EMMY AWARDS 2017, 69ème

 

Dimanche soir, le palmarès des Emmy Awards a fait mentir Cristiano Ronaldo qui affirmait à l’issue de l’Euro 2016 : « Ce n’est pas toujours la meilleure équipe qui gagne ! » Car ce 17 septembre à Los Angeles, sur la scène du Microsoft Theatre où avait lieu la remise des trophées qui récompensent le fleuron de la télévision américaine, ce sont bien les meilleurs qui l’ont emporté.

En l’absence du poids lourd Game Of Thrones, dont la saison 7 a été diffusée trop tard pour être éligible (il fallait aux programmes avoir été diffusés entre le 1er juin 2016 et le 31 mai 2017), The Handmaid’s Tale et Big Little Lies sont donc les grandes gagnantes de la saison. Bien que très différentes, les deux séries abordent un thème commun : la condition féminine et, en particulier, les violences faites aux femmes.

 

The Handmaid’s Tale : Meilleure série dramatique

Et pourtant, la concurrence était rude (Westworld, Stranger Things, The Crown, Better Call Saul, The Crown, House Of Cards, This Is Us), mais la série adaptée du roman de Margaret Atwood a impressionné à tous les niveaux : écriture, mise en scène et performances d’acteurs (lire critique AFAP) .

La virtuose Elisabeth Moss a reçu l’Emmy Award de la Meilleure actrice dans une série dramatique, forcément. Ann Dowd celui du Meilleur second rôle féminin et Alexis Bledel, l’inoubliable Rory de Gilmore Girls, celui de la Meilleure guest actress

The Handmaid’s Tale a également été couronnée pour la Meilleure mise en scène (pour l’épisode Offred, signée Reed Morano) et le Meilleur scénario (pour le même épisode, écrit par Bruce Miller). Dans les catégories techniques, la photo et la direction artistique ont également été récompensées.

Big Little Lies : Meilleure mini-série

Préférée à la pourtant géniale The Night Of, la série du créateur d’Ally McBeal a elle aussi séduit le public cette année. Elle narre les tribulations de trois femmes de Monterey (Reese Witherspoon, Nicole Kidman, Shailene Woodley), mères d’élèves de la même école, qui se rapprochent et s’allient lorsqu’à la rentrée des classes, le petit garçon de l’une d’elles tente d’étrangler la fille d’une des mères les plus influentes de l’établissement (Laura Dern). Adaptée du roman homonyme de Liane Moriarty, Little Big Lies montre la face cachée d’une communauté WASP de Californie. L’enquête sur un meurtre mystérieux sert de fil rouge à ce Desperate Housewives sulfureux, dérangeant et violent, transcendé par des numéros d’actrices et acteurs sensationnels. Mise en scène par le Québécois Jean-Marc Vallée, la mini-série s’achève en apothéose, sur un septième épisode en forme d’uppercut.

Nicole Kidman remporte l’Emmy Award de la Meilleure actrice dans une mini-série. Elle était en concurrence avec sa partenaire Reese Witherspoon, tout aussi remarquable, mais pour le traitement de choc réservé à son personnage tout au long du show, Kidman méritait une récompense.

Alexander Skarsgard, qui n’a pas hésité à écorner son image, et la stupéfiante Laura Dern, raflent légitimement ceux des Meilleurs seconds rôles masculin et féminin.

Big Little Lies permet aussi à Jean-Marc Vallée de rafler l’Emmy Award du Meilleur metteur en scène, tandis que trois trophées ont salué l’excellence du Casting, de la Supervision musicale et des costumes.

 

The Night Of : Riz Ahmed, Meilleur acteur dans une mini-série

Avec ses treize nominations, la mini-série de Steven Zaillian pouvait prétendre à de nombreux trophées, mais elle a été devancée dans sa catégorie par Big Little Lies, plus récente et probablement plus fraîche dans l’esprit du jury. Néanmoins, l’épatant Riz Ahmed a obtenu l’Emmy Award du Meilleur acteur pour sa performance dans le rôle de Nazir “Naz” Khan, et on s’en félicite. Le show a également été récompensé dans quatre catégories techniques (la photo, le montage, le mixage et le montage sonores).

Et parmi les autres récompenses notables…

This Is Us

Sterling K. Brown qui avait tant impressionné dans American Story : The People Vs O. J. Simpson reçoit l’Emmy du Meilleur acteur dans une série dramatique et Gerald McRaney est salué en tant que guest actor.

Black Mirror : Emmys du Meilleur téléfilm et du Meilleur scénario pour un téléfilm.

Veep : La sixième saison de la série créée par Armando Iannucci reçoit l’Emmy de la Meilleure comédie tandis que son héroïne, Julia Louis-Dreyfus, est couronnée Meilleure actrice pour la sixième année consécutive !

Atlanta : Véritable révélation, Donald Glover, créateur et acteur du show est récompensé en tant que Meilleur acteur dans une comédie, et reçoit également l’Emmy de la Meilleure mise en scène pour l’épisode B. A. N.

The Crown, une des grandes perdantes de la soirée (avec Westworld) est malgré tout saluée par l’Emmy du Meilleur second rôle dans une série dramatique, qui est allé à John Lightow, impérial dans le rôle de Churchill.

Et enfin le trophée de la Meilleure émission de divertissement à sketches a été attribué à Saturday Night Live, également récompensée pour la réalisation, ses seconds rôles Alex Baldwin et Kate McKinnon, et ses guests Melissa McCarthy et Dave Chappelle.

La cérémonie présidée par l’humoriste Stephen Colbert avait débuté de manière fracassante par un numéro musical en hommage aux séries en lice de la saison, dont le refrain « Everything is better on TV ! » a dû aller droit au cœur des sériephiles. Le remplaçant de David Letterman au Late Show a fait brillamment le job, en taclant abondamment Donald Trump, cible de la plupart des lauréats durant leur discours et notamment de l’inoxydable trio Jane Fonda-Dolly Parton-Lily Tomlin. La soirée a été pimentée, entre autres, par l’apparition surprise de l’ex-attaché de presse de la Maison Blanche Sean Spicer, le baiser d’Alexander Skarsgard à Nicole Kidman sous les yeux du mari de cette dernière, et l’intrusion de Colbert dans l’univers de Westworld, où il est apparu nu, à la manière des robots de la série, interrogé par le sinistre docteur Ford campé par Jeffrey Wright. A la question récurrente dans le show : « Avez-vous déjà remis en question la nature de votre réalité ? », l’animateur a asséné : « Chaque jour depuis le 8 novembre dernier ! »

Site Officiel des Emmys 2017

THE HANDMAID’S TALE — LA SERVANTE ÉCARLATE

Chef-d’œuvre télévisuel, la série adaptée du conte dystopique de Margaret Atwood a été érigée en phénomène dès le début de sa diffusion en avril 2017 aux Etats-Unis, où elle a trouvé une résonance particulière. Dans un pays traumatisé par l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, cette peinture d’une Amérique qui bascule soudainement dans l’obscurantisme et la dictature, réduisant les femmes en esclavage, a fait froid dans le dos. La romancière elle-même a confié que sa fiction ne lui avait jamais paru aussi pertinente qu’aujourd’hui. Et tandis que les médias débattent pour déterminer si oui on non, The Handmaid’s Tale doit être appréhendée comme une série féministe, le show fait un tel tabac qu’il a été reconduit pour une deuxième saison après avoir récolté treize nominations aux Emmy Awards. Verdict le 17 septembre ! *

(Pas de spoilers dans cette chronique)

 

« Better never means better for everyone. It always means worse, for some. »

 

The Handmaid’s Tale – La servante écarlate Saison 1

Créée par Bruce Miller
2017
Diffusée pour la première fois sur la chaîne américaine Hulu en avril 2017 (sur OCS Max en France depuis le 27 juin)

Aux Etats-Unis, une série de catastrophes environnementales et la chute du taux de fertilité ont poussé une secte de Chrétiens extrémistes à fomenter un coup d’état et à instaurer une dictature répressive. Tandis que les homosexuels, les défenseurs de l’avortement et de la liberté sous toutes ses formes sont pendus haut et court aux murs des villes, les femmes, privées de leurs droits les plus fondamentaux, sont devenues les esclaves de la classe dirigeante. Les plus fertiles, reconnaissables à leur uniforme rouge écarlate, sont affectées au service des couples dont la femme est stérile. June (Elisabeth Moss) est une de ces servantes. Capturée alors qu’elle tentait de fuir au Canada avec son époux et leur fille, elle doit se plier aux exigences du Commandant (Joseph Fiennes) et de son épouse (Yvonne Strahovski), qui ne parviennent pas à procréer…

The Handmaid’s Tale, roman de science-fiction de Margaret Atwood publié en 1985 (paru en France sous le titre La servante écarlate), avait été porté à l’écran en 1990 par le cinéaste allemand Volker Schlöndorff. Pas étonnant que ce pourfendeur du fanatisme, réalisateur de L’honneur perdu de Katharina Blum et du Tambour, ait été interpellé par la dystopie (ou contre-utopie) monstrueuse imaginée par l’écrivain canadienne. Mais en dépit de la collaboration d’Harold Pinter, qui en avait signé l’adaptation, et de la présence de Faye Dunaway et Robert Duvall, le film, un tantinet poussif, n’avait que moyennement convaincu. La puissance du récit d’Atwood méritait un traitement plus ambitieux. Depuis avril 2017, grâce à cette série créée par Bruce Miller (Eureka, The 100…), c’est chose faite. La mise en scène intelligente, la photo léchée et les visuels chocs la rendent incroyablement captivante malgré la cruauté, la perversité et l’horreur du propos. La talentueuse Elisabeth Moss — Mad Men, Top Of The Lake — toujours dans les bons coups donc (elle est aussi coproductrice du show), excelle à rendre palpable les sentiments qui habitent l’infortunée héroïne, humiliée, violée, brutalisée, et qui refuse de céder au désespoir. Magaret Atwood, qui a supervisé cette série anxiogène (elle fait également une apparition dans le premier épisode), avait été inspirée par un séjour à Berlin d’avant la chute du Mur, en 1984, où elle avait fortement ressenti la claustrophobie ambiante et avait été frappée par l’atmosphère oppressante qui émanait des pays, au-delà du rideau de fer, qu’elle avait pu visiter à la même époque. L’écrivain souhaitait décrire une dystopie du point de vue d’une femme, une première dans la littérature de science-fiction, ce qui valut au livre le surnom de « 1984 féministe » — Atwood est d’ailleurs une fervente admiratrice de George Orwell. Pour autant, elle a toujours pris ses distances avec le label « féministe », préférant parler d’humanisme (à l’instar des créateurs de la série). Cela n’a pas empêché son œuvre de devenir un manifeste pour les militantes des droits de la femme. En mars dernier, des Américaines avaient endossé l’uniforme moyenâgeux et cauchemardesque des servantes de la série, composé d’une cape rouge sang et d’une cornette blanche — une réalisation de la costumière Ane Cabtree — pour protester contre les lois anti-avortement votées par le Sénat du Texas. La phrase-clé de la série « Nolite Te Bastardes Carborundorum » (latinisation fantaisiste de mots anglais qui signifie « Ne laisse pas les bâtards te tyranniser ») est ainsi devenue la devise des féministes. The Handmaid’s Tale apparaît d’autant plus troublante qu’elle est d’un réalisme frappant. Margaret Atwood s’était attachée à ne rien inclure dans le récit qui n’ait pas déjà été pratiqué dans une société de par le monde. De fait, la répression dans la République de Gilead a des relents de l’esclavage, du nazisme, de la Guerre froide ou du puritanisme du 17ème siècle. Et si l’on considère le sort peu enviable réservé aux femmes dans certains pays du Golfe, et dans ceux où la laïcité est en recul (la Turquie au hasard…), on se dit que, de la fiction à la réalité, il n’y a qu’un pas qui pourrait être franchi plus vite qu’on le croit.
Et avec : Max Minghella, Ann Dowd, Madeline Brewer, Samira Wiley, Alexis Bledel, O-T Fagbenle, Ever Carradine…

 

BANDE-ANNONCE







 

***********************

 

Natasha Richardson dans The Handmaid’s Tale de Volker Schlöndorff

Le 27 juin 2017 à Washington, des femmes ont revêtu l’uniforme des servantes écarlates et défilent devant le Capitole pour protester contre la réforme de la loi sur la santé.

