ANNA, la mini-série

Visionner une série tient parfois de l’épreuve. Après la sadique Squid Game, venue de Corée du Sud, l’italienne Anna, vision post-apocalyptique et hypnotique d’un monde décimé par un virus meurtrier, ne fait pas non plus dans la dentelle. On aurait cependant tort de la bouder, car ce conte initiatique est aussi magnifique que cruel.

(Click on the planet above to switch language.) 

 

« Quand je serai morte, je serai trop lourde pour être transportée dehors. Anna, ouvre les fenêtres, prends tout ce dont tu auras besoin et ferme à clé. Si ça sent trop mauvais, va dormir dans la voiture. Tu devras attendre cent jours… Ça te semblera long, mais tu verras, le temps passera vite… »

 

ANNA

Niccolò Ammaniti
2021
Disponible sur Arte.fr, disponible en DVD chez Arte depuis le 2 novembre

Il aura fallu quelques semaines pour que le monde bascule dans l’horreur. Un virus contagieux, très vite surnommé « la Rouge » à cause de la couleur des plaques qu’il provoque sur la peau, s’est abattu sur la population adulte. Seuls les enfants n’ayant pas passé l’âge de la puberté sont épargnés, mais ils ne sont qu’en sursis. La jeune Anna et son petit frère se sont réfugiés avec leur mère (Elena Lietti) dans la maison familiale, dans la campagne sicilienne. Mais cette dernière ne tarde pas elle aussi à manifester des symptômes. Avant de mourir, elle s’emploie à écrire un manuel de survie à l’intention de sa progéniture…

En ouverture du générique, un message avertit les spectateurs : « L’épidémie de Covid-19 a éclaté six mois après le début du tournage. ». Les similitudes avec la récente actualité sont en effet troublantes, notamment dans la manière dont est traitée l’arrivée de la pandémie : « C’est une grippette, qui frappe les vieux, pas les gamins… » Mais pour le créateur, cette entrée en matière n’est qu’un prétexte. « Je voulais imaginer comment fonctionnerait un monde sans adultes » a déclaré Niccolò Ammaniti qui adapte ici son roman homonyme paru en 2015. Devant ce conte horrifique en six épisodes, impossible de ne pas penser au célèbre Sa majesté des mouches, de William Golding. Les adultes ayant disparu, les enfants sont livrés à eux-mêmes dans un monde qui n’est plus qu’un chaos, sans repères, soumis à la loi du plus fort. La culture et la mémoire n’étant plus, les instincts primaires et l’absence d’empathie poussent les gamins à agir de manière cruelle. Pas Anna cependant qui, grâce à l’enseignement de sa mère, continue, inlassablement, à garder espoir et à chercher une issue, tout en protégeant son petit frère. Sauvage, morbide parfois et jamais mièvre, la mini-série est littéralement illuminée par son héroïne, préadolescente tenace, courageuse, intelligente et sensible (formidable Giulia Dragotto). Tel Ulysse, elle devra affronter moult périls, survivre à des épreuves et triompher d’adversaires animés par des pulsions sadiques. Entre noirceur, baroque et merveilleux, admirablement interprétée, Anna impressionne à tous les niveaux et notamment par ses images, incroyablement fascinantes. Déjà responsable, en 2018, de l’excellente série Il Miracolo, Niccolò Ammaniti accomplit ici un nouveau tour de force. À voir absolument !
Six épisodes de 50 minutes environ. Et avec Alessandro Pecorella, Clara Tramontano, Giovanni Mavilla, Roberta Mattei, Miriam Dalmazio…

 

DVD/Blu-ray de Noël (5) : NOS MEILLEURES ANNÉES

Vingt-neuf ans après Nous nous sommes tant aimés d’Ettore Scola, le cinéaste italien Marco Tullio Giordana parlait d’amitié, de fraternité, d’amour et d’illusions perdues dans une saga miraculeuse, devenue culte. Elle vient de ressurgir en DVD et Blu-ray restaurés, et est à découvrir ou redécouvrir absolument.


« J’ai encore la carte postale que tu m’as envoyée du Cap Nord en 66. Elle était écrite en norvégien. Et la traduction disait : ‘Tout ce qui existe est beau’. Avec trois points d’exclamation. Tu y crois encore ?
– Plus aux points d’exclamation. »

 

Nos meilleures années (La Meglio Gioventú)

Marco Tullio Giordana
2003
En DVD et Blu-ray restaurés chez Pyramide Vidéo depuis le 2 novembre 2016

Au cours de l’été 1966 à Rome, deux frères, Nicola (Luigi Lo Cascio) et Matteo (Alessio Boni), petits bourgeois étudiants passionnés et généreux, tombent amoureux de Giorgia (Jasmine Trinca), jeune autiste qu’ils font échapper de l’asile où elle est maltraitée. Cette rencontre va susciter chez le premier une vocation de médecin psychiatre, mais elle aura une résonance douloureuse chez le second. Leurs destins se chevauchent avec quatre décennies de l’histoire de l’Italie, traversée par des conflits politiques et sociaux violents…

Applaudi à Cannes en 2003, et couronné du Prix Un certain regard, le film Nos meilleures années (le titre original renvoie à celui d’un recueil de poèmes de Pier Paolo Pasolini) a été tourné à l’origine pour la télévision italienne, où il a été diffusé en quatre épisodes (il se présente ici en deux parties, de trois heures chacune). Cette bouleversante saga familiale a remporté un gigantesque succès populaire en Italie, dont elle brosse un portrait magnifique, en en montrant toutes les facettes, les plus sublimes comme les plus sombres. Marco Tullio Giordana s’est appuyé sur l’épatant scénario de Sandro Petraglia et Stefano Rulli, ses deux complices de Pasolini, mort d’un poète, pour évoquer sa génération, et une Italie en pleins changements, à la manière d’un Ettore Scola dans Nous nous sommes tant aimés. On suit le parcours de deux frères, complices, mais très opposés. Nicola est tendre, solaire, en empathie avec son environnement, là où Matteo est hypersensible, emporté, et très tourmenté. Leurs interprètes, Luigi Lo Cascio et le beau Alessio Boni, sont tout bonnement extraordinaires, à l’instar de leurs partenaires, tous excellents et soigneusement choisis par le cinéaste, qui leur a demandé de s’impliquer dans les dialogues, d’improviser parfois. On traverse avec eux les tragédies italiennes (les inondations de Florence en 1966, la mobilisation de la jeunesse, l’affaiblissement du mouvement ouvrier, les actions terroristes des Brigades Rouges, l’explosion de la criminalité mafieuse…). Devenue culte avec le temps, Nos meilleures années parle avec une justesse et une sensibilité rares des illusions et les désillusions de la vie, des bons et des mauvais choix, de la famille, des relations amoureuses, de l’amitié. La saga se termine par un éloge de la beauté, voulu par le réalisateur, qui en parle mieux que personne.

« La beauté présume à une série de choses, comme la justice, l’économie, la politique… Ces choses sont importantes, mais leur but doit être la beauté. Autrement, elles existent sans avoir aucune valeur… Encenser la beauté, la défendre, la sauvegarder, dire qu’elle existe et qu’il faut la poursuivre, car elle résume toutes les choses qui sont importantes pour réaliser nos objectifs. Que dire de plus ? »
6 h Et avec Sonia Bergamasco, May Sansa, Fabrizio Gifuni, Riccardo Scarmarcio, Valentina Carnelutti, Lidia Vitale…

BANDE-ANNONCE

 

Test Coffret 3-DVD :

 

Interactivité ***
Cette nouvelle édition a délaissé deux des bonus initiaux, mais elle reprend le très bon making of d’époque de dix minutes dans lequel on peut entendre les impressions du réalisateur et des acteurs, et permet de découvrir une interview inédite du cinéaste de 24 minutes, réalisée en juin 2016. Il revient sur la genèse, les enjeux du film, l’Italie (« L’Italie n’a pas beaucoup à donner du point de vue politique, mais elle a des artistes, des poètes, et des hommes de science très importants. ») et livre son sentiment sur l’impact qu’a eu le film sur le public.

Image ***
Format : 1.77
Pas d’énormes changements par rapport à l’image, déjà un peu douce, de l’édition précédente. La définition se révèle un peu inégale, mais le plus souvent très satisfaisante. Les couleurs sont même parfois éclatantes.

Son ***
DD 5.1 en italien sous-titré et français
Une piste 5.1 plus qu’honorable, très harmonieuse, notamment en version originale.