MADS MIKKELSEN, À LA FOLIE (Michael Kohlhaas, La chasse, Royal Affair)

Mads 1

Sa « gueule » aurait pu le cantonner à jouer les vilains à Hollywood et sa stature athlétique, les héros de films d’action. Son intelligence et son charisme ont fait la différence. Depuis sa prestation sensationnelle dans le drame existentiel After The Wedding, de Susanne Bier, nominé à l’Oscar du Meilleur film étranger en 2007, les réalisateurs, tous genres et horizons confondus, ne peuvent plus se passer du magnétique Mads Mikkelsen. Le guerrier silencieux de Nicolas Winding Refn enchaîne les premiers rôles, rafle les prix d’interprétation et se paie le luxe d’être le héros d’une série américaine déjà culte. En regardant de plus près sa filmographie, plusieurs films récents mettent en évidence une constante dans le choix de ses rôles : justes, bons et loyaux, les personnages qu’il incarne finissent toujours par s’en prendre plein la figure. Mads Mikkelsen aurait-il une prédisposition à jouer les martyrs ?

 

Michael Kohlhaas

Mads-Mikkelsen

Arnaud des Pallières
2013 – France — Allemagne
DVD/Blu-ray M6 Vidéo

Au XVIe siècle dans les Cévennes, Michael Kohlhaas (Mads Mikkelsen), marchand de chevaux protestant d’origine allemande, coule des jours heureux avec sa femme et sa fille. Un jour, en se rendant à la foire pour vendre des bêtes, il se heurte à un baronnet (Swann Arlaud) qui l’oblige à payer un droit de péage pour traverser ses terres, alors que cette taxe a été abolie. Parce qu’il n’a pas d’argent sur lui, Kohlhaas est contraint de laisser en gage deux de ses chevaux et son valet. Lorsqu’il revient, il constate que ses bêtes ont subi des mauvais traitements, tout comme son valet, qui a dû s’enfuir. Décidé à faire valoir ses droits, le marchand saisit la justice. Mais le jeune baron étant parent de la famille royale, il est débouté par le tribunal. Kohllhaas s’entête alors à obtenir réparation, même s’il doit lever une armée pour y réussir…

Déjà porté à l’écran en 1969 par Volker Schlöndorff, le roman philosophique de l’Allemand Heinrich von Kleist, publié en 1810 et prisé par Kafka, est revisité avec une rare radicalité dans le film du Français Arnaud des Pallières. La mise en scène épurée, les décors naturels austères et rugueux, et la présence imposante et magnifique de Mads Mikkelsen en font une œuvre à la fois singulière et universelle, très proche du cinéma d’Herzog. L’acteur danois est impérial dans ce rôle de rebelle entêté, à la fois doux et implacable, prêt à mettre le royaume à feu et à sang, assoiffé de justice au point de tout lui sacrifier. Le dilemme moral posé par l’auteur allemand résonne de manière éclatante. Sous ses atours de western médiéval, Michael Kohlhaas interroge sur le bien fondé de la vengeance et de la justice qui conduit au fanatisme. La puissance naturaliste du film fascine. L’âpreté et la démesure du héros se reflètent dans les paysages remarquablement photographiés par la chef-opératrice Jeanne Lapoirie, tandis que la musique médiévale de Martin Wheeler se fait complice de la nature (vent, murmure des ruisseaux, bourdonnements d’insectes, bruissements des arbres…). En clin d’œil à sa prestation dans La Marquise d’O de Rohmer, adapté lui aussi d’un roman de Heinrich von Kleist, Bruno Ganz joue un gouverneur sensible, tandis que Denis Lavant campe un Luther épatant. En dépit de sa violence brute, de la pertinence de son discours et de la splendeur de ses images, Michael Kohlhaas a divisé la critique et le public du festival de Cannes 2013, où il était en compétition. Ce film remarquable a obtenu en 2014 les César de la Meilleure musique originale et du Meilleur son.

BANDE-ANNONCE

michael-kohlhaas

michael-kohlhaas-2

michael-kohlhaas

19536918_20130807150639707

 

La chasse (Jagten)

The-Hunt-Mads-Mikkelsen

Thomas Vinterberg
2012 — Danemark
DVD/Blu-ray Studiocanal

Dans une petite ville du Danemark, Lucas (Mads Mikkelsen) est animateur au jardin d’enfants depuis la fermeture de l’école où il était professeur. Eprouvé par un divorce difficile, ce quadragénaire doux et patient est adoré par les bambins. Un peu trop. Un jour il éconduit délicatement la fille de son meilleur ami, qui vient de lui faire une déclaration d’amour. Vexée, l’enfant se venge en laissant croire à la directrice que Lucas a eu, envers elle, un comportement inconvenant. Ce petit mensonge va prendre des proportions démesurées…