* Des travaux d’écriture (sur Performance, Saturday Night Fever, entre autres…) m’ont tenue éloignée de mon blog ces derniers mois, mais soleil ou pas, je n’ai pas l’intention d’attendre la rentrée pour rattraper mon retard…

 

11.22.63

L’Amérique n’en a pas fini avec l’assassinat de JFK, un de ses plus grands traumatismes. Alors que fraîchement débarqué dans les salles françaises, Jackie de Pablo Larraín, revient sur les trois jours qui ébranlèrent le monde, Canal+ diffuse l’épatante mini-série 11.22.63, adaptée du roman homonyme de Stephen King. James Franco y campe un modeste professeur de littérature propulsé en 1960 pour tenter d’empêcher la tragédie.

  
« We never know which lives we influence, or when, or why. »

 

11.22.63

Mini-série créée par Bridget Carpenter d’après l’œuvre de Stephen King
2016

A Lisbon dans Le Maine, l’existence de Jake Epping (James Franco), professeur de littérature en instance de divorce, n’est guère palpitante. Elle va basculer le jour où son ami Al Templeton (Chris Cooper) lui dévoile l’existence d’un portail temporel situé dans l’arrière-cuisine de son restaurant. Ce passage propulse en 1960, et depuis des années, Al l’emprunte pour tenter d’empêcher le meurtre de John F. Kennedy, convaincu que cet acte rendra le monde meilleur. Sa santé déclinant, il charge Jake de cette mission, mais le met en garde : le passé n’aime pas être modifié…

11.22.63 résulte d’une belle association : Stephen King (auteur du livre et producteur exécutif), J. J. Abrams (producteur exécutif), James Franco (interprète principal et producteur) et Bridget Carpenter (scénariste et productrice exécutive), qui a brillamment développé le show. La mini-série a été diffusée pour la première fois en février 2016 sur la plate-forme de streaming vidéo Hulu, qui diffuse désormais films et séries, et est devenue une concurrente de Netflix et Amazon Prime. Dès le pilote, on est surpris par le classicisme du show, son rythme particulier (pas de montage cut hystérique), et son aspect romanesque qui tranche avec les séries ambiantes. Pourtant, pour qui sait être patient, 11.22.63 devient addictive. On est d’abord intrigué, puis happé par le suspense généré par ce Retour vers le futur aux multiples rebondissements. L’empreinte de l’écrivain est manifeste dans chaque montée de tension et dans cette manière d’insuffler de l’horreur dans le réel. Grâce à la justesse du jeu de James Franco, on s’identifie parfaitement à Jake, qui doit affronter au jour le jour des difficultés inattendues. Constamment sur un fil, son personnage se débat dans un univers à la fois familier et totalement fantastique. La vision utopique de ce début des années 60, dans une Amérique encore flamboyante, est gangrenée par des complots ourdis dans l’ombre et une violence refoulée sur le point d’exploser. Car comme on va le découvrir, ce n’est pas tant la politique qui intéresse King que l’humain, cœur de cette réflexion philosophique sur l’histoire, le passé et le libre arbitre. C’est ce qui rend 11.22.63 incroyablement romantique. Les personnages (la brochette d’acteurs est excellente) sont attachants, et l’histoire d’amour de Jake et Sadie (exquise Sarah Gadon) est probablement une des plus touchantes qu’on ait vue à la télévision depuis longtemps. La fin, magnifique et très fidèle à celle du livre, n’appelle pas de suite. Pour le moment heureusement, King n’a rien prévu de tel.
Mini-série en 9 épisodes d’environ 1 heure, excepté le dernier de 90 minutes.  Avec George MacKay, Cherry Jones, Daniel Webber, Lucy Fry, Nick Searcy, Josh Duhamel, Gil Bellows…

Les connaisseurs de l’univers de Stephen King s’amuseront à noter les nombreux clins d’œil (ou easter eggs) à son univers, telle la rutilante Plymouth Fury rouge conduite par Johnny Clayton, qui fut l’héroïne du génial Christine.

BANDE-ANNONCE