SÉLECTION DVD/BLU-RAY NOËL 2015

Noël étant la période idéale pour offrir ou se faire offrir un coffret Blu-ray/DVD, voici une sélection des trésors pour cinéphiles qui peuvent prétendre à une place au pied du sapin, à commencer par ce monument venu tout droit des eighties, et qui s’est refait une beauté pour l’occasion.

 

Le plus kitsch
Body Double

BODY DOUBLE 01_1

Brian De Palma
1984 En Coffret Ultra Collector (Blu-ray + Double-DVD + Livre de 200 pages, 50,80 €) et Editions singles Blu-ray et DVD depuis le 2 décembre chez Carlotta

A Los Angeles, Jake (Craig Wasson), jeune acteur de série B renvoyé d’un tournage pour cause de claustrophobie, surprend sa fiancée au lit avec un autre homme. Sans domicile, il accepte la proposition d’un confrère comédien (Gregg Henry) de garder en son absence une superbe maison sur les hauteurs de Mulholland Drive. Avant de partir, son ami lui a montré que grâce au télescope du salon, il peut assister tous les soirs au numéro de strip-tease d’une superbe voisine. Un soir durant sa séance de voyeurisme, Jake remarque qu’un homme inquiétant surveille la jeune femme…

Devenu culte avec le temps, et pas uniquement pour sa séquence d’anthologie dans laquelle Frankie Goes To Hollywood interprète son fameux « Relax », Body Double a fait scandale à sa sortie en 1985, et valu à Brian De Palma, accusé de misogynie et de pornographie, une volée de bois vert de la part des critiques. Croisement de deux chefs-d’œuvre d’Hitchcock, Fenêtre sur cour et Sueurs froides (Vertigo), cette mise en abîme, pétrie des fantasmes du réalisateur, est pourtant une ode au cinéma — l’art de la suggestion par excellence – à la beauté des femmes, ainsi qu’au Los Angeles des eighties La nouvelle restauration 4K, de toute beauté, met en valeur la photo de Stephen Burum, la multitude de plans sensationnels (marque de fabrique de Brian De Palma) et les lieux emblématiques tels que la futuriste Chemosphere House conçue par John Lautner, le Beach Terrace Motel de Long Beach, le Farmer’s Market ou Le Rodeo Collection. Dans le Coffret Ultra Collector, une tonne d’interviews, de documents d’archives et un livre monumental accompagnent ce joyau kitsch, à redécouvrir absolument.
(1 h 54) Et avec Melanie Griffith, Deborah Shelton, Dennis Franz…

3D COFFRET ULTRA COLLECTOR BODY DOUBLE OUVERT DEF 

Le plus cool
Au service de la France Saison 1

au service

Série créée par Jean-François Halin
Diffusée pour la première fois sur Arte en octobre 2015, parue en Blu-ray et DVD chez Arte Editions le 4 novembre (30 €)

A Paris en 1960, le jeune André Merlaux (Hugo Becker) est recruté par les services secrets français, qui se considèrent comme les meilleurs du monde. Il va être formé par trois fonctionnaires d’élite (comprendre racistes, misogynes, dont l’arrogance n’a d’égale que l’incompétence). Tandis qu’André s’emploie consciencieusement à trouver sa place dans cet univers pétri d’absurdités, il tombe amoureux de la mauvaise personne

Le style visuel, très chic, rappelle la série américaine Mad Men, mais cette peinture du début des années 60 est typiquement française. Jean-François Halin, scénariste des OSS 117, dynamite de manière hilarante la France gaullienne convaincue de sa suprématie et totalement à côté de la plaque. Ces fonctionnaires qui chérissent la routine, l’administration ronflante jusqu’à l’absurde et le vieil empire colonial ne sont pas prêts à s’adapter aux changements qui s’annoncent. Tous truculents de crétinerie, ces agents très spéciaux enchantent, tandis que la charmante romance entre le jeune Merlaux et sa petite amie Sophie (figure de la raison et de la modernité à elle seule) fait souffler un vent de poésie sur ce petit monde en déliquescence. La distribution est un régal, à l’instar de la mise en scène stylisée et inventive d’Alexandre Courtès et de la musique originale de Nicolas Godin, « à la manière de » et ultra-cool. Encore plus beau en Blu-ray, avec interviews des créateurs à l’appui !
12 épisodes de 26 minutes. Et avec Christophe Kourotchkine, Karim Barras, Wilfred Benaïche, Bruno Paviot, Joséphine de la Baume, Jean-Edouard Bodziak, Mathilde Warnier, Marie-Julie Baup…

51meHezPF8L._AC_UL320_SR218,320_

ET AUSSI…

 

Le plus fastueux
Versailles saison 1

1444070621-versailles-s1-bd

 

 

Paru en DVD et Blu-ray le 15 décembre 2015 chez StudioCanal (39,99 € le Blu-ray)
Une pure merveille, on y reviendra…

 

 

 

Le plus rock’n’roll
Coffret Voiture Mad Max Fury Road

mad-max-fury-road-blu-ray-3D-collector

Paru chez Warner le 14 octobre 2015 (autour de 120 €)
Bon disons le tout net, si cette édition limitée 3D (Blu-ray 3D+ Blu-ray 2D+ DVD+ Copie digitale+ Voiture Collector) vous paraît un peu too much, il reste moult éditions simples Blu-ray 3D, Blu-ray 2D et DVD, beaucoup plus abordables.

 

Pour les cinéphiles
Le solitaire
(Edition Collector Blu-ray+DVD+Livre)

Solitaire-Packshot-ouvert

De toute beauté, il est paru en mars 2015 chez Wild Side Video (27,99 €)
L’excellent film de Michael Mann est proposé en version Director’s Cut restaurée en 4K et supervisée par le réalisateur. En bonus, un entretien avec James Caan et un livre de 156 pages (entretiens avec Michael Mann réalisés par Michael Henry Wilson)

 

Les plus classiques
Double Séance Les films de jeunesse d’Akira Kurosawa, les années Toho
2 coffrets Combo Blu-ray +DVD+ livret de 34 pages (29,99 € chacun)
Ces quatre films inédits en DVD des débuts du maître du cinéma japonais sont parus le 28 octobre chez Wild Side Video, en version restaurée et enrichis d’un superbe livret.  

Blu-ray_coffrets_1_et_2_Kurosawa_Toho

 

Je ne regrette rien de ma jeunesse + Qui marche sur la queue du tigre… (plus connu sous le titre Les hommes qui marchèrent sur la queue du tigre)

 

Un merveilleux dimanche + Le plus dignement (Le plus beau)

 

 

Le plus malin
Coffret Blu-ray Mission Impossible 5 films
1507-1

Paru le 12 décembre chez Paramount Pictures (44,99 €).
Que du bon ! Les éditions sont simples, mais le prix est plutôt sympa.

 

La bible
Coffret Blu-ray Star Wars la saga

star

 

Après avoir vu Le Réveil de la Force, on a qu’une envie, se replonger dans la saga. Ce coffret, paru le 14 octobre 2015 chez 20th Century Fox (autour de 103 €), propose un packaging différent, mais le même contenu que le coffret de 2011 (toujours trouvable et bien moins onéreux), soit neuf Blu-ray consacrés aux six films et leurs bonus. Incontournable !

 

Le plus glamour
Coffret Blu-ray Intégrale James Bond (23 films + Bonus inédits)

BD_on_BG-1000x732

 

Paru le 30 septembre chez MGM/United Artists (autour de 110 €). Une réédition, plus sobre, du précédent coffret, qui inclut des bonus inédits. Une véritable encyclopédie ! Il ne restera plus qu’à y glisser la future édition de Spectre, une place lui a été réservée.

 

Le plus chic
Coffret Blu-ray Intégrale Mad Men
Paru le 18 décembre chez Metropolitan (199 €)

integrale-mad-men-edition-limitee-coffret-qui-fait-tchin-tchin_110020_110020

 

Les sept saisons, des suppléments inédits, un livret avec guide des épisodes, deux verres à whisky et quatre sous-verres (indispensable pour être dans le mood). La classe !

 

 

 

Le plus monumental
Coffret DVD Encyclopédique western – Edition limitée numérotée reliure luxe (certificat d’authenticité numéroté)

3D COFFRET LUXE WESTERN

Paru le 27 novembre 2015 chez Sidonis (249 €)
Il regroupe trente DVD sélectionnés parmi la collection Westerns de Légende (La flèche brisée, La lance brisée, Le jardin du diable, L’homme aux colts d’or…), L’Encyclopédie du western (836 pages) en deux volumes de Patrick Brion, l’affiche de La conquête de l’Ouest, des photos d’exploitation et lobby cards…

Joyeux Noël  !

0

GONE GIRL

Dans son dixième long-métrage, adapté du best-seller de Gillian Flynn, David Fincher réveille Hitchcock, Lang et tutoie De Palma, mais ne convainc pas tout à fait. Et même s’il a emballé la critique et fait un tabac dans les salles, ce thriller conjugal macabre n’est qu’une semi-réussite. Explications… (pas de spoilers dans cette chronique)

 

Gone-Girl-Movie-Rosamund-Pike-Amy-Dunne

« Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées, le monde n’est qu’un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange, mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c’est l’union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. » Alfred de Musset On ne badine pas avec l’amour.

 

Gone Girl

 75-1

David Fincher
2014 (dans les salles françaises depuis le 8 octobre)

Dans une bourgade du Missouri… Alors qu’il rentre chez lui pour fêter avec son épouse Amy (Rosamund Pike) leur cinquième anniversaire de mariage, Nick Dunne (Ben Affleck) découvre son salon saccagé et constate que celle-ci a disparu. Enlèvement ? Assassinat ? La police, dépêchée sur les lieux, le considère vite comme le suspect numéro un. Aux yeux des médias et de la population qui s’emballent aussitôt pour l’affaire, Nick, beau gosse un peu trop souriant, a tout du coupable idéal, d’autant que jour après jour, les preuves s’accumulent contre lui…

Le dernier film en date de David Fincher fait mentir Alfred de Musset. Le mariage, c’est l’enfer ! Et Gone Girl va apporter de l’eau au moulin des opposants à la vie à deux. Fidèlement adapté d’un best-seller de Gillian Flynn paru en 2012 (Les apparences, Editions Sonatine) – l’écrivain a également signé le scénario — le thriller catapulte dans l’histoire d’un couple, d’abord idyllique, qui se désagrège au gré des déconvenues. Nick découvre qu’il a épousé une femme intelligente mais « compliquée » (« une emmerdeuse » comme le lui rappelle sa sœur, incarnée par l’épatante Carrie Coon), et ce qui lui paraissait ludique dans leur relation ne l’est plus. Quel enfer de devoir chaque jour s’efforcer de rester à la hauteur d’une femme exigeante ! Dans le journal intime d’Amy, retrouvé après sa disparition, elle déplore quant à elle le laisser-aller, la veulerie et la médiocrité de son époux, un loser pour qui la culture ne se résume qu’aux émissions de téléréalité. Certes, le désamour pour son conjoint ne conduit pas pour autant au crime, sauf qu’ici les preuves sont accablantes. Un peu trop peut-être… La manipulation et les faux-semblants n’ont pas de secrets pour le réalisateur de Seven, The Game et Fight Club, lequel semble ici se délecter de fausses pistes, de flash-backs trompeurs, de personnages douteux et de rebondissements spectaculaires. La noirceur et le cynisme ambiants font froid dans le dos (Fincher est aussi le producteur du sommet de cynisme qu’est l’excellente série américaine House Of Cards). C’est à un lynchage, non seulement du couple (parfaitement interprété par Ben Affleck et la British Rosamund Pike), mais de la société du spectacle américaine tout entière qu’on assiste, et Gone Girl, d’une cruauté phénoménale, ne fait pas dans la dentelle. Pourtant, on déchante lorsque l’intrigue policière cède totalement la place à l’horreur, au grand guignol et à la comédie macabre. Le film (de 2 h 29 quand même), perd alors de sa pertinence. L’esbroufe, les invraisemblances et les ellipses faciles finissent par gripper la belle mécanique hitchockienne conçue par Fincher et sa scénariste, suscitant chez le spectateur davantage de frustration que de jubilation.
Et avec : Neil Patrick Harris, Tyler Perry, Kim Dickens, Patrick Fugit, Missi Pyle, Emily Ratajkowski, Sela Ward…

BANDE-ANNONCE

 

Gone
Gone-Girl-découvrez-la-bande-annonce-avec-Ben-Affleck-Rosamund-Pike-ou-encore-Neil-Patrick-Harris-e1410971119945
carrie coon
gone-girl-neil-patrick-harrisgone-girl-Emily-Ratajkowski1280x720-osz75gone-girl-rosamund-bath

 

 

 

0