HOMELAND/LE BUREAU DES LÉGENDES

De la paranoïa, des trahisons, des agents russes, un personnage principal pétri de névroses… beaucoup de points communs entre les deux plus grandes séries d’espionnage de leur époque dont l’une vient de tirer sa révérence (en beauté) et l’autre est à un tournant de son histoire. Ça ne les empêche pas, dans la forme, d’être aux antipodes l’une de l’autre. Et rien n’empêche d’aimer les deux, même si…

 

(Click on the planet above to switch language.)


« Tout ce qu’elle fait, elle le fait parce qu’elle n’oublie jamais ce qui est essentiel. Et franchement, elle est la seule dont je peux dire ça. Et nous, on est là à tergiverser en vain… » (Saul, à propos de Carrie)

 

HOMELAND – The End

Série créée en 2011 par Howard Gordon et Alex Gansa
Saison 8 diffusée sur Canal + depuis le 10 février 2020
Saisons de 1 à 7 actuellement sur Netflix

Après son séjour douloureux en Russie, Carrie (Claire Danes) est rappelée par Saul (Mandy Patinkin), devenu conseiller à la sécurité nationale du nouveau Président des États-Unis (Beau Bridges). Chargé de négocier la paix avec les talibans d’Afghanistan, il compte sur l’expérience de sa protégée pour servir sa cause dans ce pays miné. Mais les relations troubles de Carrie avec l’espion russe Yevgeny Gromov (Costa Ronin) la rendent suspecte aux yeux des agents de la CIA sur place…

Preuve que « trop de séries tuent les séries », celle qui s’est achevée quasiment dans l’indifférence le 26 avril dernier est pourtant un monument. Inspirée par l’israélienne Hatufim de Gideon Raff — façon de boucler la boucle, le dernier épisode d’Homeland s’intitule Prisonniers de guerre, titre anglais de Hatufim — elle a été créée sur la chaîne américaine Showtime par Howard Gordon et Alex Gansa, deux des producteurs exécutifs de l’addictive 24 h Chrono. Sur fond de Patriot Act, Homeland a débuté un an après la fin des aventures de Jack Bauer, en 2011, année de la mort de Ben Laden et montrait, via le visage de son héroïne Carrie Mathison, celui d’une Amérique paranoïaque, traumatisée par les attentats du 11 septembre et repliée sur elle-même. Durant huit saisons, Carrie portera le poids du monde sur ses épaules, sera confrontée aux doutes, aux séparations, aux trahisons et à la mort. Véritable soldat avec bien autre chose que du plomb dans la tête (comme Jack Bauer), cet officier traitant de la CIA, d’une efficacité redoutable sur le terrain, n’en est pas moins faillible (elle est bipolaire et psychologiquement fragile). A cran, pétrie de tics, sourcils constamment froncés, toujours à deux doigts d’éclater en larmes lorsqu’elle ne parvient pas à convaincre son interlocuteur, Claire Danes retranscrit physiquement et de manière impressionnante les tourments de son personnage ; au point que lors de certaines scènes, on a pu craindre pour la santé mentale de l’actrice. Pour un peu, on en oublierait qu’elle fut l’adorable Juliette du Roméo + Juliette de Baz Luhrmann. Et puis, il y a Saul Berenson, le mentor, la figure paternelle, protectrice et sage, mais capable de dureté (formidable Mandy Patinkin). Homeland eu ses périodes : celle de Brody (Damian Lewis), celle de Quinn (Rupert Friend) et puis celle de Carrie en électron libre, seule contre tous et… elle-même. Au cours des saisons, il y eut des flottements, de la lassitude, mais rien qui puisse véritablement entamer le capital de sympathie de cette série passionnante qui, malgré les apparences, explore davantage les dégâts collatéraux (et donc humains) du terrorisme, que le terrorisme lui-même. Sa faculté à avoir souvent fait écho à l’actualité et à s’être révélée parfois prophétique est bluffante, et, bien que fiction, Homeland a permis d’analyser avec pertinence de nombreux aspects de la géopolitique de son temps. On pourra d’ailleurs s’amuser à trouver des ressemblances entre cette ultime saison et la cinquième du Bureau des légendes. Eric Rochant, le créateur de cette dernière, a confié avoir cessé de suivre Homeland après la deuxième saison (pour son manque de réalisme) tout en louant, magnanime, le talent des Américains « pour raconter des histoires ». Ils ont aussi un vrai talent pour fabriquer des héros. Et nul doute qu’après ce final inespéré, Carrie et Saul existeront encore longtemps dans notre imaginaire.
Saison 8 – 12 épisodes Et avec Maury Sterling, Andrea Deck, Sam Trammell, Linus Roache, Nimrat Kaur, Numan Acar, Hugh Dancy (l’époux de Clare Danes à la ville, campe dans cette saison John Zabel, l’ignoble conseiller va-t-en-guerre du Président)

 

********************

 

« Et toi t’as choisi ?
– Comme tu le vois.
– Ça ne te pose pas de problème ?
– Si ça me pose problème, mais pas suffisamment pour que je pose problème à mon tour. » (Mille Sabords et Rocambole, ex Phénomène)

 

LE BUREAU DES LÉGENDES Saison 5

Série créée en 2015 par Eric Rochant
Saison 5 Diffusée sur Canal + depuis le 10 avril 2020

Malotru (Mathieu Kassovitz) sauvé in extremis par les Russes en Ukraine, est recueilli par Mikhaïl Karlov (Aleksey Gorbunov), officier du FSB qui le convainc de travailler pour eux. Marie-Jeanne (Florence Loiret-Caille), qui n’approuve pas les décisions de JJA (Mathieu Amalric), a quitté le Bureau pour retourner sur le terrain au Caire, agissant sous la couverture de chef de la sécurité d’un grand hôtel. Mais la publication d’un mystérieux article dans Le Figaro, affirmant que la CIA aurait assassiné Malotru avec l’assentiment de la DGSE, se met à semer le trouble chez tous les agents français…

Jusqu’ici, Le bureau des légendes avait fait un sans-faute et la saison 4 s’était même révélée brillante (lire ma chronique). Hélas, la cinquième est loin d’être du même tonneau. Souvent confuse voire incohérente et souffrant d’un manque de rythme, elle n’a ébloui que par fulgurances et il était difficile d’y retrouver la patte d’Éric Rochant, même si Jacques Audiard n’a mis en scène que les deux derniers épisodes (il aurait eu une influence sur toute la saison). Louée pour son réalisme, LBDL a mis le paquet cette année pour démontrer que les espions étaient des hommes et des femmes comme les autres. Pour autant, le souci de réalisme nécessitait-il autant de scènes de sexe, ou même de voir la responsable de la cyber-sécurité d’un hôpital piraté (Joséphine de Meaux) tirer son lait au bureau ? Depuis le début, le sel du Bureau des légendes se niche dans les détails, les regards soupçonneux, et dans cette façon de tourner autour du pot dans les conversations (cette manie de répondre aux questions par une autre…). Cette fois, et avec des gros sabots, l’accent a été mis sur la psychologie et l’aspect humain : Malotru et son psy, JJA et ses hallucinations… Et puis, il y a le traitement réservé aux autres. Que diable fichait Marie-Jeanne dans cet hôtel toute la saison ? Le petit prodige Sylvain Ellenstein alias Pacemaker (Jules Sagot), entre piratage et déboires sentimentaux, se voit purement abandonné en cours de route… Louis Garrel semble être venu pour faire joli, même si ses séquences sont plutôt réussies, idem pour Sara Giraudeau, Artus et même Zineb Triki dont la réapparition sur l’échiquier est quelque peu « tirée par les cheveux ». Mais pire que tout, c’est d’avoir essayé de nous faire croire que Malotru — Guillaume Debailly, Paul Lefèbvre, Pain In The Ass — le roi des obsessionnels, des coups tordus, parano et malin comme un singe, aurait pu ne pas prévoir ce qui allait lui arriver, alors que nous, spectateurs hurlant devant nos écrans, on l’avait envisagé depuis belle lurette. Comment imaginer que reclus, au vert, n’ayant rien d’autre à faire que du jogging et cogiter, la terreur du contre-espionnage français n’ait pas pensé une seconde à mettre les siens à l’abri. I dont buy it, comme disent les Anglo-Saxons. Et la grandiloquente séquence buñuellienne censée nous en mettre plein la vue pour nous faire avaler la pilule n’y change rien. Fiasco it is.
Saison 5- 10 épisodes Et avec Jonathan Zaccaï, Irina Muluile, Stefan Crepon, Anne Azoulay, Laurent Grévill, Judith Henry…

Eric Rochant ayant envie de tourner la page et Audiard ne souhaitant pas s’engager sur une série quelle qu’elle soit, on ignore, à l’heure du déconfinement balbutiant, ce qu’il adviendra de la suite du Bureau des légendes et qui en reprendra les rênes. Faire mieux que Rochant va être difficile.

 

0

MESSIAH Saison 1

Et si Jésus revenait aujourd’hui, à l’heure d’Instagram, Twitter, Daech et des fake news ? Parviendrait-il à unir les peuples ou, au contraire, engendrerait-il un chaos de masse ? C’est la question que pose cette passionnante série écrite par Michael Petroni pour Netflix, sans nul doute le choc télévisuel de ce début d’année. (pas de spoiler dans cette chronique)

(Click on the planet above to switch language.)


« This is bigger than what you can imagine. »

 

Messiah Saison 1

Michael Petroni
2020
10 épisodes diffusés sur Netflix depuis le 1er janvier 2020

En Syrie, un jeune prêcheur (Mehdi Dehbi) parvient à empêcher une attaque djihadiste en invoquant une tempête de sable. Les témoins de l’événement, convaincus qu’il est un nouveau messie, entreprennent de le suivre dans le désert jusqu’à la frontière israélienne. Les médias du monde entier se focalisent sur cet homme extrêmement charismatique qui semble venu de nulle part. Tandis que beaucoup s’emballent, d’autres sont méfiants, tels Eva Geller (Michelle Monaghan), agent de la CIA, et Aviram Dahan (Tomer Sisley) du Mossad. Convaincus qu’il est un imposteur, voire un terroriste, ils vont remuer ciel et terre pour le démasquer…

A peine Messiah avait-elle commencé sur Netflix qu’elle suscitait les polémiques. Un boycott de la série est réclamé par ceux qui la jugent anti-islamique, propagandiste ou carrément blasphématoire, tandis que la Jordanie, qui avait pourtant autorisé le tournage sur ses terres, en a purement et simplement interdit la diffusion. Cependant, le discours du mystérieux Al Massih, formidablement campé par le bel acteur belge d’origine tunisienne Medhi Dehbi (remarqué dans Le fils de l’autre et  Un homme très recherché) n’a rien d’offensant. Dans un contexte constamment tendu, et notamment celui du conflit israélo-palestinien, sa sagesse, sa sérénité à toute épreuve et sa manière d’éluder les questions ont quelque chose de fascinant. Le scénariste australien Michael Petroni, déjà à l’œuvre sur La voleuse de livres, Le monde de Narnia ou la série Miracles, a échafaudé une intrigue astucieuse (« fourre-tout » selon ses détracteurs…), et sa neutralité religieuse ne saurait être mise en doute. C’est ce qui fait tout le sel de ce show multilingue qui parle surtout de spiritualité. Entre le thriller géopolitique façon Homeland et le drame mystique, le spectaculaire et l’intime sont savamment enchevêtrés pour faire vaciller les convictions du téléspectateur, confronté à ses propres croyances. La saison 1 s’achève en beauté, de manière on ne peut plus intrigante. On espère une saison 2.
10 épisodes de 40 minutes Et avec John Ortiz, Beau Bridges, Michael O’Neill, Dermot Mulroney, Emily Kinney, Assaad Bouab, Sayyid El Alami…

 

 

0

BILAN SÉRIES 2014

Les séries, il y en a pléthore et pour tous les goûts. Impossible de les voir toutes, à moins d’en perdre la raison… ou le sommeil. Entre les nouvelles venues et celles qu’on suit depuis des lustres, elles sont dévoreuses de temps, au détriment des films et des livres. Mais parce qu’elles peuvent se permettre de développer les intrigues et les personnages, et que leur format séduit désormais les meilleurs scénaristes, cinéastes et comédiens, force est de constater que plusieurs surpassent en qualité les productions cinématographiques les plus attendues. Et leur façon de s’imposer dans notre quotidien (tout le monde ou presque a un point de vue sur Game Of Thrones ou Breaking Bad) amène à se demander si les séries se seraient pas, mine de rien, en train de prendre la place de la littérature populaire.

 

Bilan des séries de l’année 2014 (et celles qu’on suivra en 2015)

 

Les nouvelles

 

 True Detective

true-detective-religion
Sans conteste, la claque de l’année ! On ne revient pas sur l’excellence de l’écriture, de l’interprétation et du reste (voir chronique). Ce show créé par l’écrivain Nick Pizzolatto en janvier 2014 sur la chaîne américaine HBO se distingue aussi par une bande-son de haut vol. Chaque saison constituant une intrigue à part entière, la 2, attendue en 2015, aura une nouvelle distribution. Colin Farrell et Vince Vaughn en seront les héros. Rachel McAdams, Kelly Reilly et Taylor Kitsch devraient les rejoindre.

 

 The Affair

Episode 101

Découverte en octobre 2014 sur Canal + séries à la suite d’Homeland, en simultané avec sa diffusion sur la chaîne américaine Showtime, la série inventée par l’Israélien Hagai Levi, créateur de la version originale de l’excellente En analyse, est une très belle surprise. A priori, elle semble décrire une histoire d’adultère assez banale, mais le dispositif de narration (chaque épisode oppose les versions de la femme et de l’homme) la rend intrigante à souhait. Tandis que les points de vue diffèrent, parfois de manière infime, une autre affaire, de meurtre celle-là, se profile. Reconduite pour une seconde saison en 2015, cette série troublante et passionnante (chaque épisode se conclut sur un moment de suspense), est emmenée par une brochette de comédiens talentueux, et profite elle-aussi d’une bande-son idéale. A voir absolument !
Avec Dominic West, Ruth Wilson, Maura Tierney, Joshua Jackson, Colin Donnell, John Doman…

 

 Turn

turn-key-art-amc-jamie-bell-premiere

Adaptée du livre d’Alexander Rose Washington’s Spies : The Story Of America’s First Spy Ring, Turn relate les aventures d’Abe Whodull, un jeune fermier à New York, qui en 1778, durant l’occupation britannique, va devenir malgré lui l’espion le plus redoutable du Culper Ring, réseau clandestin qui se bat pour l’indépendance de l’Amérique. Portée par Jamie Bell (Billy Elliot), cette saga créée par Craig Silverstein (Nikita, Bones) sur la chaîne américaine AMC en avril 2014, et relayée dans la foulée par OCS Max, a le mérite d’explorer une page d’histoire méconnue (le Culper Ring était bien le premier réseau d’espionnage moderne, ancêtre des services secrets américains), tout en soignant l’aspect romanesque et le suspense. Elle n’est pas exempte de défauts (de rythme notamment), mais se révèle attachante. La saison 2 est attendue en 2015.
Et avec Angus Macfadyen, Daniel Henshall, Heather Lind, Owain Yeoman, Samuel Roukin, Burn Gorman, JJ Feld…

 

Those Who Kill

ThoseWhoKill1-2

Remake américain de la série danoise Traque en série, Those Who Kill met du temps à se révéler, mais se fait de plus en plus palpitante au fil des épisodes. Chloë Sevigny et James D’arcy défendent plutôt bien leurs personnages tourmentés tandis que Pittsburgh offre un paysage ad hoc à cette traque de tueur en série macabre. Chargé d’atmosphère, le show créé par Glen Morgan (X-Files, MillenniuM…) sur la chaîne A&E en mars 2014 souffre des ressemblances inévitables avec les récentes Hannibal, Tunnel, The Bridge ou The Fall. C’est probablement à ce manque d’originalité qu’on doit l’abandon de la saison 2, annoncée, et cela malgré un dixième et dernier épisode au suspense insoutenable.
Et avec Bruce Davidson, Anne Dudek, Ohmid Abtahi, Desmond Harrington…

Il ne fallait pas non plus manquer ces séries britanniques plus ou moins récentes, mais apparues pour la première fois en 2014 à la télévision française : Broadchurch, The Fall, Black Mirror, In The Flesh, et les mini-séries Southcliffe (chronique à venir) et Little Dorrit (voir chronique).

 

Les confirmées

 Bates Motel Saison 2

bates-motel-saison-2-norma-et-norman-en-plein-reve-promo-une

La série d’Anthony Cipriano, prequel de Psychose, est passée en un an de prometteuse à géniale (voir chronique de la première saison). Vera Farminga est époustouflante et Freddie Highmore, terrifiant. Une réussite ! (chronique de la saison 2 à venir)

 

 Homeland saison 4

HOMELAND (Season 4)

Après un rebondissement spectaculaire à la fin de la saison 3, qui aurait pu être fatal à la série, Homeland rebondit de plus belle. Les aventures de Carrie Mathison prennent aux tripes. Malgré la pertinence du propos et le talent des scénaristes informés, la réalité dépasse la fiction, comme le prouve le récent carnage dans une école au Pakistan. Mis en cause dans la série, qui l’accuse de soutenir officieusement les Talibans et d’être complice des terroristes, le gouvernement pakistanais a déclaré se sentir insulté par Hollywood. La CIA, de son côté, juge plutôt fantaisiste l’idée que l’agence pourrait laisser autant de responsabilités à un agent bipolaire, aussi douée soit-elle. Vivement la saison 5 !
Avec Claire Danes, Rupert Friend, Mandy Patinkin…

 

 Engrenages saison 5

ENGRENAGES Saison 5

Les membres de l’équipe de Laure Berthaud assurent si bien qu’à côté, ceux d’Eddy Caplan dans Braquo font figure de rigolos. La meilleure série française, la seule à s’exporter (BBC4 l’a achetée et la diffuse en version sous-titrée sous le titre Spiral), se distingue par un réalisme époustouflant et des personnages attachants (le juge Roban en tête). On y découvre tous les rouages du système judiciaire français à travers une enquête criminelle des plus retorses. Passionnant ! La saison 6 est en préparation.
Avec Caroline Proust, Thierry Godard, Gregory Fitoussi, Fred Bianconi, Audrey Fleurot, Philippe Duclos

 

 Mr Selfridge Saison 2

MrSelf2_cast_t700

Le talent de Jeremy Piven (ici à l’opposé de son rôle d’Ari Gold, l’agent d’acteurs teigneux qu’il campe dans Entourage) fait une fois de plus merveille dans cette deuxième saison de l’excellente série britannique créée par Andrew Davies, auquel on doit la célèbre adaptation pour la télévision d’Orgueil et préjugés de Jane Austen. Un bijou !
Et avec Frances O’Connor, Grégory Fitoussi, Polly Walker, Aisling Loftus…

  

The Americans Saison 2

the-americans-echo-1

Rien de spectaculaire dans cette série sur la guerre froide durant les années 80, créée par Joseph Weisberg, ex-agent de la CIA. Pourtant, le diable se cache dans les détails. Les aventures de la famille Jennings, faux couple mais vrais espions à la solde du KGB sur le sol américain, font souvent froid dans le dos. Tendue, intelligente et souvent bouleversante, la saga est une vraie immersion dans l’époque et l’histoire. La saison 3 est en route.
Avec Keri Russell, Matthew Rhys, Noah Emmerich, Margo Martindale…

 

 House Of Cards Saison 2
1houseofcardslos-underwood
La série préférée d’Obama, et la plus cynique du moment, a enfoncé le clou en 2014. Plus machiavélique encore que son époux aux dents longues, Claire Underwood, campée avec brio par une Robin Wright réfrigérante à souhait, tire la couverture à elle dans cette deuxième saison qui continue à dépeindre les coulisses du système politique américain à la manière d’une tragédie shakespearienne. Saison 3 à suivre en 2015.
Et avec Kevin Spacey, Michael Hill, Molly Parker, Marhershala Ali…

 

 Hannibal Saison 2

su-zakana

Déconseillée aux âmes sensibles, la série de Bryan Fuller (Pushing Daisies), qui se penche sur les premiers faits d’armes du tueur cannibale et sur son rapport ambigu avec le profiler du FBI Will Graham, ne démérite pas dans cette deuxième saison. Les meurtres, mis en scène avec un raffinement inouï, l’humour noir et le rythme lancinant très particulier rendent le show aussi dérangeant que fascinant. Mads Mikkelsen et Hugh Dancy y sont sensationnels (voir chronique saison 1). Saison 3 en 2015
Et avec Laurence Fishburne, Caroline Dhavernas, Gillian Anderson, Eddie Izzard, Cynthia Nixon, Michael Pitt, Gina Torres…

 

The Walking Dead Saison 5

the-walking-dead-saison-5-photo

Interrompue sur la chaîne AMC pour la trêve de Noël, la diffusion de la saison 5 entamée en octobre 2014 en simultané sur OCS Choc a laissé les aficionados en plan. Rendez-vous en février 2015 pour la suite de ce cru considéré d’ores et déjà comme excellent (voir chronique saison 4).

 

Les décevantes :

Décidément trop abracadabrantesques, Scandal et Revenge peuvent aussi se flatter d’avoir les deux héroïnes les plus antipathiques du moment. Under The Dome, Arrow et The Reign manquent singulièrement de subtilité. Et on a fini par abandonner en cours de route les nouvelles Extant et The Leftlovers, sans originalité aucune et un tantinet laborieuses.

Reste à se pencher sur les cas de :

Halt & Catch Fire, Fargo, Penny Dreadful, Gotham, Marco Polo et probablement bien d’autres encore…sans compter bien sûr la saison 3 de Lilyhammer (diffusée fin 2014 sur Netflix) et la fin de la deuxième saison de Brooklyn Nine-Nine début 2015, toujours les deux séries les plus désopilantes de l’année (voir chronique saisons 1).

Lillyhammer-Saison-2_portrait_w858

0