TOP SORTIES Semaine du 24 au 30 novembre 2014

2580000.jpg-r_x_600-f_jpg-q_x-xxyxx

En France, cette semaine, l’événement cinéma est un film d’animation en images de synthèse, Astérix – Le domaine des dieux, de Louis Clichy, adaptation plutôt heureuse si on en croit les critiques, réussite qu’on impute selon toute vraisemblance à Alexandre Astier, auteur du scénario. On peut en revanche faire l’impasse sur The Search. Les bonnes intentions ne font pas les bons films, et en se penchant sur la guerre en Tchétchénie, le réalisateur de The Artist et OSS 117 s’est embourbé dans les bons sentiments (voir critique AFAP) . Côté vidéo, on se précipitera sur le Blu-ray de Règlement de comptes, et à la télévision, on ne manquera pas la diffusion sur Arte ce soir (jeudi 27), du premier épisode de La Petite Dorrit, bijou de la BBC (voir critique AFAP).

 

Cinéma
Sorties du mercredi 26 novembre

379587

Night Call (Nightcrawler)
Dan Gilroy  2014
Thriller (1h57)
Avec Jake Gyllenhaal, Rene Russo, Bill Paxton
Branché sur la fréquence radio de la police, un homme parcourt Los Angeles la nuit pour filmer des images chocs qu’il vend ensuite à prix d’or aux chaînes de TV locales… Parce que le premier film, particulièrement cynique et sombre, du scénariste Dan Gilroy pourrait bien offrir à Jake Gyllenhaal son plus grand rôle après Donnie Darko.
Bande-annonce

 

K72A7504.CR2

Secret d’état (Kill The Messenger)
Michael Cuesta  2014
Thriller politique (1 h 52) 2014
Avec Jeremy Renner, Robert Patrick, Rosemarie DeWitt
L’histoire vraie du journaliste Gary Webb, devenu l’homme à abattre pour avoir dénoncé les liens entre la CIA, le trafic de cocaïne entre le Nicaragua et les Etats-Unis et le soutien à des groupes de lutte armée du Nicaragua. Ce thriller captivant, emmené par le solide Jeremy Renner, est mis en scène par un des réalisateurs et producteurs exécutifs de la série Homeland.
Bande-annonce

 

calvary

Calvary
John Michael McDonagh  2014
Drame (1h45)
Avec Brendan Gleeson, Kelly Reilly, Chris O’Dowd
Le réalisateur de l’excellent L’Irlandais retrouve son acteur fétiche pour ce drame qui pointe du doigt la responsabilité de l’Eglise dans les affaires de pédophilie, qui continuent à faire des tsunamis dans l’Irlande contemporaine.
Bande-annonce

Et aussi

monsieur-klein-1976-06-g

 

 

 

 

 

 

 

Monsieur Klein (Version restaurée)
Joseph Losey  1976
Drame (2h03)
Avec Alain Delon, Jeanne Moreau, Francine Bergé
Durant l’occupation allemande à Paris, un marchand d’art cynique et indifférent découvre qu’il a un homonyme juif… La descente aux enfers kafkaïenne mise en scène par Joseph Losey, couronnée du César du Meilleur film en 1977, fait toujours froid dans le dos.
Bande-annonce

 

Sorties DVD/Blu-ray

Règlement de comptes (The Big Heat)
Fritz Lang
Avec Glenn Ford, Gloria Grahame, Jocelyn Brando
1953 — Le 26 novembre en Blu-ray Collector – Nouveau Master restauré HD (Wild Side Video)

Règlement-de-comptes-br-fr-collector

 

 

La scène dans laquelle Lee Marvin ébouillante Gloria Grahame est restée dans les mémoires. Mon film noir préféré paraît dans une édition Collector de toute beauté, enrichie de deux courtes interviews de Martin Scorsese et Michael Mann et accompagnée d’un livre de l’incontournable Jean Douchet (208 pages).

 

reglement-de-comptes-53-04-g

 

Transformers 4 : l’âge de l’extinction
Michael Bay
Avec Mark Wahlberg, Stanley Tucci, Nicola Peltz
2014 — Le 26 novembre en DVD, Blu-ray, Blu-ray 3D et Quadrilogie (Paramount)

1412090459-capture-d-e-cran-2014-09-30-a-17.19.58

 

 

Culte pour les fans, qui annoncent déjà qu’il est le meilleur Blu-ray 3D de l’année, le blockbuster plein de fureur de Michael Bay en a épuisé plus d’un ! Critique AFAP à venir.

 

transformers-4-poster

 

The Raid 2 
Gareth Evans
avec Iko Uwais, Arifin Putra
2014 — Le 26 novembre en DVD et Blu-ray (Wild Side Video)

l_22302330

 

 

Encore plus fort, plus spectaculaire et plus sauvage que le premier opus, The Raid 2 a fait l’unanimité de la critique à sa sortie.

The Raid 2 Ö essentially a bigger, more expensive remake.

 

SIN CITY : J’AI TUÉ POUR ELLE & Palmarès Festival du film américain Deauville 2014

kht9p6yzi83223z
Une histoire d’opération de dents de sagesse et de rentrée scolaire m’aura empêchée d’assister aux projections de la semaine américaine à Deauville. Pour rien au monde cependant, je n’aurais manqué le film de clôture, la suite du génial Sin City, d’autant qu’il était introduit par l’icône Frank Miller en personne après une cérémonie de palmarès pleine de fraîcheur, loin d’être guindée (membres du jury, Claude Lelouch est venu en baskets et Marie-Claude Pietragalla a tenu à esquisser quelques pas de danse), à l’image de ce festival, qui fait la part belle à la jeune création.

 

whiplash-double-vainqeur-du-public-et-du-jury_3
Nicholas Britell, Miles Teller et Damien Chazelle

Cette année la surprise est venue de Whiplash, du jeune Damien Chazelle, l’histoire d’un jeune batteur de jazz du Conservatoire de Manhattan, découvert à Cannes 2014 dans la sélection Un certain regard. Le film, en grande partie autobiographique, rafle à Deauville le Prix du public et le Grand Prix, sept mois après avoir obtenu le Prix du public et le Grand prix du Jury à Sundance (il est inspiré du court-métrage homonyme réalisé par Chazelle en 2013 et déjà primé à Sundance). Sur la scène, le réalisateur, son coproducteur Nicholas Britell et le jeune comédien-vedette Miles Teller ont rendu un chaleureux hommage à Deauville. Le cinéaste américain, francophone par son père, y passait ses vacances lorsqu’il était enfant. Quant à Miles Teller (vu dans le récent remake de Footloose, Projet X et Divergente), il s’est réjoui de sa bonne fortune, une belle compensation pour celle qu’il a avoué avoir perdue au casino durant son séjour.

Whiplash_miles-teller-jk-smmons
Miles Teller et JK Simmons dans Whiplash

Bande-annonce

 

jury-revelation-deauville-2014-09-13
Anne Berest, Lola Bessis, Clemence Poésy, Christine & The Queens et Freddy Highmore

La remise du Prix de la Révélation Cartier, qui récompense une œuvre pour ses qualités novatrices, a valu un joli moment d’euphorie, grâce à la spontanéité des membres de son jeune Jury présidé cette année par Audrey Dana. Les comédiens Freddy Highmore, Clémence Poésy, la romancière Anne Berest, la chanteuse Christine and the Queens et Lola Bessis (la fille de Daniela Lumbroso est coréalisatrice et vedette du film franco-américain Swim Little Fish Swim, paru sur les écrans français en juin 2014) ont gratifié le public d’un numéro véritablement charmant, avant de décerner le Prix à A Girl Walks Home Alone At Night de Ana Lily Amirpour. Sous influence David Lynch, Thomas Alfredson et Frank Miller, cette coproduction américo-iranienne en noir et blanc est un film de vampires militant, qui dénonce la condition de la femme en Iran.

a_girl_photo7
Sheila Vand dans A Girl Walks Home Alone At Night
Bande-annonce

Si les films les plus attendus ont fait chou blanc au palmarès (voir chronique programme), The Good Lie de Philippe Falardeau, drame sur l’odyssée de quatre survivants d’un massacre au Soudan, est le logique gagnant du Prix du Jury présidé par Costa-Gavras. It Follows, combiné de teenage movie mélancolique et de film de zombies, signé David Robert Mitchell, obtient celui de la Critique Internationale et Things People Do, thriller familial et premier long-métrage de Saar Klein — monteur, entre autres, de La ligne rouge de Terrence Malick et Presque Célèbre de Cameron Crowe — celui du 40ème anniversaire.

image
Reese Witherspoon et Ger Duany dans The Good Lie

It-Follows-1
It Follows

536878.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx
Jason Isaacs et Wes Bentley dans Things People Do

Enfin, le Prix Michel-d’Ornano, qui récompense un premier film français et aide à sa promotion et son exportation, est allé cette année à la comédie Elle l’adore, de Jeanne Herry (fille de Miou-Miou et Julien Clerc), avec Sandrine Kiberlain et Laurent Lafitte. Pierre Lescure, membre du Jury du festival, la considère déjà comme la comédie de l’année.

1569526-affiche-de-elle-l-adore-600x315-2
Bande-annonce

1965920339_B973567866Z.1_20140915110016_000_GO2348QJI.5-0
Frank Miller

 

 Sin City : J’ai tué pour elle (Frank Miller’s Sin City : A Dame To Kill For)

Sin-City-A-Dame-To-Kill-For-Szenen-04-Ava-Lord-Eva-Green-Dwight-McCarthy-Josh-Brolin 
Frank Miller et Robert Rodriguez
2014

Tandis que Johnny (Joseph Gordon-Levitt), jeune joueur de poker surdoué et trop sûr de lui, débarque à Sin City pour affronter le sénateur crapuleux Roark (Powers Boothe), Nancy Callahan (Jessica Alba), stripteaseuse au Kadie’s Club Pecos, prépare sa vengeance pour exterminer le même Roark, responsable quatre ans auparavant de la mort de John Hartigan (Bruce Willis), son flic protecteur bien aimé. Pendant ce temps, Dwight McCarthy (Josh Brolin) se morfond en pensant à Ava Lord (Eva Green), la belle qui lui a brisé le cœur, et le colosse justicier Marv (Mickey Rourke) veille sur Nancy et tous les paumés du secteur…

Neuf ans après, voici donc, tournée en 3D, la suite du génial Sin City par les mêmes, toujours adaptée du roman graphique de Frank Miller. Le fameux dessinateur (entre autres, de Daredevil, Elektra et Batman : The Darknight) et scénariste, âgé de cinquante-sept ans, a introduit lui-même le film, présenté en clôture du festival américain de Deauville. En fauteuil roulant, amaigri par une maladie mystérieuse (des rumeurs de cancer circulent aux Etats-Unis), mais l’œil pétillant, Frank Miller ne s’est pas fait prier pour livrer des anecdotes sur le tournage et dire tout le bien qu’il pense de son complice Robert Rodriguez « J’avais trois frères, désormais j’en ai quatre ». Hommage au film noir, Sin City 2, comme son prédécesseur, n’est autre qu’un film-fantasme. Le cinéaste revendique cette vision d’une ville fantomatique et viciée, où « les hommes sont de gros durs, les femmes, sublimes et les voitures, vintage. » Si le film ne bénéficie pas de l’effet de surprise suscité par le premier opus, véritable choc visuel, la 3D, très réussie, accentue l’immersion dans la bande-dessinée, et tous les plans sont un total émerveillement. Le bât blesse plutôt du côté de la narration qui peine un peu à emmêler avec fluidité ses trois histoires de vengeance, parfois décalées dans le temps. Il serait néanmoins indécent de ne pas être séduit par la mélancolie qui émane de cette ode aux désespérés et aux cœurs brisés, qui jongle avec les clichés et ressuscite les plus belles figures du genre, telle cette femme fatale incarnée par Eva Green (à la divine plastique), sorte de fusion de Rita Hayworth et Ava Gardner. Moins nerveux et hystérique que son prédécesseur, ce néo-film noir recèle encore des scènes d’action de toute beauté, d’autant que la violence reste résolument graphique. Si, en gros dur au cœur tendre, Mickey Rourke remporte tous les suffrages (Marv est le fil rouge du film), Joseph Gordon-Levitt va faire chavirer les midinettes, tandis que Jessica Alba, avec ou sans chapeau de cow-boy, est une révolution à elle toute seule.

2211496-jessica-alba
Sin-City-A-Dame-To-Kill-For1
Sin-City-J-ai-tue-pour-elle-photo-Joseph-Gordon-Levitt
328409.jpg-c_640_360_x-f_jpg-q_x-xxyxx
Sin-City-2-
Mickey-Rourke
22FRANK2-articleLarge
sin_city_2
movies-sin-city-2-a-dame-to-kill-for-mickey-rourke-marv
BANDE-ANNONCE

Un grand merci à Eric Cavillon, du groupe Lucien Barrière, aussi gentleman que Marv, et bien plus beau.

BACK TO BLACK

Cinéphiles et amateurs de films noirs en particulier se jetteront sur ce splendide et monumental ouvrage édité par Taschen tout récemment, qui rend un hommage plutôt audacieux à un genre cinématographique esthétique par essence. Introduit par Notes sur le film noir, texte de référence signé Paul Schrader en 1971, le livre répertorie chronologiquement cent des plus belles œuvres du film noir et néo-noir, du Cabinet du Docteur Caligari à Drive, en passant par les classiques Laura ou Le grand sommeil et les plus inattendus The Dark Knight ou Black Swan. Chaque entrée, enrichie d’analyses et extraits de critiques, est généreusement illustrée d’affiches et de photos. Un must have, qui suscitera immanquablement une réflexion sur un genre plus riche et complexe qu’il y paraît.

sin-city-2005-04-g
« A l’instar du film noir classique, le néo-noir nous plonge dans les ténèbres pour mieux nous faire entrevoir la lumière. » Douglas Keesey

  

Film Noir, 100 All-Time Favorites

 Film noir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paul Duncan, Jürgen Müller
2014
(21,5 x 27,4 cm), 688 pages, 39,99 €

Même si, selon la légende, le terme a été inventé par un Français, le film noir est, avec le western, le genre le plus emblématique du cinéma américain. On doit l’expression au critique Nino Frank qui l’aurait pour la première fois utilisé en 1946 dans un article publié dans l’Ecran français. Un an plus tôt, Jacques Prévert avait baptisé Série noire la collection de polars éditée par Marcel Duhamel, qui a contribué à populariser le roman noir américain en France. Cet engouement pour le polar venu d’outre-Atlantique est né à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Après avoir bouleversé Hollywood, les films noirs débarquent en masse sur les écrans français. Ces histoires de corruption, de trahisons et de crimes, influencées par le pulp, sont pétries de pessimisme et de cynisme, et hantées par les visions expressionnistes des réalisateurs européens expatriés, maîtres du clair-obscur (Fritz Lang en tête).

m-le-maudit-1931-14-g

Dans le film noir, écrit Paul Schrader, scénariste de Taxi Driver, et réalisateur d’ American Gigolo, la forme est toujours plus importante que le fond, et celui-ci ne saurait être assimilé aux films de gangsters, ou réduit à une combinaison d’éléments (femme fatale, détective désabusé, décor urbain, scènes nocturnes, crime… ). « Il ne se définit pas par des compositions et des conflits conventionnels, mais plutôt par de subtils éléments de tonalité et d’atmosphère ». Ainsi, comme s’emploient à le démontrer les deux éditeurs et spécialistes de cinéma Paul Duncan et Jürgen Müller, le film noir, qu’il soit défini comme un genre, un style ou un mouvement, est ouvert. Leur sélection donne la préférence à Quai des brumes, Le trésor de la Sierra Madre, Fenêtre sur cour ou Blade Runner plutôt qu’à Règlement de comptes ou Le carrefour de la mort. Pourquoi pas ? D’autant qu’une liste de mille films figure en index final, histoire de ne pas froisser les susceptibilités.

Gosling

Wilde

 

En avant propos, le livre bénéficie également d’une analyse approfondie de La Dame de Shanghai d’Orson Welles par Jürgen Müller et Jörn Hetebrügge, ainsi que d’une Introduction au néo-noir par Douglas Keesey, professeur de cinéma et de littérature et auteur de nombreux ouvrages sur le 7ème art.

photo-la-dame-ok

 

Mon Top 10 perso :
(sans ordre de préférence, mais dominé quand même par Règlement de comptes):

Laura Otto Preminger, 1944
Annex - Tierney, Gene (Laura)_04

La griffe du passé (Out of the Past), Jacques Tourneur, 1947
Annex - Mitchum, Robert (Out of the Past)_05

La femme aux cigarettes (Road House), Jean Negulesco, 1948
femme-aux-cigarettes-03-g

Le démon s’éveille la nuit (Clash By Night), Fritz Lang, 1952
a77a341a-3a7b-4946-bae7-000000000322

Le port de la drogue (Pickup on South Street), Samuel Fuller, 1953
port-de-la-drogue-04-g

Règlement de comptes (The Big Heat), Fritz Lang, 1953
the-big-heat-gloria-grahame-glenn-ford-2

Traquenard (Party Girl), Nicholas Ray, 1958
Party-Girl

A bout portant (The Killers) Don Siegel, 1964
small_246903

N’hésitez pas à donner le vôtre…