FAST & CURIOUS Octobre 2015

En vitesse rapide, vus au ciné, en Blu-ray /DVD ou à la télévision ce mois-ci…

 

n9k1VF7PCxo5RxiApvNPrzFwpgw 

Le labyrinthe : La terre brûlée (Maze Runner : The Scorch Trials)

scorchtrials-1-gallery-image-1940x1043

Wes Ball
2015 (Dans les salles françaises depuis le 7 octobre)

Un an après, la suite de Labyrinthe, le film de science-fiction pour ados adapté de la série de romans de James Dashner…

Si le premier épisode était adroit et inventif, le deuxième se révèle plus convenu dans la forme, mais tout aussi captivant. Signé, comme son prédécesseur, par Wes Ball, réalisateur venu des effets spéciaux, le film, très efficace, entraîne, façon montagnes russes dans une course-poursuite haletante à travers des décors post-apocalyptiques grandioses. Un univers truffé de références (à Mad Max 2, The Walking Dead, Star Wars…) et très ludique. On est séduit par ces séquences horrifiques et d’action bien fichues, et ces jeunes comédiens sympathiques (dont plusieurs ressortissants de Game Of Thrones). Moins pompeux que Hunger Games et beaucoup plus divertissant ! Troisième volet attendu en 2017.
(2 h 13) Avec Dylan O’Brien, Hi Hong Lee, Kaya Scodelario, Thomas Brodie-Sangster, Patricia Clarkson, Aidan Gillen, Lili Taylor, Barry Pepper…
Bande-annonce
***

Prédestination (Predestination)

predestination

Michael et Peter Spierig
2014

Un agent temporel poursuit un criminel qui lui a échappé toute sa vie…

Grand risque de burn-out devant cet ambitieux thriller de science-fiction aux allures de Dark City paru directement en vidéo et adapté de la nouvelle All You Zombies de Robert A. Heinlein (un de ses romans, Etoiles, garde-à-vous !, avait inspiré à Paul Verhoeven l’excellent Starship Troopers). Pourtant (lorsqu’on l’a comprise), l’idée se révèle incroyablement audacieuse. Dommage que les réalisateurs du réjouissant Daybreakers, qui explorait d’une manière inédite le thème du vampire, aient un peu trop emberlificoté leur casse-tête au point de le rendre un tantinet illogique. Demeurent des scènes fascinantes, emmenées par les très bons Ethan Hawke et la troublante Australienne Sarah Snook. A revoir en boucle !
OCS (1h 37) Avec Ethan Hawke, Sarah Snook, Noah Taylor…
Bande-annonce
***

Le loup de Wall Street (The Wolf Of Wall Street)

le-loup-de-wall-street-leonardo-dicaprio

Martin Scorsese
2013

Dans les années 80, l’ascension vertigineuse et la chute d’un trader frauduleux, histoire adaptée de l’autobiographie homonyme de Jordan Belfort…

Ne serait-ce que pour la performance de Leonardo DiCaprio, qui joue cet escroc cynique et immoral, moitié bouffon moitié ordure, avec l’endurance d’un marathonien, Le loup de Wall Street vaut ces presque trois heures d’hystérie. La forme épouse parfaitement le fond, mais on frôle l’indigestion durant la première heure, matraquage sauvage de sexe, de drogue et de tubes pop/rock (le plus souvent anachroniques, comme dans Casino). Cette surenchère visuelle et sonore censée refléter le chaos décadent et monstrueux dans lequel baignent le héros et ses disciples ennuie et épuise davantage qu’elle ne fascine. On se réjouit donc de l’arrivée des emmerdes et du FBI, qui redonnent de l’intérêt à ces turpitudes excessives et engendrent des scènes franchement désopilantes, dont certaines sont devenues culte (celle de la prise de Quaaludes Lemmon 714 périmés, au hasard). On retient aussi numéros savoureux de Matthew McConaughey, Jonah Hill et de la révélation australienne Margot Robbie. En dépit de ses cinq nominations aux Oscars en 2014, ce méga carton au box-office est reparti bredouille. Comme quoi…
Canal+ (2h 59) Avec Leonardo DiCaprio, Jonah Hill, Margot Robbie, Kyle Chandler, Rob Reiner, Matthew McConaughey, Jon Berthal…
Bande-annonce
*** 

Art Of Steal (The Art Of The Steal)

tn-gnp-film-review-heist-movie-the-art-of-the--001

Jonathan Sobol
2013

Un ex-voleur de tableaux reconverti cascadeur de foire, accepte un dernier coup proposé par son demi-frère et ex-associé, qui l’a pourtant envoyé en prison durant cinq ans…

Paru directement en vidéo, le deuxième long-métrage du Canadien Jonathan Sobol est une petite merveille d’humour. La mise en scène rythmée et astucieuse, le travail sur l’image (split-screen, flash-back très rétro…), l’intrigue bien ficelée, et les prestations hilarantes de cette brochette aux petits oignons (Kurt Russell, Matt Dillon, Jay Baruchel, Terence Stamp…) font de ce divertissement un véritable antidépresseur, tordant jusqu’au bout du générique de fin.
OCS Max (1h 30) Avec Kurt Russell, Matt Dillon, Jay Baruchel, Terence Stamp, Kenneth Welsh, Chris Diamantopoulos, Katheryn Winnick…
Bande-annonce
**** 

Inside Llewyn Davis

original-654458-437

Ethan et Joel Coen
2013 (Grand Prix du Jury du festival de Cannes 2013)

En 1961, quelques jours dans la vie chaotique d’un jeune chanteur de folk qui tente de percer à New York et va de déconvenue en déconvenue…

Conçu comme une chanson folk, le film d’Ethan et Joel Cohen frise la perfection. Les mésaventures de Llewyn Davis, personnage fictif librement inspiré du chanteur Dave Van Ronk, ont invariablement quelque chose de burlesque et d’absurde. Constamment en décalage avec ses proches et son environnement, le personnage, se révèle lui-même tragicomique (épatant Oscar Isaac, qui interprète lui-même ses chansons). Il nous transporte dans ce Greenwich Village en pleine émergence de talents venus dépoussiérer la musique traditionnelle américaine. Sur la scène du Gaslight Cafe, s’agitent les fantômes de Jim Glover et Jean Ray, Peter, Paul & Marie, Tom Paxton, Ramblin’ Jack Elliott et, bien sûr, Bob Dylan. La photo léchée du chef-opérateur français Bruno Delbonnel confère des accents magiques à la lumière de l’hiver new-yorkais de ces mythiques sixties. Beau, drôle, poétique, un peu triste et extrêmement attachant.
Ciné+ Club (1 h 44) Avec Oscar Isaac, Carey Mulligan, Justin Timberlake, John Goodman…
Bande-annonce
****

Dix pour cent — Saison 1

dix

Série créée en 2015 par Fanny Herrero d’après une idée originale de Dominique Besnehard

Chronique du quotidien d’une prestigieuse agence artistique parisienne…

La presse et les médias ont déroulé le tapis rouge à cette série annoncée comme la meilleure série française du moment, si ce n’est de l’histoire de l’Hexagone. Pas de quoi pourtant sauter au plafond. Dix pour cent, qui tente de rendre sympathique un milieu qui ne l’est pas, n’a ni le mordant ni la folie de sa consœur américaine Entourage. Elle se regarde néanmoins sans déplaisir, grâce au savoir-faire de la scénariste Fanny Herrero (Un village français, Fais pas ci, fais pas ça), à des anecdotes savoureuses directement issues de l’expérience de Dominique Besnehard, qui fut le roi des agents en France, à des numéros d’autodérision des acteurs dans leur propre rôle, et au joli talent de Camille Cottin (La Connasse de Canal+). Dommage que les bonnes idées soient un peu trop asphyxiées par la mise en scène plan-plan, les clichés (l’incontournable assistant homosexuel qui joue les folasses…) et les bons sentiments.
France 2 (Six épisodes de 52 minutes) Avec Camille Cottin, Thibault de Montalembert, Grégory Montel, Liliane Rovère, Fanny Sydney…
Bande-annonce
** 

Coup de cœur 

Art Of Steal
image_13e13-1

 

Une réflexion au sujet de « FAST & CURIOUS Octobre 2015 »

  1. « The art of the steal » est en effet rafraîchissant et parfaitement joué !
    J’avais eu un vrai coup de coeur au cinéma pour « Inside Llewyn David ».
    Et quelle poilade que « Le loup de Wall Street » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *