je trouve que, parfois, que vous avez une drôle de façon de vous aimer. » L’homosexualité a toujours été plus ou moins au cœur du cinéma de Guiraudie, mais ici, elle s’affiche, sans tabous, jusque dans les scènes de sexe, impudiques, parfois dérangeantes et quasi inédites dans le cinéma d’auteur français (le film est interdit au moins de 16 ans). C’est tout le talent du cinéaste d’avoir fait de cette réalité une évidence, et cette œuvre, à la fois singulière et universelle, fera assurément date.

BANDE-ANNONCE
 26886

Diffusé dans les salles en juin 2013, après avoir remporté le Prix de la mise en scène de la sélection Un certain regard ainsi que la Queer Palm à Cannes, le film a suscité de vives polémiques entre partisans et opposants au mariage gay. L’affiche, jugée trop suggestive par les municipalités de Vincennes et Saint-Cloud, y a été purement et simplement interdite.

Test Edition Collector 2-DVD :

Interactivité***
Le premier DVD, consacré au film, propose également une galerie de photos, la filmographie d’Alain Guiraudie et la bande-annonce. Sur le second disque, on peut découvrir une discussion intéressante de 25 minutes entre le cinéaste et son confrère portugais João Pedro Rodrigues (Odete, O Fantasma), qui qualifie joliment le film de « huis clos à ciel ouvert ». Sa présentation à Cannes devient un making of dans lequel la productrice Sylvie Pialat et les comédiens reviennent sur ce tournage audacieux (les comédiens ont été doublé dans les scènes de sexe), mais rendu possible grâce au climat de confiance et de respect créé par le réalisateur (16 minutes). La création de l’affiche controversée fait ensuite l’objet d’un reportage pertinent. On y constate à quel point les auteurs l’ont édulcorée pour ne pas choquer le public. L’édition a la bonne idée de présenter le premier court-métrage d’Alain Guiraudie, Les héros sont immortels (1990), introduit par Roy Gentil, le directeur artistique de L’inconnu du Lac, qui n’est pas sans similitude avec le film, et dont le générique de fin vaut son pesant de cacahuètes. Des scènes inédites non finalisées (4 minutes) et une galerie de photos de tournage figurent également au programme. Enfin, le coffret inclus un livret de 88 pages dédié au scénario du film, écrit par Alain Guiraudie.

Image ****
Format : 2.35
La luminosité et l’aspect solaire du film (la photo est signée Claire Mathon) sont magnifiquement retranscrits par cette image contrastée et éblouissante. Les noirs sont d’une profondeur abyssale.

Son : ****
DD 5.1 et 2.0 en français
Sous-titres pour sourds et malentendants
Une piste DD 5.1 idéale, qui met en valeur aussi bien les dialogues que les effets sonores

20569192

310a5d473c922fddeb9192d9349ca2a7d337ad87_p

 

Une réflexion au sujet de « L’INCONNU DU LAC : beau thriller naturaliste, gay et rohmérien »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *