BLADE RUNNER 2049

Un peu étouffée par les critiques dithyrambiques qui ont accompagné l’arrivée sur les écrans de la suite du chef-d’œuvre de Ridley Scott, la voix des circonspects voire des franchement déçus s’est malgré tout fait entendre. Blade Runner 2049 a même divisé au sein des rédactions. Quand certains le jugent encore meilleur que le film de 1982, d’autres fustigent la coquille vide. Le public quant à lui regrette surtout sa durée excessive (2 h 44) et aux Etats-Unis, le long-métrage a fait un flop dès le premier week-end de sa sortie (en son temps, Blade Runner avait également été boudé par le public américain). Si l’idée de faire une suite ne s’imposait évidemment pas (toujours cette fâcheuse manie de recycler les classiques plutôt que d’en créer…), il est malgré tout difficile d’échapper au charme hypnotique du film de Denis Villeneuve, très grand concepteur d’atmosphères, comme il l’a brillamment démontré dans Prisoners, Enemy, Sicario ou le récent Premier contact. Il ne surpasse pas peut-être pas son prédécesseur, monument de la culture cyberpunk, mais 2049 lui fait fichtrement honneur. Pas de spoilers dans cette chronique.


« I did your job once. I was good at it »

  

Blade Runner 2049

Denis Villeneuve
2017
Dans les salles françaises depuis le 4 octobre

Il ne fait pas bon vivre à Los Angeles en 2049, entre la pollution et la solitude urbaine. A cause des incidents survenus trente ans auparavant, la conception des réplicants, androïdes sophistiqués à l’apparence humaine, a été revue et corrigée par un magnat de la bio-ingénierie (Jared Leto, forcément… ), qui les a rendus plus « obéissants  ». Les anciens modèles encore en circulation, considérés comme obsolètes et potentiellement dangereux, doivent être traqués puis éliminés. C’est le rôle de K (Ryan Gosling), agent de la LAPD, androïde organique et redoutable blade runner. Mais lors d’une mission, il va faire une découverte qui pourrait précipiter ce qu’il reste de la société dans le chaos…

S’il n’a pas fait preuve de génie, il faut reconnaître au réalisateur canadien prisé Denis Villeneuve d’avoir fait montre d’élégance pour mettre en scène cette suite du cultissime Blade Runner, auquel il rend un hommage quasi constant. Dès le premier plan, on est propulsé dans l’univers visuel merveilleusement imaginé par Ridley Scott en 1982 (le cinéaste est producteur ici), et les clins d’œil vont pulluler tout au long de cette épopée follement mélancolique, dans des paysages apocalyptiques et tarkovskiens à la beauté hallucinante. Faute de pouvoir se libérer d’un cahier des charges écrasant (Blade Runner est considéré comme le long-métrage le plus fondamental du cinéma de science-fiction après 2001, l’odyssée de l’espace), Denis Villeneuve a généreusement exploité l’univers du film et sa symbolique. Dans ce monde qui se meurt des égarements des hommes, un androïde est bouleversé par l’idée qu’il a peut-être une part d’humanité. Le thème de l’androïde en quête de sa conscience et de son âme était déjà au cœur de Blade Runner, comme il l’était dans A. I., le génial Ghost In The Shell ou dans la récente série Westworld. Cette réflexion existentielle et philosophique a toujours stimulé l’imagination des créateurs, et autorisé des élans poétiques et lyriques. Il émane de toutes ces œuvres une tristesse et une profonde mélancolie, et dans 2049, elles sont clairement revendiquées. Cette plongée hypnotique empreinte de nostalgie revêt un aspect crépusculaire saisissant. On peut se féliciter que l’intrigue, cosignée par Hampton Fancher — déjà à l’œuvre sur Blade Runner — soit un prolongement plausible du film de Ridley Scott librement adapté du roman de Philip K. Dick (Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?), et quelques idées sont carrément bluffantes. On se réjouit aussi que Denis Villeneuve n’ait pas fait un usage outrancier des images de synthèse. 2049 n’a certes pas l’aspect un peu crade de son illustre prédécesseur, mais il n’apparaît pas aseptisé non plus (à la photo, Roger Deakins a encore fait des prouesses). On pourra reprocher le manque d’audace de la bande originale signée par l’incontournable Hans Zimmer (épaulé ici par Benjamin Wallfisch), parsemée de clins d’œil à celle de Vangelis sans parvenir à égaler sa puissance, mais il faudrait être sacrément mauvais coucheur pour bouder ce joyau visuel, fabuleusement et désespérément romantique.
2h 44 Et avec Harrison Ford, Ana de Armas, Sylvia Hoeks, Mackenzie Davis, Robin Wright, Dave Bautista, Hiam Habbass, Lennie James…

BANDE-ANNONCE

 

SEUL SUR MARS (THE MARTIAN)

La science-fiction n’avait jamais été le truc de Ridley Scott jusqu’à ce qu’il découvre 2001, l’odyssée de l’espace de Stanley Kubrick. Force est de constater que le genre lui a, depuis, plutôt bien réussi : Alien, Prometheus, sans oublier Blade Runner (des suites sont en préparation), et aujourd’hui ce Seul sur Mars, qui étonne par son optimisme et son ton singulièrement désinvolte. Moins sensoriel que Gravity, moins métaphysique que Interstellar, ce film de SF classique et très solaire raconte la mésaventure d’un astronaute laissé pour mort sur la planète rouge, et qui va s’attacher, avec des trésors d’ingéniosité, à y survivre. Un vrai feel good movie, doté d’une distribution de folie.

 

Mars 3

« It’s a strange feeling. Everywhere I go, I’m the first. »

 

Seul sur Mars (The Martian)

seul-sur-mars-5575adf342318

Ridley Scott
2015 (dans les salles françaises depuis le 21 octobre)

A cause d’une violente tempête de sable, six astronautes en mission sur Mars sont contraints d’évacuer la planète en urgence. Aveuglés par les éléments déchaînés, ils se hâtent de regagner leur capsule, mais Mark Watney (Matt Damon) est percuté par un débris. Ses coéquipiers, convaincus qu’il a été tué sur le coup, n’ont pas d’autre alternative que de l’abandonner. Lorsque Mark reprend conscience, seul sur cette planète hostile, il se met immédiatement à organiser sa survie en attendant l’arrivée de la prochaine mission habitée, planifiée… quatre ans plus tard ! Il va lui falloir tenir dans un habitat prévu pour un mois, et trouver le moyen de contacter la Terre, alors que les moyens de communication sont détruits…

« L’aventure de Mark Watney, a déclaré Ridley Scott dans un entretien à Télérama lors de la sortie du film, aurait très bien pu se dérouler ailleurs que sur Mars. Le sujet, c’est l’ingéniosité d’un homme à surmonter une situation critique où sa vie est en danger. » Il a beau prétendre le contraire, le cinéaste anglais, épaulé par les conseillers de la NASA, a pourtant bien réalisé un film de science-fiction dont le réalisme, à quelques (gros) détails près, a même épaté les scientifiques. Très fidèlement adapté d’un roman homonyme d’Andy Weir — bien que le scénariste russe Mikhail Raskhodnikov ait récemment dénoncé un plagiat de son scénario The Martian envoyé aux grands studios russes et américains — le film est une merveille d’efficacité. A l’image de son héros incarné par le sympathique Matt Damon (mariage parfait de l’all american boy et du boy next door), Seul sur Mars joue la carte de l’optimisme à tous crins. Pas de philosophie new-age, de vision mystique, ni de lyrisme échevelé. Ici, le pragmatisme prévaut. Mi-Robinson de l’espace, mi- MacGyver, Mark sait qu’il lui faut résoudre un problème après l’autre. Dans son malheur, reconnaît-il, il a la chance d’être botaniste. Le voilà donc reconverti agriculteur, tentant de faire pousser des pommes de terre dans une terre martienne stérile, préalablement fertilisée avec les excréments lyophilisés de ses coéquipiers. L’humour constant du personnage, ses petites blagues puériles (« Je vais devoir en chier, de la science ! », « Techniquement, j’ai colonisé Mars. Et toc, Neil Armstrong ! ») contrastent avec la gravité de sa situation. La tension et le stress sont également désamorcés par l’intrusion de chansons disco (Donna Summer, Gloria Gaynor, Thelma Houston, Abba…), seule musique que Mark a sa disposition, laissée par la commandant de l’équipe (on notera que, dans la bande-son, l’enjouée « Starman » de David Bowie a été préférée à l’attendue « Life On Mars? »). Sur Terre en revanche, ses collègues de la NASA rigolent beaucoup moins. Car en découvrant sur une image satellite que Watney est vivant, c’est un tsunami qui va agiter tous ces brillants cerveaux tenus d’organiser une mission de sauvetage. Eux aussi vont devoir faire appel à leur imagination, au système D, mais aussi contourner la bureaucratie, et convaincre des leaders timorés. De manière imparable, Ridley Scott garantit le spectacle, le suspense et le rythme, grâce aux allers-retours entre la planète rouge aux visuels magnifiques et la NASA en plein brainstorming. Car ironie de ce film qui parle de solitude, la distribution est un foisonnement de stars, des grand et petit écrans : Jessica Chastain, Kristen Wiig, Jeff Daniels, Michael Pena, Sean Bean, Kate Mara, Chiwetel Ejiofor, Mackenzie Davis, Sebastian Stan… N’en jetez plus ! On pourra bien sûr reprocher au film sa simplicité narrative, son humour de nerd, son manque d’ambition artistique (il n’a ni la profondeur, ni la poésie de son illustre aîné Mission To Mars et a fortiori de 2001…), mais en ces temps troublés et sombres, cet éloge de la science, de l’intelligence et de la solidarité dégage quelque chose d’euphorisant et d’éminemment sympathique.
(2 h 24)

BANDE-ANNONCE

seul-sur-mars-jessica-chastain-melissa-lewis
objectif-secourir-matt-damon
Seulsurmars5
seulsurmars29-1443712028
matt-damon-survivra-t-il-seul-sur-mars
themartian-critique-5
Mars 2
033838
Mars 4

SNOWPIERCER – LE TRANSPERCENEIGE : En avant toute !

Tombé amoureux de la bande dessinée éponyme française dont le premier tome est paru en 1982, le Coréen Bong Joon-ho, audacieux réalisateur de Memories Of Murders et The Host, a consacré huit années à son adaptation. En résulte un mélange des genres aussi sidérant que réussi, un film d’auteur aux allures de blockbuster, spectaculaire, baroque et poétique. 

snowpiercer1

Snowpiercer – Le Transperceneige

Bong Joon-ho
2013

Depuis dix-sept ans, la Terre est plongée dans un climat glaciaire suite à une catastrophe écologique survenue en 2014, qui a exterminé toute forme de vie. Les survivants sont réfugiés dans un train gigantesque, qui roule sans s’arrêter autour du globe et produit ses propres ressources. Tandis que les nantis vivent confortablement en tête de convoi, les pauvres sont entassés comme des bêtes dans les wagons de queue privés de lumière du jour. Le maintien de cet ordre est assuré par des soldats qui n’hésitent pas à faire usage de la force. Mais depuis quelque temps, à l’arrière, la révolte gronde. Un petit groupe mené par Curtis (Chris « Captain America » Evans, très bien) élabore un plan pour remonter jusqu’au wagon de tête, et prendre le contrôle de la machine…

A l’origine, Le Transperceneige est une bande dessinée futuriste française, culte pour les affranchis, de Jean-Marc Rochette, Jacques Lob et Benjamin Legrand. L’œuvre, dont le premier tome est paru en 1982, était quelque peu oubliée, lorsqu’en 2005, le cinéaste coréen Bong Joon-ho l’a découverte, par le plus grand des hasards, dans une petite librairie de Séoul. Le réalisateur des fameux Memories Of Murder et The Host s’est attelé durant les huit années suivantes à l’adaptation de ce récit post-apocalyptique, qu’il s’est, en quelque sorte, réapproprié. Le résultat est époustouflant. Après une mise en condition plutôt efficace, cette coproduction américano-franco-coréenne, coécrite avec Kelly Masterson (scénariste de 7 h 58 ce samedi-là), enchaîne les surprises (et missions) à la manière d’un jeu de plates-formes. Chaque partie du train est séparée par une porte a priori infranchissable, et chacune permet d’accéder à un univers bien distinct, inconnu des rebelles et a fortiori du spectateur. Le réalisateur revisite un siècle de cinéma en passant des décors de wagons de queue crasseux et sombres à d’autres, somptueux, aux couleurs explosives. Mais plus les rebelles avancent dans le train, plus ils y laissent des plumes et des illusions. Le bonheur n’est pas là où on l’imagine, l’humanité et la vérité non plus. Entre deux discours sur la condition humaine (le système totalitaire dépeint ici n’est pas très loin de celui de THX 1138 de George Lucas), le cinéaste instille une dose d’humour qui désamorce les effets pompeux. Amateur de science-fiction ou pas, il ne faut pas bouder ce Metropolis en mode horizontal, qui revisite l’éternelle lutte des classes avec originalité (le grotesque et la folie baroque chère au cinéaste de The Host, dans lequel un monstre surgissait des eaux et terrorisait la population de Séoul, sont toujours de mise) à coups d’images souvent stupéfiantes de beauté, . Et lorsqu’on sait que John Hurt, Ed Harris, Tilda Swinton, Jamie « Billy Elliot » Bell, Song Kang-ho (acteur fétiche du cinéaste, hilarant dans Le Bon, La Brute et le Cinglé) et Octavia Spencer sont de la partie, on n’hésite plus, on fonce !

BANDE-ANNONCE

Snowpiercer-03
Snowpiercer-Le-Transperceneige-Photo-Chris-Evans-Song-Kang-Ho-01Snowpiercer-Le-Transperceneige