PROXIMA/AD ASTRA

VERS LES ÉTOILES 

L’espace et la famille sont au cœur de deux films remarquables, tous deux disponibles ce mois-ci sur Canal+. Dans Proxima, la préparation d’une astronaute à un vol spatial est mise à mal par sa relation fusionnelle avec sa fille de huit ans. Dans Ad Astra, un homme part aux confins du cosmos à la recherche de son père, astronaute légendaire, qu’il croyait mort depuis des années…

(Click on the planet above to switch language.) 

« There’s no such thing as the perfect astronaut, there’s no such thing as the perfect mother. »

 

PROXIMA

Alice Winocour
2019
Paru en France le 27 novembre 2019
Disponible sur Canal +

Brillante astronaute française, Sarah Loreau (Eva Green) a été choisie pour intégrer Proxima, une mission internationale. À quelques mois de quitter la Terre, elle s’entraîne avec ses deux coéquipiers américain et russe (Matt Dillon et Aleksey Fateev) et doit supporter une pression physique et psychologique intense, sous le regard de collègues volontiers machistes. Mais le plus difficile est de gérer la séparation avec Stella (Zélie Boulant), sa fille de huit ans, qui vit mal la situation…

Troisième long-métrage de la Française Alice Winocour, après Augustine et l’intrigant Maryland, Proxima est un film sur l’espace… sans espace. Il a également ceci de singulier qu’il parvient, sous des atours simples et épurés (à la limite du documentaire), à toucher à des émotions profondes. Depuis ses débuts, la cinéaste excelle à filmer les femmes, à en faire des héroïnes. Avec son visage grave et ses yeux tristes, Eva Green retranscrit admirablement les tourments de cette mère déchirée entre son métier qu’elle accomplit avec passion et rigueur et le chagrin de devoir infliger de la peine à sa fille encore jeune, qu’elle élève seule. En effet, Stella, bien que soigneusement préparée par sa mère aimante et attentionnée, n’est pas prête à une séparation. Privilégiant les non-dits, les échanges de regards, l’économie des gestes, la cinéaste ne tombe jamais dans le sentimentalisme ni le spectaculaire. Sarah, divorcée, a confié Stella à son père physicien, un type plutôt bien (Lars Eidinger, parfait). Comme lui, les personnages sont solides, les dialogues justes, et il émane du jeu des acteurs un naturel confondant. On doit le réalisme impressionnant des séquences de préparation des astronautes à l’Agence Spatiale Européenne, qui a autorisé le tournage dans les véritables lieux d’entraînement, à Cologne et Baïkonour (Thomas Pesquet joue son propre rôle). Mais même si l’espace hante le film, c’est bien l’intime et l’humain qui intéresse la réalisatrice. Ici, la séparation entre l’astronaute et la Terre se confond avec celle entre la mère et sa fille (les scientifiques emploient d’ailleurs l’expression « séparation ombilicale » lors de la phase du décollage). La musique hypnotique de Ryuichi Sakamoto ajoute une poésie supplémentaire à cette œuvre touchante, belle et pudique.
1 h 47 Et avec Sandra Hüller, Nancy Tate, Grégoire Colin, Igor Filippov…

 

***********************************

 

« Exploration isn’t always a noble venture. »

 

AD ASTRA

James Gray
2019
Paru en France le 18 septembre 2019
Disponible sur Canal Plus

Suite à une mystérieuse surtension électrique alors qu’il effectuait une mission de routine sur une station orbitale, l’astronaute Roy McBride (Brad Pitt) échappe de justesse à la mort. L’agence SpaceCom pense que ce phénomène qui met en péril la survie de la Terre est dû à une déficience provenant d’un navire d’exploration porté disparu aux alentours de Neptune depuis des décennies. Il était piloté par le propre père de Roy (Tommy Lee Jones), une légende de la conquête spatiale. Roy est secrètement envoyé aux confins de l’espace pour tenter de le retrouver…

Magnifique. Deux ans après le déchirant The Lost City Of Z, dans lequel un père embarquait son fils dans sa quête obsessionnelle, James Gray envoie un fils à des milliards de kilomètres de la Terre, à la recherche d’un père absent et fantasmé. Avec, en tête, le livre de Joseph Conrad, Voyage au cœur des ténèbres (à l’origine du film Apocalypse Now), le réalisateur de Little Odessa et The Yards met constamment en balance ici le voyage astral et le cheminement intérieur de son personnage principal. Brad Pitt, plus taiseux que jamais, campe un héros grayien par excellence : solitaire et triste. Astronaute expérimenté et consciencieux, Roy McBride est incapable de tisser des liens sociaux. Il est écrasé par l’aura d’un père unanimement reconnu comme une légende et qui l’a abandonné, et n’existe que lorsqu’il accomplit son travail. S’il aborde la mission qui lui est confiée en bon soldat, il va peu à peu la remettre en question, en découvrant des zones d’ombre. Qu’on ne s’y trompe pas. Tout intelligent qu’il soit, Ad Astra (« vers les étoiles ») n’est pas seulement, à l’instar de Proxima, une quête intime. Il est aussi, littéralement parlant, sensationnel, renversant et vertigineux. Ponctué de séquences de bravoure et truffés de plans d’une beauté à couper le souffle, le film éblouit constamment. Jamais, depuis Kubrick peut-être (la comparaison s’arrête là…), l’espace n’a paru plus infini, jamais l’isolement n’a semblé si effroyable. Mulder se trompait : la vérité n’est pas ailleurs.
2 h 03 Et avec Ruth Negga, Donald Sutherland, Loren Dean, Donnie Keshawarz, John Ortiz…

 

0

SIN CITY : J’AI TUÉ POUR ELLE & Palmarès Festival du film américain Deauville 2014

kht9p6yzi83223z
Une histoire d’opération de dents de sagesse et de rentrée scolaire m’aura empêchée d’assister aux projections de la semaine américaine à Deauville. Pour rien au monde cependant, je n’aurais manqué le film de clôture, la suite du génial Sin City, d’autant qu’il était introduit par l’icône Frank Miller en personne après une cérémonie de palmarès pleine de fraîcheur, loin d’être guindée (membres du jury, Claude Lelouch est venu en baskets et Marie-Claude Pietragalla a tenu à esquisser quelques pas de danse), à l’image de ce festival, qui fait la part belle à la jeune création.

 

whiplash-double-vainqeur-du-public-et-du-jury_3
Nicholas Britell, Miles Teller et Damien Chazelle

Cette année la surprise est venue de Whiplash, du jeune Damien Chazelle, l’histoire d’un jeune batteur de jazz du Conservatoire de Manhattan, découvert à Cannes 2014 dans la sélection Un certain regard. Le film, en grande partie autobiographique, rafle à Deauville le Prix du public et le Grand Prix, sept mois après avoir obtenu le Prix du public et le Grand prix du Jury à Sundance (il est inspiré du court-métrage homonyme réalisé par Chazelle en 2013 et déjà primé à Sundance). Sur la scène, le réalisateur, son coproducteur Nicholas Britell et le jeune comédien-vedette Miles Teller ont rendu un chaleureux hommage à Deauville. Le cinéaste américain, francophone par son père, y passait ses vacances lorsqu’il était enfant. Quant à Miles Teller (vu dans le récent remake de Footloose, Projet X et Divergente), il s’est réjoui de sa bonne fortune, une belle compensation pour celle qu’il a avoué avoir perdue au casino durant son séjour.

Whiplash_miles-teller-jk-smmons
Miles Teller et JK Simmons dans Whiplash

Bande-annonce

 

jury-revelation-deauville-2014-09-13
Anne Berest, Lola Bessis, Clemence Poésy, Christine & The Queens et Freddy Highmore

La remise du Prix de la Révélation Cartier, qui récompense une œuvre pour ses qualités novatrices, a valu un joli moment d’euphorie, grâce à la spontanéité des membres de son jeune Jury présidé cette année par Audrey Dana. Les comédiens Freddy Highmore, Clémence Poésy, la romancière Anne Berest, la chanteuse Christine and the Queens et Lola Bessis (la fille de Daniela Lumbroso est coréalisatrice et vedette du film franco-américain Swim Little Fish Swim, paru sur les écrans français en juin 2014) ont gratifié le public d’un numéro véritablement charmant, avant de décerner le Prix à A Girl Walks Home Alone At Night de Ana Lily Amirpour. Sous influence David Lynch, Thomas Alfredson et Frank Miller, cette coproduction américo-iranienne en noir et blanc est un film de vampires militant, qui dénonce la condition de la femme en Iran.

a_girl_photo7
Sheila Vand dans A Girl Walks Home Alone At Night
Bande-annonce

Si les films les plus attendus ont fait chou blanc au palmarès (voir chronique programme), The Good Lie de Philippe Falardeau, drame sur l’odyssée de quatre survivants d’un massacre au Soudan, est le logique gagnant du Prix du Jury présidé par Costa-Gavras. It Follows, combiné de teenage movie mélancolique et de film de zombies, signé David Robert Mitchell, obtient celui de la Critique Internationale et Things People Do, thriller familial et premier long-métrage de Saar Klein — monteur, entre autres, de La ligne rouge de Terrence Malick et Presque Célèbre de Cameron Crowe — celui du 40ème anniversaire.

image
Reese Witherspoon et Ger Duany dans The Good Lie

It-Follows-1
It Follows

536878.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx
Jason Isaacs et Wes Bentley dans Things People Do

Enfin, le Prix Michel-d’Ornano, qui récompense un premier film français et aide à sa promotion et son exportation, est allé cette année à la comédie Elle l’adore, de Jeanne Herry (fille de Miou-Miou et Julien Clerc), avec Sandrine Kiberlain et Laurent Lafitte. Pierre Lescure, membre du Jury du festival, la considère déjà comme la comédie de l’année.

1569526-affiche-de-elle-l-adore-600x315-2
Bande-annonce

1965920339_B973567866Z.1_20140915110016_000_GO2348QJI.5-0
Frank Miller

 

 Sin City : J’ai tué pour elle (Frank Miller’s Sin City : A Dame To Kill For)

Sin-City-A-Dame-To-Kill-For-Szenen-04-Ava-Lord-Eva-Green-Dwight-McCarthy-Josh-Brolin 
Frank Miller et Robert Rodriguez
2014

Tandis que Johnny (Joseph Gordon-Levitt), jeune joueur de poker surdoué et trop sûr de lui, débarque à Sin City pour affronter le sénateur crapuleux Roark (Powers Boothe), Nancy Callahan (Jessica Alba), stripteaseuse au Kadie’s Club Pecos, prépare sa vengeance pour exterminer le même Roark, responsable quatre ans auparavant de la mort de John Hartigan (Bruce Willis), son flic protecteur bien aimé. Pendant ce temps, Dwight McCarthy (Josh Brolin) se morfond en pensant à Ava Lord (Eva Green), la belle qui lui a brisé le cœur, et le colosse justicier Marv (Mickey Rourke) veille sur Nancy et tous les paumés du secteur…

Neuf ans après, voici donc, tournée en 3D, la suite du génial Sin City par les mêmes, toujours adaptée du roman graphique de Frank Miller. Le fameux dessinateur (entre autres, de Daredevil, Elektra et Batman : The Darknight) et scénariste, âgé de cinquante-sept ans, a introduit lui-même le film, présenté en clôture du festival américain de Deauville. En fauteuil roulant, amaigri par une maladie mystérieuse (des rumeurs de cancer circulent aux Etats-Unis), mais l’œil pétillant, Frank Miller ne s’est pas fait prier pour livrer des anecdotes sur le tournage et dire tout le bien qu’il pense de son complice Robert Rodriguez « J’avais trois frères, désormais j’en ai quatre ». Hommage au film noir, Sin City 2, comme son prédécesseur, n’est autre qu’un film-fantasme. Le cinéaste revendique cette vision d’une ville fantomatique et viciée, où « les hommes sont de gros durs, les femmes, sublimes et les voitures, vintage. » Si le film ne bénéficie pas de l’effet de surprise suscité par le premier opus, véritable choc visuel, la 3D, très réussie, accentue l’immersion dans la bande-dessinée, et tous les plans sont un total émerveillement. Le bât blesse plutôt du côté de la narration qui peine un peu à emmêler avec fluidité ses trois histoires de vengeance, parfois décalées dans le temps. Il serait néanmoins indécent de ne pas être séduit par la mélancolie qui émane de cette ode aux désespérés et aux cœurs brisés, qui jongle avec les clichés et ressuscite les plus belles figures du genre, telle cette femme fatale incarnée par Eva Green (à la divine plastique), sorte de fusion de Rita Hayworth et Ava Gardner. Moins nerveux et hystérique que son prédécesseur, ce néo-film noir recèle encore des scènes d’action de toute beauté, d’autant que la violence reste résolument graphique. Si, en gros dur au cœur tendre, Mickey Rourke remporte tous les suffrages (Marv est le fil rouge du film), Joseph Gordon-Levitt va faire chavirer les midinettes, tandis que Jessica Alba, avec ou sans chapeau de cow-boy, est une révolution à elle toute seule.

2211496-jessica-alba
Sin-City-A-Dame-To-Kill-For1
Sin-City-J-ai-tue-pour-elle-photo-Joseph-Gordon-Levitt
328409.jpg-c_640_360_x-f_jpg-q_x-xxyxx
Sin-City-2-
Mickey-Rourke
22FRANK2-articleLarge
sin_city_2
movies-sin-city-2-a-dame-to-kill-for-mickey-rourke-marv
BANDE-ANNONCE

Un grand merci à Eric Cavillon, du groupe Lucien Barrière, aussi gentleman que Marv, et bien plus beau.

0