A MOST VIOLENT YEAR : New York année zéro

Révélé en 2011 par le brillant Margin Call, et auteur de l’étonnant All Is Lost avec Robert Redford, J. C. Chandor frappe à nouveau avec ce thriller intense, écrit et réalisé par ses soins, et qui renoue avec les meilleurs polars des seventies, ceux de Sidney Lumet en tête. Dans la peau d’un self-made-man ambitieux et intègre, tout en rage contenue, Oscar Isaac crève l’écran, soutenu par une Jessica Chastain épatante en parvenue à la gâchette facile.

most-violent-year-trailer-3

« When it feels scary to jump, that is exactly when you jump. Otherwise you end up staying at the same place your whole life. And that, I can’t do. » (Abel Morales)

 

A Most Violent Year

amvy_day15-343.CR2

J. C. Chandor
En salles depuis le 31 décembre 2014

1981. La violence à New York est à son paroxysme. La corruption, les meurtres et les viols gangrènent l’actualité. Malgré le contexte, Abel Morales (Oscar Isaac), immigré mexicain ambitieux, est bien décidé à obtenir sa part du rêve américain. Patron d’une société de transport de fioul domestique, il veut acquérir un terminal fluvial stratégique de la ville pour pouvoir stocker sa marchandise. Il a trente jours pour trouver un million et demi de dollars et finaliser la transaction. Mais de mystérieux adversaires s’acharnent à lui mettre des bâtons dans les roues, menaçant d’anéantir tout ce qu’il a construit. Au grand dam de son épouse (Jessica Chastain), fille d’un caïd de la pègre, qui l’implore de riposter, Abel veut garder les mains propres et agir dans la légalité…

Peut-on rester intègre et propre dans un monde qui ne l’est pas ? C’est la problématique de A Most Violent Year. On le sait depuis son premier long-métrage, Margin Call, qui dépeignait la débâcle d’une banque d’affaires new-yorkaise à l’aube d’un krach boursier, J. C. Chandor a le chic de ne pas prendre pas les spectateurs pour des imbéciles. Si son film débute à la manière d’un Sidney Lumet période Serpico (Oscar Isaac, lui-même, ressemble à Al Pacino), le cinéaste prend soin de ne rien décoder. Loin du style démonstratif de Scorsese, le thriller avance à tâtons, et ne livre pas immédiatement les motivations et le secret de son héros. Chandor installe un rythme volontairement lent, et c’est par petites touches, à la faveur de situations et de dialogues souvent percutants, que se précise le portrait de cet entrepreneur ambitieux que la violence répugne, et qui refuse de jouer le jeu de ses adversaires. Oscar Isaac (Drive, Inside Llewyn Davis), qui a sauté sur le rôle originellement destiné à Javier Bardem, est fascinant. Dans sa gestuelle, ses expressions, ses regards, il fait passer toute la solitude de cet homme dos au mur, qui se bat contre un ennemi invisible, et tente de colmater les brèches pour parvenir à sauver l’œuvre de sa vie. Les valeurs auxquelles il est attaché, celles d’un homme civilisé, n’ont pas cours dans son milieu, ni dans son entourage. Abel est non seulement incompris de la plupart de ses interlocuteurs, mais aussi de son avocat-conseil et de sa propre épouse, qui ne voit dans la passivité de son mari qu’une forme de lâcheté. Econome de gestes et de mots (voir la scène truculente dans laquelle il a réuni ses concurrents autour d’une table), il se révélera dans la deuxième partie du film, où sa rage rentrée, sa lucidité et son charisme feront merveille. Mais Abel n’est pas un ange. Idéaliste, libéral, mais pas pour autant humaniste, il représente une nouvelle génération d’hommes de pouvoir, qui enterre les gangsters à l’ancienne, mais dont les lois s’avéreront tout aussi cruelles. Comme Margin Call, A Most Violent Year est un exercice (filmique) de style. Les plans sont esthétiques et raffinés (la photo est signée Bradford Young, déjà repéré pour son travail fabuleux sur Les amants du Texas). L’architecture des lieux fait écho aux tourments des personnages. Dans la blancheur du New York hivernal, le manteau jaune d’Abel, en poil de chameau, symbole de sa réussite, apparaît comme une armure étincelante. Oppressant, le film se libère lors de superbes scènes d’action qui lorgnent ostensiblement vers le French Connection de William Friedkin. A noter qu’Albert Brooks est excellent en avocat douteux, tout comme Alessandro Nivola en milliardaire ambigu, et David Oyelowo en substitut carriériste. Quant à Jessica Chastain, elle a obtenu une nomination pour le Golden Globe de la Meilleure actrice dans un second rôle. Verdict le 11 janvier lors de la cérémonie, la fameuse antichambre des Oscars.

BANDE-ANNONCE

Oscar-Isaac-as-Abel-Moral-012

a-most-violent-year-jessica-chastain

A-Most-Violent-Year-movie (1)

AMostViolentYear-OscarIsaac-camelcoat

75 copie

amvy_day23-391.CR2

A-Most-Violent-Year-4

FESTIVAL DU FILM AMERICAIN DE DEAUVILLE 2014 PROGRAMME

Les 40èmes rugissants
Du 5 au 14 septembre 2014

14-05-19-UPDATE_SLIDER-40

Pour célébrer dignement son 40ème anniversaire, le Festival du Film américain de Deauville propose une sélection de films particulièrement alléchants et des hommages en veux-tu, en voilà. Même le désistement à la dernière minute de James Cameron ne parviendra pas à ternir cette édition présidée par Costa-Gavras, et honorée par la présence, entre autres, de Jessica Chastain, Ray Liotta, Will Ferrell, John McTiernan et Mick Jagger… Météo normande capricieuse ou pas, les cinéphiles seront à la fête !

DSCF9550.RAF

C’est à Magic In The Moonlight de Woody Allen, tourné dans le sud de la France avec Emma Stone et le très british Colin Firth, que reviendra l’honneur d’entamer les réjouissances le 5 septembre. Entre autres premières de choix présentées au cours de ces dix jours de cinéma intensifs, on retiendra particulièrement Get On Up de Tate Taylor (La couleur des sentiments), produit par Brian Grazer et Mick Jagger, biopic d’ores et déjà encensé sur la vie de James Brown, avec Chadwick Boseman dans le rôle de Mister Dynamite (12 septembre), Pasolini, évocation par Abel Ferrara des derniers jours du poète et cinéaste italien sulfureux, incarné par le génial Willem Dafoe (11 septembre), The Disappearance Of Eleonor Rigby : Them, au titre plus intrigant que son synopsis (une histoire de couple compliquée), premier long-métrage de Ned Benson interprété par Jessica Chastain et James McAvoy (6 septembre), sans oublier Sin City : J’ai tué pour elle, de Robert Rodriguez et Frank Miller, la suite, dix ans après, du génial Sin City par les mêmes, avec une brochette d’acteurs aux petits oignons (Jessica Alba, Ray Liotta, Josh Brolin, Joseph Gordon-Levitt, Eva Green, Jeremy Piven, Juno Temple, Mickey Rourke etc). Le film sera projeté après la cérémonie de clôture le 13 septembre.

Get On Up
get-on-up02

Pasolini
dafoe

The Disappearance Of Eleonor Rigby : Them
disappear-eleanor

Sin City : j’ai tué pour elle
-f6334d9c-b1bb-490f-821e-89ec7f544754

Parmi les films en compétition, on ne manquera pas dès le 11 septembre I Origins, le nouveau long-métrage de SF de Mike Cahill, réalisateur en 2011 de l’épatant Another Earth. Brit Marling figure bien évidemment au générique, aux côtés de Michael Pitt, Astrid Bergès-Frisbey et Steven Yeun (The Walking Dead). Le 6 septembre, Un homme très recherché, d’Anton Corbijn (Control, The American) d’après John le Carré, devrait remplir les salles, et pas seulement pour sa distribution audacieuse (Grigoriy Dobrygin, Philip Seymour Hoffman, Rachel McAdams, Nina Hoss, Daniel Brühl, Robin Wright, Willem Dafoe…). Une brochette de comédiens qui n’a rien à envier à celle de White Bird, le nouveau Gregg Araki (Mysterious Skin, Doom Generation, Kaboom…) qui réunit Shailene Woodley, Eva Green, Angela Bassett, Thomas Jane, Sheryl Lee et Shiloh Fernandez (10 septembre).

I Origins
Film Review I Origins

Un homme très recherché
AMWM-01216-1200x520

White Bird
52aaf12ae3e29

 

Dans le cadre des Docs de l’Oncle Sam, on peut se laisser tenter par The Go-Go Boys, The Inside Story Of Cannon Films, documentaire d’Hilla Medalia sur l’épopée des cousins producteurs Menahem Golan et Yoram Globus (8 septembre) et Red Army, de Gabe Polsky, du nom de l’équipe de hockey sur glace soviétique durant la Guerre froide.

The Go-Go Boys
gogoboys

Red Army
Red_Army_review_-_CANNES_article_story_large

Quant aux Nuits américaines, elles offrent cette année des séances de rattrapage de films culte, de Thirteen à Memento, en passant par En compagnie des hommes, Ca tourne à Manhattan, High Art ou Hedwig And The Angry Inch.

Memento
memento02

 

Enfin, cette quarantième édition rend hommage à la légende Yul Brynner, aux récents disparus Lauren Bacall et Robin Williams, ainsi qu’à Jessica Chastain, Will Ferrell, Ray Liotta, le producteur Brian Grazer, et le cinéaste maudit John McTiernan, ce qui donnera l’occasion de revoir Piège de cristal, A la poursuite d’Octobre Rouge et Le treizième guerrier.

John McTiernan
john-mctiernan-en-2012

Ray Liotta
Ray-Liotta-ray-liotta-26204123-2396-1562

Jessica Chastain
Jessica Chastain

Le site officiel du festival