Remarqué en 1995 pour le phénoménal Festen, réalisé selon les principes du Dogme, dont il est le cofondateur (avec, entre autres, son compatriote Lars von Trier), le Danois Thomas Vinterberg est revenu en force avec ce film choc qui a valu à Mads Mikkelsen le Prix d’interprétation à Cannes en 2013. La chasse pourrait être l’antithèse de Festen, qui dénonçait les actes incestueux d’un patriarche, homme respecté dont la moralité ne pouvait être mise en cause. Ici, au contraire, la personnalité sans équivoque de Lucas, un type bien, apprécié de tous les membres de la communauté, ne va en aucune façon mettre un frein à l’hystérie collective. Lucas n’aura même pas droit au bénéfice du doute. En 1967, André Cayatte, fervent défenseur de la présomption d’innocence, développait une intrigue similaire dans Les risques du métier, dans lequel Jacques Brel incarnait un instituteur accusé de viol par l’une de ses élèves. Quarante-cinq ans plus tard, Vinterberg délaisse le réalisme propre à Cayatte et n’hésite pas à outrer les situations. La chasse est bel et bien un conte, dans lequel la noirceur de la nature humaine est exacerbée. Ainsi, la violence de la réaction des collègues et amis de Lucas vire à la haine pure et simple, tandis que ce dernier s’accroche à son innocence avec une passivité presque christique. Le mensonge de l’enfant, avéré pour le spectateur dès le début du film, n’est pas tant au centre du récit que la trahison des proches, dont une simple rumeur, un prétexte en somme, est à l’origine. Même si la fillette avoue très vite son mensonge (« j’ai dit des bêtises »), il est déjà trop tard. Les adultes ne l’entendent plus. La machine est en marche. La chasse est ouverte. Tel un archange, Mads Mikkelsen, au jeu retenu et intériorisé, campe à la perfection cet innocent traqué, méprisé et digne, qui se tient droit devant l’injustice des hommes et reste humain, jusqu’au bout.

BANDE-ANNONCE

mads_31

The-Hunt-La-Chasse-Mads-Mikkelsen-photo-film-

20271611.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

7461352922110the-hunt-jagten-2012-3-g

 

Royal Affair (En Kongelig Affære)

royal-affair-8

Nikolaj Arcel
2012 – Danemark – Suède – République tchèque
DVD/Blu-ray Jour2Fête

En 1766, la jeune Caroline Mathilde de Hanovre (Alicia Vikander) quitte son Angleterre natale pour épouser le roi Christian VII du Danemark (Mikkel Boe Følsgaard, impressionnant), de deux ans son aîné. Jeune fille instruite et éclairée, elle découvre avec désappointement la personnalité psychologiquement instable de son mari, qui lui préfère les prostituées des bas-fonds de la ville. Elle déchante également face à l’obscurantisme de ce pays qui censure les écrivains et philosophes des Lumières, qu’elle aime tant. Après avoir donné naissance à un héritier, la jeune reine se résigne à la solitude. Mais l’arrivée du nouveau médecin personnel du roi, le séduisant Allemand Johann Friedrich Struensee (Mads Mikkelsen), un homme humaniste et progressiste, va bouleverser son existence, et le destin du Danemark tout entier…

Royal Affair retrace une page méconnue de l’histoire du Danemark avec un remarquable sens du romanesque. L’académisme de la reconstitution est bousculé par le souffle du romantisme, exhalé par les charismatiques Mads Mikkelsen et Alicia Vikander, jeune actrice suédoise remarquée aux côtés de Keira Knightley dans le récent Anna Karénine. Le scénario est inspiré du Médecin personnel du roi, roman de Per Olov Enquist, mais se base surtout sur Prinsesse Af Blodet, de Bodil Steensen-Leth, qui adopte le point de vue de la reine Caroline. Habile, Nikolaj Arcel fait une peinture pleine d’humour de ce royaume du Danemark sous emprise du clergé, empesé et arriéré, qui va connaître un envol inespéré grâce aux idées progressistes de Struensee, que partage la jeune reine. L’influence de ce disciple des Lumières sur le roi maniaco-dépressif fait des miracles. Christian VII, peu intéressé par l’exercice du pouvoir, laisse à son médecin, devenu ministre, le champ libre pour réformer le pays sa guise, et devient, un temps, le monarque le plus éclairé d’Europe. Hélas, la découverte par la cour réactionnaire et hostile à Strensee de la liaison adultère de la reine avec le mentor du roi sonnera la fin de la récréation pour le Danemark. La suite sera tragique. Entre combats politiques et amours clandestines, Royal Affair gagne sur tous les tableaux, et se révèle à la fois cours d’histoire pédagogique et divertissement palpitant et glamour. Nominé en 2013 à l’Oscar et au César du Meilleur film étranger, le film a remporté deux Ours d’argent à Berlin en 2012, pour le scénario et la performance stupéfiante de Mikkel Boe Følsgaard.

BANDE-ANNONCE

Royal-Affair-07

yasak-ask-a-royal-affair-3

royal-affair

A-Royal-Affair-Sexy

3 réflexions au sujet de « MADS MIKKELSEN, À LA FOLIE (Michael Kohlhaas, La chasse, Royal Affair) »

  1. J’ai vu par hasard « A royal affair » et l’acteur crevait l’écran. J’ai enchaîné sans attendre avec « Michael Kohlhaas » et rebelote. Il ne reste qu’à regarder enfin « Hannibal », dont tu as si bien parlé ici. Il faut juste que je prenne mon courage à deux mains… je suis un peu trouillarde…

  2. Il vrai que même si dans Hannibal les meurtres sont mis en scène de manière esthétique, ça reste très dérangeant. Il m’arrive de me mettre la main devant les yeux 😉 Mais l’intelligence de la série mérite un effort. Je te conseille juste de ne pas la regarder avant d’aller dormir 😉 Moi j’ai vraiment découvert l’acteur dans le film After The Wedding, dont j’ai mis le lien dans la chronique, un mélodrame danois de toute beauté.

  3. Merci de signaler les meilleurs rôles de Mads Mikkelsen.C’est un immense acteur qui n’a pas toujours eu des rôles à sa mesure. Il a cependant tourné dans d’excellents films peu connus comme Prague, Coco et Igor, Vilsdpor et Open Hearts où il fait plus preuve de sensibilité que de violence…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *