Viva ELVIS !

Époustouflant ! L’évocation de la vie du King par l’Australien Baz Luhrmann est à tomber à la renverse. Porté par un jeune acteur sensationnel dont la performance laisse sans voix (!), dopé par une mise en scène fabuleuse et un travail phénoménal sur la musique, le film emporte dans un maelstrom d’émotions. Beau à pleurer !

(Click on the planet above to switch language.) 

 

« I’m gonna be forty soon, and nobody’s gonna remember me. »

  

ELVIS

Baz Luhrmann
2022
Dans les salles françaises depuis le 22 juin 2022

À la fin de sa vie, en 1997, le Colonel Parker (Tom Hanks) se remémore sa rencontre avec Elvis Presley (Austin Butler) dont il sera l’imprésario jusqu’à la mort. C’était en 1955. Le jeune chanteur venait d’enregistrer son premier disque et faisait ses débuts sur scène. Tom Parker, forain et manager d’artistes de musique country, a compris aussitôt qu’il tenait la perle rare, et la poule aux œufs d’or…

Qui aurait pensé que l’un des meilleurs films sur la musique (comprendre biopic déjanté) serait signé Baz Luhrmann, le roi de la démesure, du kitsch, du strass et du clinquant ? À côté, Bohemian Rhapsody (malgré la prestation de Rami Malek) fait figure de téléfilm. Ce qu’il est, d’ailleurs, pour les véritables amateurs de Queen. Car si Elvis se focalise sur la relation toxique entre le manager et son poulain, le biopic exprime formidablement la passion pour la musique de Presley tout en immergeant dans ces tumultueuses années 50, 60 et 70 américaines. Pour mieux cerner le contexte culturel qui a bercé l’enfance de la star, Baz Luhrmann s’est installé dans le sud des États-Unis (en revanche le film a été tourné en grande partie dans le Queensland, en Australie). C’est effectivement dans sa proximité avec la communauté noire qu’il côtoyait depuis l’enfance (Presley est né à Tupelo, dans le Mississippi) qu’il fallait aller chercher la clé de l’artiste. L’adolescent fera siens les répertoires blues et gospel, ainsi que le rhythm’n’blues des chanteurs afro-américains qu’il admirait. Le réalisateur de Moulin Rouge s’attache, et avec une tendresse non feinte, à dépeindre Elvis comme un être empreint d’une profonde spiritualité. Il n’y a pas que du vrai, mais il y en a beaucoup. Inévitablement, cette belle âme allait se faire se faire broyer par son impresario malin et retors, faux colonel et vrai escroc (il deviendra le modèle de beaucoup de managers douteux par la suite, d’Allen Klein à Tony Defries en passant par Andrew Loog Oldham). Campé par un Tom Hanks méconnaissable, Tom Parker est roublard jusqu’au bout du cigare. L’histoire retiendra qu’il a « fait » Elvis et son malheur en même temps. À la manière de Nick Carraway dans Gatsby le magnifique, que Baz Luhrmann a porté à l’écran en 2013, c’est par le regard de Parker qu’on découvre la vie de Presley et son parcours. Austin Butler, jeune comédien formé chez Disney Channel, a travaillé durant deux ans pour entrer dans la peau de l’icône. Mieux qu’une copie, cet interprète doué (il chante la plupart des morceaux), incarne le King au-delà des espérances — Priscilla Presley elle-même n’en est pas revenue —, et ses performances scéniques sont électrisantes (celles du Comeback Special de 1968 sont même bluffantes). Curieusement, Kurt Russell, qui a campé avec brio la rock star en 1979 dans le très bon téléfilm de John Carpenter Le roman d’Elvis (Elvis en VO) était lui aussi un enfant de la télé et de l’écurie Disney. Bien sûr, la bande-son est à la sauce luhrmannienne. Elle mêle reprises par Austin Butler, chansons originales interprétées par Presley, et incursions vocales de rappeurs et musiciens de toutes générations dont Doja Cat, Denzel Curry, Tame Impala ou Eminem (mention spéciale à la reprise de If I Can Dream par Måneskin). Malgré ses atours de manège à sensation, cette œuvre hybride, romantique et follement spectaculaire montre l’humain derrière le mythe et réussit à approcher la vérité d’Elvis Presley. Du grandiose, de la démesure, du tragique, de la folie… il n’en fallait pas moins pour rendre hommage au King. Peut-être le meilleur film de Baz Luhrmann à ce jour.
2 h 39 Et avec Olivia DeJonge, Richard Roxburgh, Helen Thompson, Kodi Smith-McPhee, Luke Bracey, David Wenham, Alton Mason, Dacre Montgomery (le Billy de Stranger Things)…

 

 

LETO

Il était une fois, en 1981 à Leningrad, de jeunes musiciens qui rêvaient de marcher sur les traces de Bowie, Dylan, Bolan, Lou Reed ou des Sex Pistols. Mais dans cette URSS de l’ère Brejnev, le rock est censuré, « encadré », et les aspirants à la gloire doivent ruser pour se produire… Portrait d’une jeunesse joyeuse et lucide, en quête de liberté, Leto (« l’été ») est une petite merveille signée Kirill Serebrennikov, metteur en scène « dissident » russe assigné à résidence depuis plus d’un an. Coup de cœur du festival de Cannes 2018 injustement oublié du palmarès, ce film baroque, poétique et mélancolique, hanté par le destin de ses véritables protagonistes et la beauté de l’actrice Irina Starshenbaum, est un pur ravissement.

 « L’avenir appartient à ceux qui se foutent de tout. »

  

Leto


Kirill Serebrennikov
2018
Dans les salles françaises depuis le 5 décembre 2018

Prix Cannes Soundtrack 2018 pour sa bande originale supervisée par Roma Zver et German Ossipov.

Au début des années 80 à Leningrad (l’actuelle Saint-Pétersbourg), Mike Naumenko (Roman Bilyk) musicien et poète sous influence Bob Dylan, est l’artiste phare de la scène rock underground locale, dont le temple est le Leningrad Rock Club. Entre les répétitions avec son groupe et son job de gardien d’usine à mi-temps, il mène une vie de bohème avec son épouse, Natacha (Irina Starshenbaum), et leur bébé. Un beau soir d’été, au bord de la mer baltique, ils rencontrent Viktor Tsoï (Teo Yoo), jeune compositeur doué en quête de conseils. Mike décide de le prendre sous son aile, même s’il s’aperçoit vite que Natacha n’est pas insensible à son charme…

Les premières images dévoilées lors du festival de Cannes 2018 où le film était en lice laissaient augurer d’un petit bijou. Car c’est bien ce qu’est cette chronique initiatique librement inspirée des mémoires de Natalia Naumenko (la Natacha du film), qui brosse le portrait d’une jeunesse avide de liberté et d’émancipation, bulle d’euphorie et de fantaisie dans la grisaille. Le noir et blanc un peu vintage s’accorde parfaitement avec la tonalité de cette Union Soviétique sclérosante où commence à souffler le vent de la Perestroïka. La magie s’invite grâce à la caméra audacieuse de Kirill Serebrennikov qui confère un lustre iconique aux tribulations des protagonistes ; certains (Mike Naumenko et surtout Viktor Tsoï) sont de véritables légendes en Russie. Tout en fantasmant sur les rock-stars occidentales dont les disques s’échangent sous le manteau, ces jeunes Soviétiques tentent de trouver leur identité artistique et surtout, de déjouer les pièges de la censure imposée par le régime. Le fameux Rock Club de Leningrad a ainsi l’allure d’une salle des fêtes où le public, assis et surveillé de près, n’est même pas autorisé à taper du pied. Des astuces stylistiques ajoutent de temps à autre un grain de folie à l’austérité ambiante : touches de couleur, séquences musicales tendance punk, vers de chansons culte (Blondie, Lou Reed…) repris par des personnages anonymes. Trop belle, trop douce, trop sage, Natacha va entacher la relation fraternelle entre Mike, le mentor dont la créativité s’essouffle (son interprète Roman Bilyk, alias Roma Zver, est le leader du groupe Zveri, très populaire en Russie) et Viktor, le disciple taciturne et doué. L’actrice Irina Starshenbaum, dont la grâce et la fraîcheur rappellent la jeune Anna Karina, illumine littéralement ce film romantique et « atmosphérique », à la fois joyeux et profondément mélancolique. Car en se penchant sur la vie de ces étoiles passées comme des météorites dans une époque liberticide, Sirill Serebrennikov démontre aussi que l’écart n’est pas si grand avec la Russie d’aujourd’hui où la liberté d’expression et le droit des artistes sont trop souvent bafoués. Il en sait quelque chose ! Accusé de détournement de fonds (plus d’un million d’euros de subventions ministérielles attribuées à son théâtre moscovite) — ce que le metteur en scène indépendant nie catégoriquement — il a été arrêté à Saint-Pétersbourg le 22 août 2017, à quelques jours de la fin du tournage de Leto. C’est chez lui, où il est assigné à résidence depuis, qu’il a terminé le montage du film. Son procès s’est ouvert à Moscou le 7 novembre 2018. Il pourrait durer des mois. Affaire à suivre.
2h 06 Et avec Philip Avdeyev, Aleksandr Gorchilin, Evgeniy Serzin…

BANDE-ANNONCE

BOHEMIAN RHAPSODY

Avant même d’être projeté en salles, Bohemian Rhapsody était déjà un film maudit. Les atermoiements de ce projet fou – évoquer l’histoire de Queen et de son extravagant chanteurauront duré huit ans. Entre les divergences d’opinions sur le script, sur le choix du réalisateur et l’acteur principal, les réécritures puis les tensions sur le tournage (qui ont mené au renvoi du metteur en scène avant la fin), autant dire que la production n’a pas été un fleuve aussi long et tranquille que la vénérable Tamise. Sorti en grande pompe fin octobre 2018, le film a fait un carton au box-office, mais a aussitôt divisé la critique, musicale et cinéma, les uns fustigeant les entorses à la réalité historique et la pudibonderie, les autres louant le côté épique et la performance de Rami Malek. Une question se pose : peut-on apprécier, pour ce qu’il est, un biopic qui ne dit pas toute la vérité ?

 

« It goes on forever, six bloody minutes !
– I pity your wife if you think six minutes is forever. »

 

Bohemian Rhapsody

Bryan Singer
2018
Dans les salles françaises depuis le 31 octobre

L’histoire du groupe Queen et de son génial chanteur Freddie Mercury, mort des suites du Sida le 24 novembre 1991… Né de la rencontre à la fin des années 60 à Londres de Farrokh Bulsara (nom de naissance de Freddie Mercury) et du groupe Smile, Queen connaîtra un succès fulgurant en révolutionnant le rock. Performer, chanteur et compositeur hyperdoué, Freddie Mercury va défier les stéréotypes et briser les tabous. Mais derrière les excès et les frasques notoires, se révèle un homme hypersensible, fragile et terrifié par la solitude…

Evoquer la gloire de Queen et, avec elle, la figure légendaire de Freddie Mercury était un souhait de Roger Taylor et Brian May, respectivement batteur et guitariste du groupe (le bassiste John Deacon coule une retraite paisible en famille depuis 1997 et a rompu les ponts, autres que financiers, avec les deux autres). Le film reflète donc leur point de vue (leur implication a ceci de bon que l’utilisation des chansons originales n’a pas fait l’objet d’infernales procédures juridiques). Ce sont eux qui ont également eu le dernier mot en ce qui concerne le choix de l’interprète de Freddie Mercury. Le film étant destiné au grand public, Sacha Baron Cohen, pressenti à l’origine et qui se délectait à l’idée d’en faire des tonnes dans la peau d’une icône gay, a été écarté. Un temps courtisé, le délicat Ben Whishaw va finalement laisser la place à Rami Malek, héros de la série Mr Robot. Côté mise en scène, après avoir envisagé Stephen Frears, Tom Hooper et Dexter Fletcher, c’est finalement à Bryan Singer, réalisateur de Usual Suspects et de la saga X-Men que la production a confié la mission de porter à l’écran le scénario écrit par deux poids lourds du biopic : Peter Morgan (The Crown) et Anthony McCarten (La merveilleuse histoire du tempsLes heures sombres). Mais alors que le film semblait sur les rails, le mouvement #MeToo s’en est mêlé et, en décembre 2017, Bryan Singer, déjà dans le collimateur des médias pour une affaire de harcèlement sexuel, a été rattrapé par une accusation de viol sur mineur datant de 2003. Ceci s’ajoutant à des retards et des tensions sur le plateau, la Fox l’a finalement remercié deux semaines avant la fin du tournage (achevé par le susnommé Dexter Fletcher). A l’écran, malgré des critiques en ce sens, force est de constater que ce tumulte ne transparaît pas. Le film est porté de bout en bout par la performance de Rami Malek qui, en dépit de sa prothèse « envahissante », est tout bonnement bluffant lorsqu’il reproduit au détail près les attitudes iconiques de Mercury. Les interprètes des membres du groupe (de Brian May en tête) sont parfaits, et dans l’ensemble, la distribution est un sans-faute. A vrai dire, si on ne connaît ni les dessous de l’histoire, ni l’exacte chronologie des faits, le film apparaît d’une efficacité exemplaire. Quand la légende est plus belle que la réalité, c’est elle qu’on montre à l’écran… Bohemian Rhapsody, plus conte que biopic, donne au public ce qu’il veut voir — les grands moments qui ont nourri le mythe du groupe, la création (toutefois approximative…) des tubes mythiques — et chaque performance scénique de Rami/Freddie procure des frissons. Avait-on besoin d’en voir plus au sujet de la dépravation de Freddie Mercury (beaucoup ont jugé le film trop consensuel et trop sage) ? Pas sûr. Il y a assez d’éléments à l’écran pour qu’on s’en fasse une bonne idée. En deux heures quatorze, le film parvient aisément à montrer la complexité du personnage et met en exergue sa relation atypique avec Mary Austin (incarnée par la délicieuse Lucy Boynton, vue dans Sing Street), le grand et certainement seul amour de sa vie. Certes, découvrir au sortir de la salle les moult entorses à la vérité (notamment la révélation de la maladie de Freddie Mercury, qui intervient ici avant qu’il l’a contractée et six ans avant l’annonce officielle, certainement pour donner davantage du panache et un supplément d’émotion au passage au Live Aid)) gâche un peu la fête. Bohemian Rhapsody ne jouera donc pas dans la même cour que les aussi efficaces et plus respectueux (du factuel) Walk The Line ou Love&Mercy. Mais il n’empêche, la magie opère. Et à la question posée en préambule, on peut très bien répondre oui. La preuve.
2h 14 Et avec Gwilym Lee, Ben Hardy, Joseph Mazello, Aidan Gillen, Allen Leech, Tom Hollander, Mike Myers…

BANDE-ANNONCE